Brabant wallon dolfin

Publié le 24-05-2017 | Stéphanie Heffinck

DOLFIN : voyage, voyage…

Saveurs d’ici et d’ailleurs…

En 1989, les frères Poncelet créent leur entreprise et se spécialisent dans la personnalisation de chocolats pour les restaurants, hôtels et autres marques. Sans doute les liens de sang qui les unissent à la famille Neuhaus ont-ils exacerbé leur intérêt pour les fruits de la cabosse. Bien vite, pour assouvir leur passion, les frères lancent aussi leur marque propre, « Dolfin ». Les tablettes de 70 grammes, dans un packaging « pochette à tabac » inédit et les Napolitains, ces petits carrés gourmands qui se marient à merveille à l’arôme d’un café deviennent rapidement les emblèmes du savoir-faire des maitres chocolatiers. Ces produits sont toujours référencés aujourd’hui dans le catalogue de la société désormais dirigée par Jean-Jacques de Gruben. Ils en représentent, à part équivalente, quelque 60% du chiffre d’affaires. Les pochettes de 70 grammes sont étudiées pour la conservation optimale du chocolat, une denrée délicate indisposée notamment par la promiscuité avec d’autres aliments ou les odeurs ! Déclinées sous une trentaine de goûts, avec des parfums d’épices ou de fleurs subtils invitant au voyage, elles affichent aussi leur belgitude avec leurs emprunts au patrimoine noir-jaune-rouge : babelutte, cuberdon et spéculoos ! Plus modestes en taille, les tablettes « 30 gr » sont rassemblées sous une collection « carnet de voyage ». Leurs étuis raffinés sont frappés d’un animal évoquant le pays d’origine de l’ingrédient mis en évidence : le chameau, pour les abricots du Maroc, l’âne, pour les noisettes d’Italie,… Deux ans après le « 30gr », le « 10 gr » est apparu chez Dolfin, en 2011, alliant toujours les ingrédients des 4 coins de la planète à une qualité de chocolat maximale.

Le monde entier s’invite dans le palais du consommateur qui les croque en fermant les yeux !

Responsabilité sociétale

Toujours prompte à innover, la société « disperse » aussi ses copeaux de chocolat, savoureux en chocolat chaud, incorporés à certaines recettes ou sur la glace… Elle a également sorti récemment « Caramel et Chocolat », mariant un caramel au beurre salé fait maison à du chocolat belge et des ingrédients comme les fruits des bois ou les noisettes grillées.

En 2008, l’arrivée de « Tohi », chocolat bio et équitable, a symbolisé les valeurs et engagements de la société. « Nos contenants sont fabriqués à partir de matériaux recyclables, les papiers et cartons sont issus de forêts gérées de manière durable ; nos chocolats Tohi sont conformes aux standards du commerce équitable », insiste Géraldine Verbruggen, responsable marketing et communication.

Elle ajoute : « Nous avons été la première chocolaterie belge neutre en CO2. En effet, nous réduisons nos émissions chaque année de 10 à 15% et participons à des projets de développement durable pour les compenser. Parmi les derniers : un projet de recyclage de déchets, en Tanzanie et un autre, en Ouganda, pour réduire la déforestation. Il facilite l’accès aux technologies de poêles à bois améliorés ».

Des actions que la société poursuivra encore, lorsqu’elle aura quitté Wauthier-Braine. En 2018, c’est en effet au cœur du zoning Nord de Nivelles qu’elle va se doter d’une paire d’ailes, avec une surface élargie de bureaux et d’ateliers et un outillage modernisé, promesse de nouvelles perspectives de produits…

CdV 8 tab 2 300dpi

DOLFIN – Chaussée de Tubize, 59 à 1440 Wauthier-Braine – Tél : 02/366.24.24 – Internet : www.dolfin.be


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑