Hainaut Ménart

Publié le 01-08-2017 | c. p.

Ménart, un leader européen boudé en son pays

Les sociétés wallonnes qui fabriquent du matériel agricole de haut vol ne sont vraiment pas légion. Outre Joskin (Soumagne), qui est régulièrement présente sur le champ de la Foire de Libramont et de son Mecanic show, on peut aussi pointer la firme Ménart de Dour. Elle est spécialisée dans la valorisation de déchets agricoles, agro-industriels et agro-alimentaires, de déchets urbains, via la conception de matériel de tri-compostage, soit 80 % de son activité, mais aussi dans le fauchage des bords de route, le curage de fossé, le désherbage, la taille de haies. Autant de domaines qui concernent tant le secteur agricole et forestier que les collectivités.

Mais Ménart n’est malheureusement pas assez prophète en son pays puisqu’elle vend son matériel à 90 % à l’exportation, dont la moitié dans la grande exportation. Sa présence à la Foire de Libramont, et plus spécialement au Mecanic Show, qui met chaque année en avant du matériel neuf et innovant, est donc une belle vitrine de présentation pour du matériel qui sera cette fois en démonstration en grandeur nature, lors des deux journées forestières de ces mardi et mercredi, journées qui prolongent la version agricole de la Foire. Il s’agira de curage de fossés et de broyage forestier.

Créée en 1973 à Montrœul-au-Bois avant de partir pour Dour en 2010, dans 7.000 m2 de bureaux passifs et d’ateliers basse énergie, la société de Jean-Claude Ménart a succédé à l’activité du grand-père maréchal-ferrant puis du père, vendeur de machines agricoles. En 1981, Jean-Claude Ménart crée un premier broyeur de compost pour un producteur de champignons. Puis ça s’accélère avec la conception d’un broyeur pour le premier parc à conteneurs belge, à Izegem.

« Aujourd’hui, nous vendons des installations de tri-compostage des ordures ménagères au Vietnam (100.000 tonnes traitées par an), mais aussi au Pakistan (250.000 tonnes), en Amérique latine et dans toute l’Europe, de l’Ukraine à la Suisse et à l’Espagne », explique Jean-Claude Ménart, qui a passé le relais directionnel à sa fille Bérengère, ingénieur agronome.

Quarante personnes, dont huit ingénieurs, conçoivent le matériel et fabriquent tout à Dour. Ménart a aussi une filiale en France pour pénétrer ce marché leader du compostage agricole, sur base d’un concept belge mis au point avec l’ASBL Agraost.

Ménart est aussi le leader européen en matière de retourneur de compost, une technique de plus en plus courante dans les structures agricoles, permettant de valoriser au mieux les milliers de tonnes de fumier produites chaque année. Elle vient de vendre sa plus grosse machine aux USA, selon les desideratas d’un client. L’adaptation des commandes est évidemment un point fort de Ménart.

En rachetant une société française des Deux-Sèvres, Ménart s’attaque désormais au créneau du curage de fossés, important pour un bon drainage des terres agricoles et des bas-côtés de voiries. La terre peut être épandue en direct sur les terres voisines, évitant le coût élevé de la mise en décharge. Le matériel va encore être amélioré au fil des ans, façon maison.

A Libramont, l’édition 2017 s’annonce fructueuse pour cette firme et ce n’est pas fini, puisque le travail en forêt offrira une nouvelle vitrine à cette société dynamique et innovante depuis plus de 30 ans.

 JEAN-LUC BODEUX (in Le Soir – 1er juillet 2017)


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑