Lg-Verviers

Publié le 12-10-2017 | CP.

L’entreprise DKD souffle ses 30 bougies

Depuis plusieurs années, le secteur de l’imprimerie est incontestablement en crise. Le monde du numérique a laissé peu de place au monde du papier et la main d’œuvre bon marché dans certains pays étrangers n’aide en rien à la survie de nos imprimeurs belges. Au fil des ans, un certain nombre d’entre eux ont fermé boutique ou ont réduit leur activité. Et pourtant… dans ce contexte compliqué, certains d’entre eux ont su défendre leur savoir-faire et tirer leur épingle du jeu. Tel est le cas de l’entreprise liégeoise DKD qui souffle officiellement ses 30 bougies ce jeudi 12 octobre.

Un imprimeur à la vision 2.0.
Créée en 1987, l’entreprise DKD était spécialisée dans le lettrage (découpe de vinyles). En 2010, Etienne Fraikin, issu de HEC, décide de reprendre l’entreprise et de diversifier son offre en proposant, à côté du lettrage, tout type de signalétique, du matériel promotionnel, de l’impression sur tout support, de la décoration personnalisée (stickers, photos sur toiles…). Si à cette époque, tout le monde évoque la crise financière, DKD réalise une augmentation de 15% de son chiffre d’affaires et étoffe son équipe de deux nouvelles recrues. Loin des imprimeurs classiques, on pourrait dire que DKD imprime sur tout support sauf sur le papier. Cette approche différente du métier a incontestablement contribué au développement de l’entreprise qui s’est vue dans l’obligation de déménager à plusieurs reprises par manque cruel d’espace. De plus, DKD n’a jamais cessé d’évoluer et d’agrandir son équipe.

Toujours à l’affût des nouvelles tendances, des technologies innovantes et soucieux de l’évolution permanente du métier, Etienne Fraikin ne s’est pas arrêté en si bon chemin.

A l’aube des 30 ans, cet entrepreneur, dont l’ambition n’est plus à démontrer, se lance dans un grand chantier permettant à l’entreprise de se met au « 2.0. »  notamment au travers de son nouveau site web. De plus, il réalise un investissement de près de 100.000 €, avec le soutien de Meuseinvest, et fait l’acquisition d’une nouvelle machine d’impression permettant d’imprimer toute surface plane allant jusqu’à 5 cm d’épaisseur.

« Nous sommes très peu d’imprimeurs à disposer de ce type de machine. Cette nouvelle imprimante nous permet d’imprimer en un temps record des visuels de très haute qualité sur tout support allant jusqu’à 5 cm d’épaisseur. Concrètement, on peut par exemple imprimer directement sur une porte en bois. », souligne Etienne Fraikin, administrateur délégué de DKD.

DKD c’est aussi une histoire d’hommes. « Le succès de DKD repose sur le travail de toute une équipe et sur un grand sens de la réactivité. Je n’ai pas investi dans une nouvelle machine avec l’optique de « robotiser » DKD. Cette dernière permet à mon équipe d’être encore plus sur le terrain, à l’écoute de nos clients. Ce qui est pour moi essentiel pour répondre au mieux à leur demande en apportant des solutions innovantes », indique Etienne Fraikin. 

Depuis sa reprise, l’entreprise a su se faire une place de choix en tant que partenaire d’agences de communication, mais également auprès d’entreprises de renom. DKD compte parmi ses clients : la société pharmaceutique Mithra, Le Standard de Liège, La Province de Liège, Holcim, Kone, Nomacorc (Vinventions), NewElec, Dynamic Events…

Aujourd’hui, DKD occupe 7,4 équivalents temps plein et réalise un chiffre d’affaires d’approximativement 700 000 €.

 


A propos de l'auteur

Publication par communiqué de presse.



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑