Lg-Verviers

Publié le 12-02-2018 | Jacqueline Remits

Spacebel : 40 missions spatiales et 30 bougies

Active dans les systèmes spatiaux et l’ingénierie logicielle, la société Spacebel célèbre ses 30 ans en 2018. L’occasion de revenir sur ses principaux faits d’armes et d’évoquer ses projets actuels, et à venir.

En 30 années d’activité, la société Spacebel a contribué à la réussite de 40 missions spatiales. De nombreux engins spatiaux volent aujourd’hui avec du logiciel Spacebel à bord. Comme en témoigne cette petite rétrospective

Thierry du Pré-Werson, Administrateur délégué de Spacebel © Mahaux Photography – Synthèse

Flash-back…
Fondée en 1988, Spacebel gagne rapidement ses lettres de noblesse dans le domaine spatial et le secteur des applications de l’observation de la Terre. Créée pour soutenir les ambitions de l’Europe dans l’espace, elle a pour cœur de métier de proposer des solutions logicielles innovantes dans le cadre des grands programmes spatiaux européens. Parmi ses grandes réalisations, la participation, fin des années 80, aux programmes Hermes et Colombus (composante européenne de la station spatiale internationale). En 1993, Spacebel livre à l’Observatoire européen austral (ESO) au Chili un logiciel de contrôle du Very Large Telescope (VLT) et participe au développement de la charge utile Végétation embarquée sur les satellites SPOT4 et SPOTS. En 1999, l’ESA la sélectionne pour développer le logiciel de bord du microsatellite Proba-1, toujours opérationnel à ce jour et, par la suite, contribue aux satellites Proba-2 et Proba-V. Depuis le début des années 2000, elle participe à plusieurs projets de l’ESA, du CNES et de la Commission européenne, aussi bien dans le domaine des lanceurs avec le lanceur Vega que de l’observation de la terre avec, dernièrement, les satellites météo MTG et MetOp- SG et de la science avec le satellite Euclide.

Actuellement, elle réalise les études d’analyse et de définition de mission de petits satellites et assure la commercialisation à l’export de microsatellites d’observation de la Terre basés sur la technologie Proba.

Nouvelle filiale en Pologne
Déjà bien présente en Belgique avec son siège social à Liège et une filiale en Flandre, Spacebel dispose, depuis 1996, d’une autre entité à Toulouse, à proximité de l’agence spatiale française CNES et des grands maîtres d’œuvre européens Airbus et Thales. A présent, s’y ajoute la filiale N7 Space, dont elle est actionnaire majoritaire, fraîchement créée à Varsovie, en collaboration avec la société polonaise N7 Mobile spécialisée dans le développement logiciel pour les applications mobiles et l’industrie spatiale. « Nous travaillons déjà avec N7 Mobile dans le cadre de plusieurs projets de l’ESA, souligne Thierry du Pré-Werson, Administrateur délégué de Spacebel. Nous apprécions les compétences et la qualité du travail fourni, notamment dans le développement des logiciels embarqués de contrôle de satellites. La synergie avec la branche spatiale de cette jeune PME nous offre l’opportunité de contribuer aux programmes de l’ESA et d’asseoir ainsi notre position d’acteur majeur dans le secteur spatial européen, tout en poursuivant nos objectifs de compétitivité. L’ouverture de ce nouveau site en Pologne s’inscrit dans notre stratégie de croissance. Forte actuellement d’une dizaine d’ingénieurs, N7 Space devrait croître très rapidement dès 2019. »

Spacebel emploie 100 personnes répartis sur différents sites en Europe. En 2016, la société a réalisé un chiffre d’affaires de 11,3 millions d’€. Si, jusqu’il y a quelques années, elle était surtout active en Europe, depuis lors, elle s’est lancée à la grande exportation. Lançant des offres dans différents pays, elle a déniché des opportunités au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, dans le Sud-Est asiatique et en Amérique latine. Active dans le spatial, la société trentenaire élargit sans cesse ses horizons.

Spacebel : Liege Science Park – Rue des Chasseurs Ardennais, 6,  à 4031 Angleur – Tel : 04/361.81.11 – www.spacebel.be


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑