Wallonie

Publié le 06-03-2018 | Clara Mottet

RenoWatt passe à l’échelon wallon et ambitionne la création de 1.500 emplois

Jusqu’à ce jour, RenoWatt était un projet pilote de rénovation énergétique de bâtiments publics en province de Liège soutenu par la Commission européenne et administré par eeef (european energy efficiency fund). Aujourd’hui ce projet pilote devient wallon et vise la création de plus de 1.500 emplois partout en Wallonie.

Le principe est renforcé : RenoWatt, à travers son guichet unique, fournit une assistance globale aux autorités participantes pour les épauler dans la réalisation concrète de la rénovation énergétique de leurs bâtiments : identification des bâtiments énergivores, analyse de rentabilité du projet, financement du programme d’investissements et gestion de toute la procédure de marchés publics. Mais dorénavant, le projet passe de l’échelon provincial à l’échelon régional, et sera épaulé par la SRIW et plus spécifiquement de sa filiale spécialisée S.A.BEFin (qui jouera le rôle de pouvoir adjudicateur pour compte des communes).

Le GRE-Liège est à l’origine de ce guichet composé de spécialistes qui conseillent et accompagnent les autorités publiques dans l’élaboration de leurs contrats de rénovation énergétique. Concrètement, l’équipe du GRE-Liège procédait en 3 étapes. D’abord, identifier les bâtiments présentant un réel potentiel de gains énergétiques. Ensuite, analyser les possibilités de financement. Et enfin, lancer toutes les procédures de marchés publics pour désigner la société qui réaliserait les travaux.

L’une des grandes innovations de RenoWatt by GRE-LIEGE est la conclusion d’un contrat de performance énergétique avec l’entreprise désignée. Le prestataire désigné garantit de réels gains énergétiques et s’y engage. Si les résultats ne sont pas atteints, des sanctions sont appliquées. La rénovation énergétique constitue donc un réel potentiel en termes de création d’emplois en Wallonie. On estime que ce marché représente quelques 30 milliards d’euros pouvant mobiliser 17.000 emplois sur les 30 prochaines années. En effet, d’après l’Union Européenne, chaque million investi dans le domaine de la rénovation énergétique mobilise 17 emplois.

Aujourd’hui, RenoWatt s’émancipe donc du GRE-Liège pour décrocher une aura régionale. Les services seront désormais disponibles pour toutes les communes de Wallonie. L’objectif consiste en la réalisation de minimum 100 millions d’euros de contrats de performance énergétique durant les 3 prochaines années. L’offre de services s’adresse à présent aux 262 communes wallonnes et vise un impact régional au niveau économique : minimum 1.485 emplois et 31.000 heures de formation.

Interview Erika Honnay, Projet Director RenoWatt

Comment l’idée RenoWatt a-t-elle vu le jour ?
E. H. : « A la base, la mission du GRE-LIEGE est de mettre en place des conditions pour la création d’emplois durables pour les générations futures. 1 million d’euros investi dans la rénovation énergétique mobilisent 17 emplois. On se rendait compte que le parc des bâtis en Wallonie est relativement vétuste et que 60% de ce dernier doit être rénové. Cela représente un potentiel de 30 milliards d’euros. Si on ne faisait qu’1 milliard d’euros d’investissement par an, cela mobiliserait plus de 17.000 emplois au niveau de la Wallonie. En outre, 93% de l’énergie que nous consommons sont importés (en dehors du PIB donc perte de valeurs et de richesse pour la Wallonie). Plutôt que de payer des dépenses en énergie, on s’est dit qu’il serait préférable de payer de la rénovation énergétique (grâce aux économies d’énergies).
En conséquence, l’idée était de basculer les dépenses d’énergie en rénovation énergétique et de créer de la valeur pour le PIB wallon. Avec un potentiel pareil, on s’est dit : pourquoi les autorités publiques ne mettent-elles pas en œuvre des projets de rénovation énergétique ? D’autant plus que les autorités publiques ont des obligations au niveau des objectifs « 3×20 » de l’UE :

– 20% de diminution de la consommation énergétique

– 20% d’augmentation des énergies renouvelables

– 20% de diminution de CO2.

Les autorités publiques nous ont alors répondu qu’elles étaient perdues car ce sont des dossiers complexes et difficiles à monter : manque de temps et de personnes qualifiées.
En parallèle, on savait que l’UE met en place des subsides d’assistance technique pour aider à la préparation de dossiers (avec part de risque élevé puisque 1euro financé par l’UE doit donner lieu à 20 euros au niveau de la rénovation énergétique, mais les montants à consacrer aux investissements sont relativement importants pour des petites communes pour accéder à ces subsides ».

Comment les choses ont-elles concrètement démarré ?
E.H. : « L’idée du GRE-Liège a été la suivante : aller chercher les subsides de l’UE qui serviraient à financer une petite équipe multidisciplinaire du nom de Renowatt by GRE-LIEGE et dont les rôles seraient : – aider les communes à identifier les bâtiments à haut potentiel de rénovation,

– faire le financement des travaux,

– lancer les marchés publics pour les contrats de performance énergétique (service gratuit pour toutes les communes en Wallonie).

13 entités publiques ont donc rejoint le projet de Renowatt by GRE-LIEGE qui a pu voir le jour grâce au soutien de la Commission Européenne et de eeef (european energy efficiency fund) »

© Ingo Bartussek


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑