Lg-Verviers

Publié le 07-03-2018 | CP.

LISTEN réalise une enquête pour Moustique sur le sexisme

Dans son édition parue cette semaine, le magazine MOUSTIQUE a réalisé un dossier sur les Belges et le sexisme. Et dans ce cadre, MOUSTIQUE a confié une enquête à LISTEN (Hognoul), bureau d’étude indépendant spécialisé dans les études marketing et les études liées au capital humain. Cette enquête révèle que le sexisme est un problème pour 38% des belges francophones.

75% des personnes sondées estiment que le sexisme s’exprime avant tout au travail.  Ce sentiment est partagé autant par les hommes que par les femmes. A noter que le sexisme au travail est davantage perçu que dans les lieux publics (50%) alors que c’est ce dernier qui est souvent mis en avant par les médias.

Certains métiers semblent être plus sujets aux discriminations sexistes, en effet 1 francophone sur 4 estime qu’il existe des métiers exclusivement masculins. Ce chiffre tombe à 17% pour les métiers exclusivement féminins. Les métiers physiques et du bâtiment, le métier de maçon, d’éboueur ou encore de pompier sont souvent cités comme typiquement masculins. 1 hommes sur 5 pense qu’il existe des métiers exclusivement féminins. Les métiers d’esthéticienne, de sage-femme, de femme d’ouvrage et d’infirmière sont des activités citées comme étant destinées à la gente féminine.

L’égalité des sexes intéresse une grande partie des francophones ! En effet, 87% d’entre eux sont favorables à la mise en place de lois imposant une égalité salariale et 71% vont même jusqu’à réclamer l’égalité absolue des sexes. Un chiffre réjouissant quand on sait qu’un francophone sur deux pense qu’il est toujours problématique d’annoncer sa grossesse au travail.

Travailler avec un chef masculin ou féminin n’a pas d’importance pour la majorité des francophones, seuls 20% des répondants ont marqué une préférence quant au choix du sexe de leur responsable hiérarchique. Toutefois, en ce qui concerne le sexe de leurs collègues, les femmes sont plus nombreuses à préférer les collègues masculins ou à réclamer une répartition mixte au sein de leurs collègues alors que sur ce point, les hommes semblent être indifférents.

Concernant l’insertion d’une loi imposant des quotas de présence féminine, les femmes sont sans surprises plus favorables mais le niveau d’acceptation des quotas féminins ne dépasse pas les 60%.

Peut-on rire de tout? L’enquête révèle que 54% des belges francophones estiment que l’on peut faire de l’humour à partir de stéréotypes sexistes. Cette opinion est davantage partagée par les personnes issues de classes sociales élevées et les hommes.

Finalement, MOUSTIQUE et LISTEN nous apprennent que près de ¾ des belges francophones pensent qu’on peut complimenter une collègue sur son physique et ce quel que soit le sexe du répondant !

Le sexisme reste donc un sujet sensible et mérite toute son attention dans la politique de ressources humaines d’une société.

Plus d’infos :  www.listen.eu –  info@listen.eu  – 04/229.85.50

© thodonal


A propos de l'auteur

Publication par communiqué de presse.



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑