Namur

Publié le 14-04-2018 | CP.

Des pommes de terre sans pesticides grâce à une PME de Gembloux

Medinbio, une PME de Gembloux,  pionnière et leader de l’ « approche système » vient de breveter une innovation permettant de produire des pommes de terre sans avoir recours aux pesticides. Tout en promettant à ces agriculteurs « bio » d’approcher des rendements équivalents à ceux de l’agriculture traditionnelle.

Comment cela marche ? La recherche agronomique a récemment découvert que l’on peut renforcer une plante par le sol de la même manière qu’on peut renforcer notre intestin par des probiotiques : on assimile mieux et surtout on renforce nos défenses immunitaires grâce à ces micro-organismes utiles de la flore intestinale. Eh bien, pour les plantes, c’est presque pareil.

Medinbio a développé l’ « Euclean», une solution naturelle qui permet de gérer le mildiou – principale maladie de la pomme de terre – sans recours aux pesticides chimiques.

Composé de plantes riches en huiles essentielles et en minéraux, l’Euclean est déjà en cours de déploiement en France. Et cela fonctionne : « nous avons produit, l’année dernière, 500 000 barquettes  de fraise et plusieurs centaines de milliers de sacs de pomme de terre sans pesticide ».

En Belgique, la législation n’est pas encore prête pour permettre l’utilisation de plantes autorisées en France mais chez Medinbio on espère la voir évoluer rapidement.

Mais, plus encore que ce produit, Medinbio considère que c’est par une nouvelle approche de l’agriculture que l’on pourra se passer des pesticides. L’entreprise met en avant l’intérêt de renforcer la plante au niveau racinaire et foliaire avant l’emploi du produit.

Inimaginable il y a encore quelques années, il s’avère que les plantes peuvent être vaccinées et qu’elles disposent d’un système de défense bien plus élaboré qu’on ne l’imaginait.

Medinbio,  qui emploie 6 personnes dont 4 bioingénieurs et qui dispose de nombreux contrats de recherche avec les universités wallonnes de Gembloux et de Louvain-la-Neuve est à la pointe de ces avancées scientifiques. En France, elle travaille déjà pour de grands comptes issus de la filière agroalimentaire.

 © natara


A propos de l'auteur

Publication par communiqué de presse.



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑