Lg-Verviers

Publié le 25-04-2018 | CP.

TRAGECO : 50 ans d’une success story régionale

2018 est à marquer d’une pierre blanche pour TRAGECO, entreprise active dans les travaux publics et privés et dans l’exploitation d’une carrière et d’une centrale à béton à Waimes. Alors que la 3ème génération de Lecoq est arrivée aux affaires, l’entreprise célèbre son demi-siècle durant ce dernier week-end d’avril.

TRAGECO, c’est avant tout une histoire de famille. Une histoire qui prend naissance en 1968 quand Benoît Lecoq crée son entreprise générale de construction: TRAGECO. Très vite, en 1971, son épouse Adèle Schauss rejoindra l’entreprise pour s’occuper des ressources humaines.

Depuis sa création, il y a un demi-siècle, TRAGECO a connu une croissance linéaire. Une progression qui, en dépit de la crise économique et du sous-investissement public, se poursuit immuablement et a d’ailleurs valu à la société de figurer plusieurs années consécutives au classement des «Trends Gazelles» de la Province de Liège dans la catégorie «Moyenne entreprise».

L’union fait la force
Depuis les années 80, la société est dirigée par Freddy Lecoq (2ème génération), qui a manifestement su transmettre sa passion. Chez TRAGECO, la relève est en effet assurée. Trois des cinq enfants de Freddy Lecoq assument des fonctions de management au sein de l’entreprise: Gaëlle (responsable ressources humaines et finances), Pascaline (responsable commerciale, qualité et carrière) et Antoine (responsable logistique). Une culture familiale visiblement partagée par la fratrie puisque cette 3ème génération compte également parmi elle le beau-fils, Loïc Poumay (responsable travaux). A ce jour, TRAGECO emploie 75 collaborateurs : 10 employés et 65 ouvriers. Un personnel au faible turnover. Entre 2004 et 2017, le chiffre d’affaires annuel est quant à lui passé de 4 millions à 11 millions d’euros.
TRAGECO n’en garde pas moins son regard braqué sur l’avenir. «En Belgique, seules 10% des entreprises familiales survivent à la 3e génération et… 1% à la 4e génération, explique Gaëlle Lecoq. Je fais partie de la 3e génération et je mettrai toute mon énergie dans notre société familiale afin de la transmettre en bonne santé à la génération suivante. Pour la pérennisation de notre entreprise, nous avons d’abord opté pour une croissance interne des activités entre 2004 et 2014. Mais nous étions bien conscients qu’il faudrait aussi passer par une croissance externe. Nous avons donc diversifié nos activités de façon géographique et dans des secteurs complémentaires: avec des participations dans les enrobés, le transport, etc. »

Des projets dans les cartons
L’entreprise familiale a encore de nombreux projets en perspective pour les années à venir, notamment du côté de la carrière de Steinbach exploitée par TRAGECO depuis 1995. Une carrière réputée pour la variété des couleurs de ses moellons. « En Belgique, on extrait chaque année plus de 70 millions de tonnes de pierres. Ce qui signifie que chaque Belge consomme en moyenne plus de 6 tonnes de pierres annuellement, estime Pascaline Lecoq. L’activité d’extraction est donc indispensable à l’économie d’une région.»
Fin 2016, TRAGECO a introduit une demande pour agrandir sa zone d’extraction. La procédure suit son cours, l’étude d’incidence devrait démarrer à l’été 2018. Objectif: faire aboutir le projet d’ici 5 ans maximum.
Environ 50% du chiffre d’affaires de l’entreprise reste toutefois généré par le secteur des travaux: travaux de voiries, pose d’égoûts, pose de conduites d’eau, réalisation de RAVeL, de terrains de sport, etc. Depuis 2013, TRAGECO est agréée en classe 7, cest-à-dire que l’entreprise peut soumissionner des marchés dans le domaine public allant jusqu’à un peu plus de 5 millions d’euros HTVA.
La production de béton progresse quant à elle continuellement depuis le lancement de l’activité en 1998. Une nouvelle centrale à béton acquise en 2015 a permis à TRAGECO de doubler sa capacité de production et de s’attaquer à un nouveau segment de marché : la production de béton riche. «Nous avons l’ambition de continuer à diversifier nos activités, mais surtout et avant tout de maintenir la culture familiale qui nous est chère», conclut Freddy Lecoq.
Pour contribuer à cette ambiance , TRAGECO s’est offert à l’aube de son 50ème anniversaire de nouveaux locaux administratifs dans le zoning de Waimes. Un espace de bureaux construit par TRA.GE.CO.BAT (société cousine dirigée par Roger Lecoq) et conçu par l’architecte Aurélie Lecoq, fille de Freddy et Chantal Lecoq. La boucle familiale est ainsi bouclée.

© TRAGECO

 


A propos de l'auteur

Publication par communiqué de presse.



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑