Lg-Verviers

Publié le 03-03-2019 | CP.

Liège : WSL classé dans le TOP 15 des meilleurs incubateurs au monde

WSL, l’incubateur pour techno-entrepreneurs, soutient les projets wallons issus des Sciences de l’ingénieur. Outre ses infrastructures réparties sur tout le territoire wallon (Charleroi, Gembloux, Liège, Louvain-la-Neuve, Mons, Namur), WSL met à disposition son expertise pour accompagner les techno-entrepreneurs dans leur développement tant en Wallonie qu’à l’international.

Fondé en 2000 par le Gouvernement wallon, WSL fut le premier incubateur technologique européen. WSL s’est efforcé d’évoluer pour coller à l’évolution et à la réalité du terrain ; en 2007, WSL est ainsi le meilleur incubateur européen pour techno-entrepreneurs.

Une toute récente étude menée en 2017 et 2018 par l’association internationale UBI-Global*classe aujourd’hui WSL parmi les incubateurs les plus performants au monde, voire un des deux meilleurs selon les critères envisagés comme notamment le chiffre d’affaires générés (6 x supérieur à la moyenne mondiale), le taux de rétention en Wallonie, l’accès remarquable aux investisseurs et la variété des services offerts.

Dans le cadre d’une réunion de travail qui s’est déroulée ce vendredi 1ermars 2019 en présence de Willy Borsus, Ministre-Président de la Région wallonne, Agnès Flémal, Directrice générale de WSL,a présenté et commenté les résultats de cette étude d’UBI-Global.

« WSL occupe une position mondiale reconnue et enviable au vu de la taille de notre région, précise Agnès Flémal. Au fil des années, nous avons édifié un « laboratoire de terrain », bâti sur un réseau de start-ups qui forment une communauté. Nous les accompagnons sur le long terme tout en gardant notre capacité d’innover. »

Agnès Flémal a également précisé le rôle et les enjeux futurs de WSL en plaidant pour un nécessaire renforcement de l’accompagnement à long terme de projets liés à la Deep Technology. Et ce, dès le tout début de leur lancement.

Par Deep Technology, on entend des innovations technologiques de rupture qui, au niveau sociétal, apportent directement ou indirectement une réponse à des enjeux majeurs pour la planète et la société et transforment des habitudes de fabrication et de consommation de manière durable.

« La vague des start-ups digitales arrive à maturité, tandis que les plateformes digitales B2B, grâce à leurs brevets, disposent d’un actif valorisable. Nous assistons aujourd’hui à une accélération de l’innovation de rupture grâce à la performance de ces outils numériques. L’enjeu pour nous est clairement de participer à la ré-industrialisation de notre région en intégrant l’ensemble des projets Deep Techs dès le début (pré-incubation) et jusqu’à leur internationalisation. Nous renforcerons ainsi une dynamique entrepreneuriale qui touche également le monde de la recherche tout en participant à la rétention des talents et à la création d’emplois dans la Région, précise Agnès Flémal.

WSL aujourd’hui, c’est 607 Mio€ de Chiffre d’affaires cumulé estimé, 866 emplois directs et plus de 2000indirects. C’est aussi 60.000 m² construits en outil de production. Le taux de survie des entreprises incubées est de 95%. Le taux annuel de création d’emploi est quant à lui de 11%.                                             

« Le temps est venu d’investir et de soutenir massivement les créateurs de valeur en Wallonie en accompagnant les start-ups Deep Tech et en nous adaptant à leur profil risqué et capitalistique. Nous devons rester cohérents dans notre démarche en privilégiant exclusivement une vision à long terme et sans se perdre dans des thématiques d’opportunité. Nous souhaitons pour ce faire nous associer à l’avenir à des acteurs industriels et facilitateurs en termes d’investissement et de commercialisation, conclut la Directrice générale de WSL. ».


A propos de l'auteur

Publication par communiqué de presse.



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑