Lg-Verviers

Publié le 28-02-2014 | Céline Léonard

(R) évolution dans le monde du textile

Evaporée l’industrie textile à Verviers ? Certes, la capitale de l’eau a derrière elle son passé florissant en la matière. Mais son avenir est loin d’être infertile… Centexbel, son centre d’expertise et d’innovation, la place même à la pointe des technologies qui, dans un avenir proche, révolutionneront le monde du textile. Directeur de la recherche chez Centexbel, Claude Revercez nous expose les innovations sur lesquelles planche le centre verviétois.

 

Avant tout, définissons le textile

Robes, pyjamas, tentures, draps de lit… : le textile c’est bien évidemment cela mais surtout beaucoup d’autres choses. «Quand on parle textile, le grand public pense spontanément vêtement. En réalité, le textile désigne toute structure composée de fibres. Selon la nature des fibres utilisées (verre, polymère, chanvre, coton,…), les applications seront donc diverses et variées. On retrouvera ainsi du textile dans les ailes d’un avion,  un pansement, l’équipement d’un pompier ou la coque d’un bateau.»  Au sein de cet univers extrêmement vaste, Centexbel a décidé de concentrer ses efforts de recherche sur 3 domaines : la microbiologie, les textiles intelligents et les composites. Passons en revue les innovations attendues dans ces domaines…

Le textile en microbiologie

Depuis toujours, les textiles jouent un rôle important dans le secteur médical où on les a couramment utilisés comme protection contre les agents infectieux (sparadraps, bas à varice,…)

  • Aujourd’hui
    Depuis plusieurs années déjà, les chirurgiens recourent à l’utilisation de stents absorbables par le corps humain (ndlr : les chirurgiestents sont des petits ressorts placés dans les artères pour éviter qu’elles ne se bouchent). Au bout de quelques mois, ces derniers commencent à se dégrader avant de totalement disparaitre dans l’organisme. Les professionnels de la santé utilisent également la micro-encapsulation médicamenteuse. Par le biais de ce procédé, des médicaments sont enfermés dans des microcapsules injectées en intramusculaire ou sous la peau et dont le contenu se libère progressivement dans l’organisme. Des patients atteints de diabète ont ainsi pu oublier leur injection quotidienne d’insuline pour se reposer sur ce procédé. A noter que la micro-encapsulation est aussi employée dans le secteur du bien-être où l’on a vu fleurir, entre autres, des peignoirs composés de microcapsules libérant des cosmétiques (huiles essentielles, extraits d’algues…) au contact de la peau.
  • Demain
    Claude Revercez en est convaincu, l’avenir verra le développement d’une autre technologie : l’électrospinning, un procédé permettant la création et la manipulation de fibres synthétiques extrêmement fines (jusqu’à 70 000 fois plus fines qu’un cheveu).  Grâce à cette technique, ces nano-fibres peuvent être entre-maillées à la densité souhaitée de manière à constituer un tissu poreux mimant la structure tissulaire humaine. Des essais concluant ont d’ores et déjà été menés dans le cadre de reconstruction osseuse, greffe de peau et même d’organes.

Les textiles intelligents

Tout textile capable de capter et de transmettre une information est qualifié d’intelligent.

  • Aujourd’hui
    Nombre d’innovations en la matière ont déjà suscité l’intérêt du grand public. Voici quelques mois, Centexbel avait ainsi fait parler de lui avec son « tapis qui appelle les secours », un tapis capable de détecter la non-déambulation d’une personne et de donner l’alarme. Le centre de recherche a également mis au point  un pull pour les pompiers de Bruxelles. Equipée de touches, la manche de ce vêtement permet aux hommes du feu de transmettre des informations à leurs collègues quand ils sont en intervention.
  • Demain
    smarttextile2«Nous allons plus que probablement vivre dans nos habitations de plus en plus âgés. Les textiles étant présents partout dans nos maisons, ils vont de plus en plus être utilisés pour le monitoring de nos organismes et signes vitaux. Nos vêtements ou nos recouvrements de matelas seront ainsi capables de contrôler notre respiration, température ou rythme cardiaque et de communiquer, au besoin, certaines informations à notre médecin par un mobile. Attention : tous ces capteurs feront partie intrinsèque du textile. Il ne s’agira pas de gadgets que l’on greffera à un t-shirt.»

Les composites

Un textile composite est un textile résultant de la combinaison de composants de natures différentes conférant au produit final des propriétés que les composants seuls ne possédaient pas.

  •  Aujourd’hui

tresseuse (2)Début 2013, dans le cadre d’un projet Feder, Centexbel s’est doté d’une tresseuse multicouche de 4 mètres de diamètre. Une machine quasi unique en Europe capable de tresser toutes fibres techniques (carbone, verre, métallique, polyéthylène HD,…) pouvant être utilisées dans le secteur des composites.  Equipée de 256 bobines, elle peut simultanément coudre 4 couches et directement en 3D. Sortent alors de ces fuseaux des pièces de quelques millimètres à 50 centimètres de diamètre. «De l’aérospatial au médical en passant par le design, les applications de cette tresseuse sont multiples. Elle revêt un intérêt pour toute entreprise souhaitant améliorer une pièce (en la rendant plus légère, plus écologique,…) tout en conservant ses caractéristiques techniques initiales. On peut ainsi créer en un temps record le prototype d’une coque de bateau à base fibres de chanvre ou de lin.»

  • Demain

Au regard de Claude Revercez, la recherche va évoluer vers le monitoring des pièces composites. « Prenons le cas d’une aile d’avion ! Dotée de capteurs, celle-ci pourrait nous informer sur son état d’usure, le nombre de fois où elle a plié, le fait qu’elle ait été soumise à des fortes bourrasques,… De nombreuses défaillances pourraient ainsi être évitées ! »

 

Centexbel : PI de Petit-Rechain  – Avenue du Parc, 28 à 4650 Chaineux – Tel : 087/32.24.30 –


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑