Namur

Publié le 15-04-2014 | Céline Léonard

« Je suis un gestionnaire qui a rêvé par accident »

  • Un parcours hors du commun, du rêve à la réalité
  • La création d’un opéra rock qui a séduit Paris
  • L’inauguration prochaine d’un parc d’attractions dédié au monde de la musique

 

DIDIER HODIAMONT 2 Des années durant, Didier Hodiamont a mené une carrière de gestionnaire. Une activité professionnelle qui lui apportait une certaine sécurité financière mais, le reconnait-il aujourd’hui, ne donnait pas de véritable sens à sa vie. Voici 9 ans, ce Brabançon d’origine n’a pas hésité à opérer un virage à 180° pour se consacrer à son projet de vie : Piano-Plage. Un parcours pittoresque au travers duquel notre homme s’est pleinement épanoui…

Au commencement, une vision 

L’aventure Piano-Plage débute en 2005. Au détour d’une balade le long de la Meuse, à Anhée, Didier Hodiamont a une vision. « J’ai vu un piano géant sortir de l’eau. Une expérience totalement irrationnelle, j’en conviens. Mais cette vision était si forte qu’elle m’a donné l’envie de créer un spectacle musical mettant en scène des notes de musique.» Un concept utopique qu’il va, contre toute attente, concrétiser.

Quatre objectifs   

Ainsi, dès 2007, Didier Hodiamont se consacre à temps plein à son improbable rêve. Afin de le mener à bien, il crée aux côtés de son épouse la société Dreamgest et s’assigne 4 grands objectifs. «Le premier était de donner naissance à un lieu-dit Piano-Plage, à l’endroit-même où j’ai eu ma vision. Ce lieu a été symboliquement inauguré en 2009. Des travaux d’aménagement  menés par les pouvoirs publics y sont en cours. D’ici 2 ans, il deviendra un parc familial multifonctionnel où j’espère installer les bureaux de Dreamgest.» Le deuxième objectif de Didier Hodiamont était de retranscrire l’émotion de sa vision en musique et en images. Ce fut chose faite avec, en 2011, la réalisation de la bande dessinée « Piano-Plage, du Rêve à la Réalité » et la production d’un album musical composé par Alec Mansion.

De temps à autre balloté par le doute, notre infatigable rêveur n’a pour autant jamais cessé sa marche en avant. C’est ainsi qu’en 2012 il donne vie à son troisième objectif et non des moindres : la création d’un opéra rock Piano-Plage. Un show intergénérationnel,  un ensemble scénique grandiose rehaussé par la présence de 30 artistes. Le clou du spectacle est la présence sur scène d’un piano géant long de 12 mètres et lourd de 12 tonnes. Une prouesse technologique conçue par la société namuroise WOW Technology. «Les premières représentations ont eu lieu à Anhée  devant 15.000 spectateurs. Nous nous sommes par la suite produits au Palais 12 de Brussels Expo mais aussi dans des théâtres parisiens (Bobino, Le Palace).» L’année 2014 s’annonce d’ores et déjà bien remplie pour la troupe avec une tournée qui l’emmènera dès juillet dans diverses salles belges et au Palais des Sports de Paris. Excusez du peu…

PIANO PLAGE (1)

Non content du chemin déjà parcouru, Didier Hodiamont a désormais en ligne de mire son quatrième objectif, plus fou encore que les précédents : l’inauguration, en 2018, d’un parc d’attractions constitué d’instruments géants et animé par le monde des notes de musique. « De la folie pure et simple devez-vous pensez. Et pourtant, cela se fera ! Trois lieux m’ont été proposés en Wallonie. Ils sont à l’étude. Côté financier, 100 millions € seront nécessaires. Des investisseurs ont marqué leur intérêt. Des entreprises de taille telles que Besix ont par ailleurs demandé à être associées à la réflexion.»

Convaincre des partenaires privés de le suivre dans ses projets incongrus : une prouesse dont Didier Hodiamont s’acquitte depuis les débuts de Piano-Plage. « Mon secret ? Mon passé professionnel joue certainement en ma faveur. Vous savez, je suis un gestionnaire qui a rêvé par accident. A côté du rêve, je n’oublie jamais la réalité des chiffres. Un aspect qui rassure les potentiels investisseurs.»

Auteur d’un parcours hors du commun, Didier Hodiamont n’éprouve pas de fierté particulière. «Je n’en ai pas vis-à-vis du projet. Peut-être en ai-je simplement pour le cheminement, la difficulté du parcours. Par ailleurs, le piano dont j’ai rêvé se voulait porteurs de valeurs et gardien de l’harmonie. Cela n’aurait eu aucun sens de briser l’harmonie qui m’entourait pour le concrétiser. Je suis donc heureux d’avoir pu fédérer mon couple et ma famille autour de cet improbable projet…»

 

Dreamgest : Rue du Fond n°12A à 5537 Warnant  www.pianoplage.com 


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑