Liège-Verviers

Marc Nolet (PhysIOL) : un regard innovant

5 Minute(s) de lecture

Voici tout juste 20 ans, Marc Nolet faisait l’acquisition de PhysIOL. Spécialisée dans la conception et la fabrication de lentilles intraoculaires traitant la cataracte, cette spin-off peinait alors à exprimer son potentiel. Jouant pleinement la carte de l’innovation, Marc Nolet a su transformer la chrysalide en papillon. Au détour d’un entretien, cet Ingénieur des Mines nous relate son parcours guidé par l’audace et l’envie d’entreprendre.

Entrepreneur dans l’âme, Marc Nolet a longtemps cherché la perle rare. L’entreprise qui lui donnerait l’envie de se poser et de pleinement s’y consacrer. Cette pépite, c’est en 1997 que cet ingénieur l’a trouvée en faisant l’acquisition de PhysIOL, une spin-off de l’Université de Liège spécialisée dans la fabrication de lentilles intraoculaires.

Avant cette acquisition, désireux de parcourir le monde, c’est loin de nos contrées que ce tempérament fonceur avait tenté sa chance. « Mon diplôme d’Ingénieur des Mines en poche, je me suis envolé pour les Etats-Unis où je venais de décrocher un emploi pour le compte de Petrofina. Accompagné de mon épouse et de notre premier enfant, j’ai posé mes valises au Kentucky, puis dans l’Indiana. » Dans un premier temps, les exploitations minières suscitent l’intérêt de cet adepte des sciences naturelles. « Mais au bout de 3 ans, je ne trouvais plus ma place au sein de la firme dont je ne partageais pas les orientations stratégiques. Mon point de vue n’étant pas entendu, j’ai préféré partir. »

Résolument aventureux, Marc Nolet met alors le cap sur la Californie pour se consacrer à une exploitation aurifère. « Les gisements n’ont malheureusement pas été à la hauteur de mes espérances. A l’époque, mon aîné se plaisait à raconter que son père était chercheur d’or. Je lui répétais souvent qu’il aurait mieux fallu qu’il soit trouveur d’or (rires). »

Au terme de 5 années passées au pays de l’Oncle Sam, c’est le retour à la case Belgique. Mais pas pour longtemps : « Recruté par McKinsey, j’ai intégré une étude dédiée à la société congolaise Gécamines. Cette expérience m’a donné le goût de l’Afrique. Dans la foulée, j’ai créé, à l’Est du continent, une activité de vente de pièces de rechange pour l’industrie. Mais une fois encore, ce créneau s’est avéré moins profitable qu’imaginé. »

Tout vient heureusement à point à qui sait attendre. Sa déception africaine fraîchement digérée, Marc Nolet a vent d’une société liégeoise en quête d’un repreneur : PhysIOL. Fondée en 1986 par le professeur Michel Delmelle, cette spin-off peinait à exprimer son potentiel. Convaincu par son avenir prometteur, Marc Nolet en fait l’acquisition. « L’entreprise fabriquait alors des lentilles monofocales génériques. Sur le marché, sa valeur ajoutée était mince. Pour décoller, j’avais conscience que nous devions muscler notre R&D. Pour ce faire, nous avons frappé à la porte du Centre Spatial de Liège qui disposait de compétences uniques en optique spatiale. Le challenge consistait à transposer leurs connaissances au domaine médical. » Des efforts couronnés de succès lorsqu’en 2010 – emmenée par Christophe Pagnoule – l’équipe R&D de PhysIOL lance le premier implant trifocal au monde. Une lentille capable de soigner la cataracte tout en corrigeant la vision de loin, de près et intermédiaire.

De par son caractère innovant, PhysIOL est entrée dans la cour des grands. Conscient d’évoluer dans un secteur en progression constante, Marc Nolet veille à cultiver cet esprit novateur tout en consolidant son entreprise. Voici 2 ans, notre ingénieur a ainsi ouvert le capital de PhysIOL au fonds d’investissement américain TA Associates. En 2017, après avoir intégré la firme suédoise Alyko, il a fait l’acquisition de l’entreprise italienne Optikon, spécialisée dans la fabrication d’équipements médicaux. Une politique audacieuse et réfléchie pour permettre à PhysIOL de toujours voir plus grand.

Bio express

  •  Né le 22 mars 1957 à Bruxelles
  • 1975: au terme d’humanités générales en latin-grec, entame des études d’Ingénieur Civil Mécanicien à l’UCL
  • 1978: interrompt ses études pour effectuer son service militaire chez les para-commandos
  • 1979 : réoriente son cursus scolaire en optant pour une licence d’Ingénieur des Mines
  • 1983: débute sa carrière aux Etats-Unis, chez Petrofina
  • 1987 : toujours aux USA, se lance dans l’exploitation de gisements aurifères
  • 1989 : devient consultant chez McKinsey
  • 1992 : crée une activité commerciale en Afrique de l’Est
  • 1997 : fait l’acquisition de la société liégeoise PhysIOL aux côtés de Jean-Paul Müller
  • Marié, père de 3 enfants
  • Adepte d’espaces verts, il aime se ressourcer dans la nature en pratiquant, en dilettante, la pêche à la mouche et l’ornithologie

 Coup de génie :
« Je me réjouis d’avoir immédiatement été convaincu par le potentiel de PhysIOL. Depuis 20 ans, l’entreprise affiche une croissance constante. Dans ce succès collectif, ma principale contribution a été de fédérer et de fidéliser nos équipes. En tant que dirigeant de PME, je mets un point d’honneur à répondre aux attentes des collaborateurs qui trouvent leur motivation dans un environnement qui donne du sens à leur engagement et qui reste challengeant; une de mes missions est de leur inoculer la passion qui m’anime.
Sur ses différents sites, PhysIOL compte aujourd’hui 250 collaborateurs.  Nous étions 12 en 1997… Lorsque j’ai repris la société, je n’avais pas de compétences particulières en management ou en gestion des ressources humaines. Mais la fonction fait l’homme… Au travers de crises résolues, j’ai toujours voulu saisir l’opportunité de nous améliorer. »

Coup de coeur :
« L’activité de PhysIOL exige des compétences en micromécanique, en plasturgie, en optique… Nous avons eu la chance de grandir dans un environnement où ces compétences étaient extrêmement bien représentées chez nos voisins de l’Université, de Sirris, d’AMOS ou du Centre Spatial de Liège. Sans ce dernier, nous n’aurions d’ailleurs pas été en mesure de pénétrer le marché de la presbytie.
Si nous avons pu lancer des produits innovants sur le marché, c’est également grâce au Plan Marshall. Au-delà du soutien financier qu’il représente, il nous a permis de nouer des collaborations durables avec des centres de recherche de l’Euregio.
Je profite, enfin, de cette question pour remercier mon épouse qui, tout au long de ma carrière, a su faire preuve de patience et de résilience. »

Coup de gueule :
« Je déteste les prises de position égotiques. Au sein de PhysIOL, il n’y a pas de place pour les comportements individualistes. L’entreprise est pilotée selon des règles sociocratiques. Les décisions ne se prennent pas de manière arbitraire. Elles sont le fruit d’un processus participatif au cours duquel chacun peut exprimer son point de vue. Cette mobilisation de l’intelligence collective fait aujourd’hui partie de l’ADN de PhysIOL. »

 

Du tac au tac :

  • Quelle est votre plus grande qualité managériale ?
    Je pense avoir la faculté de trouver la personne adéquate pour exercer une fonction donnée. Parallèlement, je ne rencontre aucune difficulté à déléguer. J’aime travailler en confiance.
  • Un défaut ?
    Je suis du genre à agir puis réfléchir. Je suis né sous le signe du Bélier, voilà peut-être d’où me vient cette impulsivité.
  • Quelle est votre devise ?
    Point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer (Guillaume d’Orange). J’y vois une belle traduction de mon parcours.

PhysIOL, c’est :

  • Une entreprise spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation de lentilles intraoculaires. Notamment utilisés pour la chirurgie de la cataracte et la chirurgie réfractive, ces implants – posés par un chirurgien ophtalmologue – remplacent le cristallin naturel du patient.
  • 31 années d’existence
  • 250 collaborateurs
  • 300.000 lentilles produites par an
  • Plus de 50 millions d’€ de chiffre d’affaires
  • Une croissance moyenne de 17% depuis 10 ans
  • Une présence dans 63 pays à travers le monde

PhysIOL :  Liège Science Park – Allée des Noisetiers, 4 à 4031 Liège –  Tel : 04/361.05.49 – info@physiol.bewww.physiol.eu

 

 

363 posts

À propos de l’auteur
Rédactrice en chef (Liège-Namur)
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Liège-Verviers

L’appli Totemus a généré 750 000 € de chiffre d’affaires dans le secteur du tourisme en Wallonie et à Bruxelles

1 Minute(s) de lecture
Totemus est une application gratuite qui propose un réseau de balades connectées sous forme de chasse au trésor, accessibles 24h/24 et 7j/7,…
Liège-Verviers

HEC Liège lance sa formation Sustainable and Climate Finance

1 Minute(s) de lecture
Notre société évolue de plus en plus rapidement et le monde de la finance n’échappe pas à la règle. Face à une volonté…
Liège-VerviersNamur

Frais propres à l’employeur : changement à partir des revenus 2022

1 Minute(s) de lecture
À partir de l’année de revenus 2022, le montant des remboursements des frais qu’un employeur ou une société verse respectivement à ses travailleurs…