Hainaut

Publié le 05-06-2019 | Hugo Leblud

PORTRAIT – Fabrice Brion (I-CARE), champion de la prédiction

En moins de quinze ans, l’entreprise montoise I-Care, avec dix filiales à l’étranger et 325 emplois, est devenue le n°1 en Europe dans la maintenance prédictive et la fiabilisation d’équipements industriels…

L’an dernier, I-Care a racheté ARG Europe, son principal concurrent au nord du pays, gonflant de la sorte les effectifs de la société absorbante de 125 emplois.

Cette année, l’entreprise cofondée il y aura bientôt quinze ans par Fabrice Brion et son ami de toujours Arnaud Stiévenart, a solidement consolidé ses bases financières pour porter son capital social à 16,4 millions EUR. « En créant I-Care Holding, nouvelle société faîtière du groupe, nous partageons aujourd’hui les risques avec de nouveaux partenaires dont la SRIW et l’invest IMBC, ce dernier étant un fidèle partenaire dans notre croissance » explique Fabrice Brion. Ce dernier, malgré les récents apports publics en capital et en prêt des nouveaux entrants, détient toujours la majorité des parts et est le CEO de la holding et le directeur gérant de la Sprl I-Care qui concentre l’ensemble des activités opérationnelles. « Tout est parti de mon mémoire de fin d’études à l’Isic, d’où je suis sorti major de ma promotion, justement consacré à la « maintenance prédictive par l’analyse des vibrations ».Très vite, Fabrice Brion, qui compléta sa formation à la Polytech de Mons par un master de l’innovation, a senti le potentiel qu’il y avait dans la maintenance prédictive et la fiabilisation des machines industrielles. La suite n’a été que la mise au point de nouveaux produits et la multiplication de filiales à l’étranger, au nombre de dix aujourd’hui, en Europe, en Asie (Corée) et aux Etats-Unis. « Nous croîtrons encore de 25% par an les prochaines années et en 2019, nous engagerons un nouveau collaborateur chaque semaine » affirme Fabrice Brion.

COUP DE GENIE

« Mon « coup de génie » je le dois en fait au Professeur Deroubaix, à l’Isic, quand il m’a suggéré le thème de mon travail de fin d’études : « Maintenance prédictive par l’analyse des vibrations : établissement des niveaux d’alarme. Théorie et résultats ».

Fabrice Brion terminera ce travail, bourré de chiffres et de tableaux, avec la plus grande distinction !

Ce diplôme en poche, le jeune Montois trouve un emploi à Heverlee chez Emerson Process Management, filiale d’un gigantesque groupe américain spécialisé dans l’automatisation des processus industriels.

Ayant bouclé une formation complémentaire en management, Fabrice Brion, après trois ans de bons et loyaux services chez Emerson, constate que ce groupe est frileux pour monter un département « maintenance prédictive ».

En 2004, il quitte Emmerson et fonde sa propre société, I-Care, logée peu après sur le Parc scientifique Initialis à Mons.

Et, ironie de l’histoire, l’an dernier, c’est I-Care qui rachète l’entreprise d’Heverlee, devenue son plus gros concurrent en Belgique, qui avait été entre-temps rebaptisée ARG Europe.

« Avec le recul, jamais je n’aurais pu imaginer un tel déploiement avec 325 collaborateurs.

Ceci dit, ce développement n’a été et n’est rendu possible que parce que notre croissance s’appuie sur des valeurs qui sont aussi les miennes : la performance avec une nécessaire et constante remise en question ; une croissance « sustanable », durable qui repose sur le long terme et qui exige des investissements réguliers et enfin, le respect de l’humain qui fonde les relations au sein de l’entreprise ». La moyenne d’âge au sein du groupe I-Care est proche aujourd’hui des 35 ans. « Nous investissons beaucoup dans la formation de notre personnel » insiste encore Fabrice Brion, très fier aussi, grâce à la compétence de son personnel, de n’avoir, à ce jour, perdu aucun client !

COUP DE FORCE

Le « coup de force » de Fabrice Brion tourne encore et toujours autour du respect des valeurs de l’entreprise. Il y a trois ans, la société I-Care a dû se séparer de son COO (Chief Operating Officer) « parce que j’avais constaté que les valeurs fondatrices de notre entreprise n’étaient plus respectées ».

Concrètement, la manière de faire du COO a dû être publiquement désavouée et a eu pour conséquence un burn out de l’intéressé puis son licenciement.

« Objectivement, la fonction de COO, qui n’a plus été pourvue depuis, était devenue intenable, compte tenu des contraintes financières que nous avions mises sur cette personne, en relation aussi avec les résultats médiocres de l’exercice 2014 » se souvient le patron cofondateur d’I-Care.

La fonction de COO n’existe donc plus chez I-Care, Fabrice Brion, outre ses responsabilités dans la holding financière, assumant cette charge en tout cas sur la France, les Pays-Bas et la Belgique.

COUP DE GUEULE

« Ce que je déplore franchement, c’est le manque d’ambition et surtout l’absence de valorisation de celle-ci dans la partie francophone du pays. C’est clairement un problème culturel et je ne vois que l’éducation pour tenter de corriger cela » soutient Fabrice Brion.

Et d’appuyer son « coup de gueule » par un constat : « Il y a beaucoup plus de sociétés flamandes qui rachètent des entreprises wallonnes que l’inverse ».

TAC AU TAC

CCI mag’ : « La qualité que vous préférez chez un homme ? »

FB : « L’honnêteté » !

CCI mag’ : « Et chez une femme ? » 

F.B : « L’honnêteté. Je ne fais pas de différence entre homme et femme… »

CCI mag’ : « Votre principal défaut ? »

F.B : « Je suis impatient et, malheureusement, de plus en plus avec l’âge…»

CCI mag’ : « Votre rêve de bonheur » ?

F.B : « Vivre le plus longtemps possible en bonne santé, entouré des gens que j’aime ».

CCI mag’ : « Ce que vous voudriez être » ?

F.B : « Ce que je suis » !

CCI mag’ : « Le pays où vous désireriez vivre » ?

F.B : « La Belgique » !

CCI mag’ : « Vos héros dans la vie réelle » ?

F.B : « Tous les acteurs motivés de l’enseignement. Ils ont un rôle primordial pour notre avenir mais manquent cruellement de moyens… »

CCI mag’ : « Votre domaine culturel préféré » ?

F.B : « Le théâtre ou le cinéma. J’aime le mouvement. Ou la musique, dans un écrin aussi incroyable qu’Arsonic à Mons ».

CCI mag’ : « Le don de la nature que vous aimeriez avoir » ?

F.B. : « Prédire l’avenir, et pas rien que pour les machines… »

CCI mag’ : « La faute qui vous inspire le plus d’indulgence » ?

F.B : « La gourmandise, du haut de mes 120 kg »…

CCI mag’ : « Votre devise » ?

F.B : « Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends (Nelson Mandela) ».

BIO EXPRESS

– Marié sans enfant

– Montois et fier de l’être !

– Administrateur au sein de Bemas (Belgian Maintenance Association) et président du club Entreprises « Mons 2025 ».

– Désigné par Agoria comme expert belge pour les comités de normalisation ISO relatifs à la maintenance prédictive.

– 2001 : ingénieur industriel (Haute Ecole Roi Baudouin) avec la plus grande distinction

– 2003 : master en Innovation Management (Polytech Mons)

– 2003 : ingenieur fiabilite chez Emerson CSI

– 2004 : cofonde I-Care avec deux partenaires

Rue René Descartes, 18 à 7000 Mons – Tél : 065/45.72.14 – www.icareweb.com


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑