Namur

Publié le 05-10-2019 | CP.

Wako (Gembloux) prend plusieurs mesures pour compenser à 100% son empreinte carbone

La société WAKO, fabricant belgo-luxembourgeois de portes et fenêtres, s’est fixée pour objectif de réduire drastiquement, dès 2019, son empreinte écologique pour atteindre la neutralité carbone d’ici fin 2020 grâce à de nombreuses actions et à son partenariat avec l’ONG Graine de vie.

Chaque année, WAKO produit, livre et installe quelques 30.000 portes et fenêtres. Suite à la réalisation de son bilan carbone, WAKO a pu déterminer que son activité industrielle et commerciale correspondait à une émission de 15.000 tonnes de CO2 par an.

Selon Patrick de Briey, directeur et responsable RSE de WAKO, ce chiffre peut être significa- tivement réduit. Pour ce faire, l’entreprise a établi un plan d’actions axé sur deux points : la réduction propre de ses émissions de CO2 et la compensation carbone.

MOINS 20% DE CO2 PAR AN GRÂCE À UNE RÉORGANISATION ET DES INVESTISSEMENTS

Pour pouvoir réduire ses émissions de 20% à l’horizon 2020, WAKO a déjà mis en place différentes actions, ciblant principalement les activités de la société qui sont gourmandes en énergie, à savoir la logistique et le transport. Concrètement, la société de portes et fenêtres a optimisé ses transports de marchandises, réorganisé ses tournées, augmenté la qualité et la performance de ses véhicules. WAKO a également mis en place une stratégie de gestion des déchets  et a installé des panneaux solaires sur plusieurs de ses bâtiments afin, entre autres, d’alimenter ses véhicules électriques, destinés au transport du personnel, avec sa propre énergie verte.

180.000 ARBRES PLANTÉS PAR AN

Les 80% d’émission de CO2 restant, dus à son activité industrielle, sont qualifiés d’incompressibles.Pour atteindre la neutralité carbone, WAKO va donc les compenser grâce à Graine de vie, une ONG active dans la reforestation à Madagascar et au Togo. La compensation de WAKO devrait donc permettre à Graine de vie de planter, d’ici fin 2020, quelques 180.000 arbres par an, soit l’équivalent aux 80% de CO2 à compenser. WAKO collabore avec Graine de vie depuis 2016, ce qui lui a déjà permis, à ce jour, de planter 100.000 arbres à Madagascar.

SENSIBILISER EN AMONT…

WAKO a également l’intention de réaliser auprès de ses fournisseurs un travail de sensi- bilisation car 70% de ses émissions de CO2 sont liées à la production et au transport de ses matières premières, en amont. « Si l’on veut atteindre notre objectif, il est primordial qu’on sollicite et qu’on sensibilise nos fournisseurs à la problématique puisque la réduction de leur empreinte limite par conséquent la nôtre. Ce travail de sensibilisation entre dans la logique de fonctionnement qu’on a toujours privilégiée et qui consiste à travailler en partenariat avec tout l’environnement de l’entreprise », explique Patrick de Briey.

... ET EN AVAL

Qui dit tout l’environnement de l’entreprise sous-entend également ses clients, auxquels WAKO propose, sur base volontaire, de soutenir Graine de vie. Depuis le mois de septembre, WAKO a lancé une campagne de sensibilisation afin d’inviter ses clients à soutenir directement l’ONG à concurrence de 1€ par fenêtre en PVC et 3€ par fenêtre en aluminium (calcul émanant de la société CO2 Strategy lors de l’établissement du bilan carbone de Wako). Outre leur participation active à un projet de reforestation et donc à la réduction mondiale des émissions de gaz à effet de serre, WAKO invite ses clients, qui auront soutenu l’ONG, à un concours dont le 1er lot est une semaine, pour deux, à la découverte du Costa Rica (premier pays ayant atteint la neutralité carbone).

ET APRÈS 2020 ?

Fermement décidé à ne pas s’arrêter à la « neutralité carbone », WAKO souhaite continuer ses efforts afin de dépasser ses objectifs pour peut-être un jour devenir négatif en carbone. « Il n’y a pas de limite. J’espère que nos initiatives encourageront et inspireront d’autres entreprises. Le but est de susciter une réflexion qui mènera à la conscientisation d’un plus grand nombre de personnes sur ces enjeux qui sont désormais essentiels », conclut Patrick de Briey.


A propos de l'auteur

Publication par communiqué de presse.



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑