Lg-Verviers

Publié le 06-11-2019 | Frédéric Van Vlodorp

JOEL FILOT (PAULY-ANDRIANNE)
 : la nature au sommet

Pauly-Andrianne, c’est une institution à Verviers ! Les épicuriens du jardin, comme ils
se dénomment, ont conservé un ancrage familial depuis près de deux siècles. Ils s’apprêtent à tourner une nouvelle page avec la création de LA jardinerie de référence de l’arrondissement sur les hauteurs de la cité lainière.

© ICONOCLASH/OANNA/P.MORIAME

En arrivant devant le magasin Pauly-Andrianne, la problématique apparaît crûment. L’entreprise, dont les premières traces officieuses remontent à 1825, est à l‘étroit dans son quartier verviétois. Le moulin, l’atelier et la surface de ventes (doublées en 2009 pour atteindre 3.000 m²) sont difficilement accessibles pour les fournisseurs, les clients professionnels, etc.

A l’intérieur, c’est un peu la caverne d’Ali Baba pour tout qui s’intéresse de près ou de loin au jardin et à la forêt. Articles pour potagers et plantations, tontes, serres et abris, étangs et piscines, mobilier de jardin, barbecues, machines et outillages en tous genres, vêtements de travail, textiles, chaussures, animalerie,…

« L’entreprise a considérablement évolué depuis ses débuts à Dolhain puis rue du Collège à Verviers » souligne Joël Filot, administrateur délégué de l’entreprise Pauly-Andrianne tout comme son associé Sébastien Jacquemin, descendant de la famille fondatrice. « Le magasin – par rapport à l’atelier – ne représente que la partie émergée de nos activités avec moins de 50 pc de notre chiffre d’affaires. Nos clients sont des particuliers mais surtout des entreprises de jardins et forêts, des administrations communales, etc. » Et les horizons s’apprêtent à s’élargir…

Joël Filot est arrivé dans l’entreprise en 2002. « J’ai suivi des études en comptabilité et fiscalité ; c’est éloigné des jardins et forêts ! »  s’exclame le Jalhaytois. Mais il a toujours vécu à la campagne et aime la nature, notamment la montagne en été et en hiver. Il vient d’ailleurs de relier, en famille et avec des amis, Chamonix et Cervinia, un parcours de 120 km avec plus de 8.000 m de dénivelé.

« J’ai aussi un père indépendant avec qui j’ai travaillé très tôt dans le domaine brassicole et vinicole. » Joël Filot a ensuite exercé dans la comptabilité puis dans la vente et le marketing.
« Mon père était client chez Pauly-Andrianne – cette institution qui m’a toujours attirée – et nos familles se connaissaient. Quand l’opportunité de rejoindre l’entreprise s’est présentée, je me suis décidé en 2 heures. Je ne voudrais pas faire autre chose ! Nous sommes actifs dans un secteur avec des clients qui viennent pour se faire plaisir. »

Et du plaisir, Joël Filot et Sébastien Jacquemin comptent bien en offrir davantage. L’entreprise devrait quitter la rue Biolley, occupée depuis les années 70, pour rejoindre le Laboru, près de la sortie d’autoroute sur le territoire communal de Theux. « L’objectif est de créer la jardinerie de référence dans l’arrondissement de Verviers. Nous ambitions d’ouvrir au printemps 2021 un magasin qui fera vivre une expérience aux visiteurs. Ils n’auront plus envie d’aller dans le même type de magasin chez des concurrents à Saint-Georges, à Hasselt ou aux Pays-Bas. »

Le projet est très ambitieux, avec un élargissement de l’offre au végétal pour compléter la gamme de produits ainsi qu’un restaurant. Prochainement nichée dans un écrin de verdure, l’entreprise fera la part belle au développement durable : création de mares, potager partagé, mise en avant des producteurs et produits locaux (pas seulement dans le restaurant), plantes centrées sur le comestibles et flore privilégiant la biodiversité, présence de ruches, …
Cette approche ne nécessite pas un effort particulier. Pauly-Andrianne a en effet été précurseur dans bien des domaines ‘verts’ : semences locales, produits zéro phyto, etc.

Le tandem Filot-Jacquemin voit donc grand. Les deux hommes ont d’ailleurs racheté un concurrent sur le marché des machines horticoles et forestières en début d’année. La société Comblain Motor (magasin Green Mat) à Sprimont fait désormais partie de la stratégie globale et devrait aussi évoluer dans l’avenir.

Pauly-Andrianne, c’est…

  • une entreprise familiale spécialisée dans tous les articles liées au jardin et à la forêt
  • 2 magasins/ateliers à Verviers et Sprimont
  • un chiffre d’affaires de 7,5 millions d’euros, réparti à hauteur de 60 pc pour les clients professionnels et 40 pc pour les particuliers
  • environ 20.000 références d’articles au moins vendus une fois
  • une équipe d’une trentaine de personnes
  • un projet ambitieux (de l’ordre de 8 millions d’euros) de déménagement du centre de Verviers vers le Laboru à l’horizon 2021

 

DU TAC AU TAC

Mes plus grandes qualités
j’aime organiser, travailler dans l’harmonie, avec des collaborateurs motivés. S’ils sont heureux, je le suis également.
J’ai un caractère plutôt fonceur, porté sur les projets. J’aime les faire aboutir mais aussi parcourir le chemin qui y mène, pas dans un souci de compétition mais de « finisher »… puis je passe au suivant !

Mes plus grands défauts
Je suis souvent trop gentil avec une difficulté prononcée à ne pas savoir dire non !
Je suis un peu impatient par moment et peu porté sur les détails.

Coup de génie
Je laisse ça aux génies ! J’espère qu’il est à venir, avec notre nouveau projet.

Coup de cœur
Notre équipe : des personnes motivées, toujours prêtes à rendre service et à améliorer l’entreprise.
Mon entourage aussi : ma famille, mes amis, mes collègues chefs d’entreprises qui m’encouragent dans mes initiatives.

Coup de gueule
C’est la frilosité des institutions publiques et financières. Pas tellement les personnes actives sur le terrain mais bien leur hiérarchie, leurs comités, leurs procédures,…
Cela tue l’initiative, entretient la morosité et surtout l’immobilisme. Nous faisons partie de ces PME cachées, qui pourtant engagent, développent des projets, etc.
Par ailleurs, je déplore qu’on ne mette pas en avant les métiers techniques ni le bilinguisme à l’école. J’ai de la peine à trouver comme pas mal de collègues du personnel et nous devons souvent former nous-même des apprentis.

Si c’était à refaire

Je deviendrais indépendant plus tôt. J’aurais été plus studieux dans mes études supérieures afin d’avoir une meilleure base pour affronter les défis de l’entrepreneur.
Il n’existait malheureusement rien pour attiser l’envie d’être entrepreneur.
Je fais actuellement partie d’un groupement de chefs d’entreprises où on fait tout sauf perdre son temps. Le coup de boost mensuel que je conseille à tous !

 BIO EXPRESS

  • Né le 21/11/1970 à Eupen
  • 1991 : gradué en comptabilité-fiscalité
  • 1991-95 : travaille comme comptable dans différentes fiduciaires
  • 1996-99 : est responsable du marketing et du réseau des agents chez l’éditeur de logiciels de gestion Cubic
  • 1999-2002 : entre chez Proximus pour gérer le réseau des agents indépendants.
  • 2002 : rejoint l’entreprise Pauly-Andrianne, dans laquelle il est administrateur délégué et associé de Sébastien Jacquemin, descendant des fondateurs.
  • Marié, deux enfants
  • Passionné de montagne où il pratique plusieurs sports, l’été et l’hiver.
  • Vélo de route et cuisinier amateur !

PAULY-ANDRIANNE : Rue Biolley, 17 B – 4800 Verviers – 087/31 28 37 – info@pauly-andrianne.be – www.pauly-andrianne.be

 

 

 

 

 


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑