Sponsorisé

Publié le 09-01-2020 | Dominique Lemaire

EasyPost : gagner du temps et de l’argent en externalisant le courrier d’entreprise

Au sein d’une entreprise, la gestion du courrier sortant est indispensable mais chronophage. EasyPost l’a bien compris et vous propose de sous-traiter cette fonction tout en vous permettant de réaliser des économies : une innovation dans le secteur. L’entreprise est née il y a environ six ans et affiche aujourd’hui une croissance exponentielle.

L’idée de Sebastien Buess, fondateur et CEO d’EasyPost, est partie d’un constat évident : chaque jour, des centaines d’entreprises perdent énormément de temps et d’argent pour gérer, manuellement, les centaines de courriers sortants.  Une tâche énergivore en temps, et en personnel. L’externalisation et l’optimisation de la gestion du courrier sortant s’est donc avérée être une réelle opportunité dans le secteur, et une vraie bonne idée puisque depuis sa création, la société affiche une croissance impressionnante: « Chaque année ou presque, nous doublons notre chiffre d’affaires. Cette année-ci, nous allons terminer avec C.A. d’environ 60 millions d’euros » indique Johan Wouters, directeur commercial d’EasyPost.  « Nous grandissons vite car nous proposons un produit à peu près unique sur le marché : nous garantissons la bonne gestion du courrier de ces entreprises tout en leur permettant de faire des économies ».

Équation magique, certes, mais quelle est la formule ? « Travailler sur la quantité : nous traitons 200.000 envois chaque jour et ce volume nous permet de négocier des prix très avantageux. C’est cette combinaison qui nous rend très attrayants pour nos clients car en moyenne, ils réalisent une économie de 20%. C’est notre valeur ajoutée ».

Bpost et EasyPost : ni amis, ni ennemis, mais partenaires !

« Nous nous situons entre les clients et Bpost. Chaque jour, le courrier est collecté dans les différentes entreprise du pays. Via les différents hubs logistiques répartis sur le territoire, ce courrier est trié par taille, poids et code postal. Puis nous l’affranchissons et l’acheminons chez Bpost qui n’a plus qu’à le distribuer. Nous ne sommes pas des facteurs, mais des routeurs». Cette nuance fait toute la différence et permet aux deux opérateurs de travailler main dans la main.

Papier ou digital ?

Aujourd’hui, EasyPost compte 2078 clients répartis dans toute la Belgique, tous secteurs confondus dans le privé ou le public, et s’ouvre aux marchés du Luxembourg et de la France.

Mais à l’ère de la digitalisation, le courrier papier est-il encore d’actualité ? «Oui, car même s’il y en a beaucoup moins, une grande partie des sociétés continuent à travailler avec le papier, notamment pour les recommandés ». Cela étant,  le courrier électronique devient de plus en plus fréquent et, comme nous le confirme Johan Wouters : « Avant, je recevais trois mails et vingt lettres. Aujourd’hui, je commence mes journées avec 200 mails, et une lettre ». C’est sans doute ce qui leur a donné l’idée de développer deux nouveaux produits : d’une part EasyPrint qui permet d’envoyer un courrier à tous les destinataires par un simple mail à leur plateforme, et d’autre part le service « recommandés électroniques » qui aura une vraie valeur juridique car accompagné d’un récépissé reprenant toutes les données relatives à l’expédition. Le tout via un portail sécurisé.

Easy, respect & hapiness

Ces trois mots représentent la philosophie de l’entreprise vis-à-vis de ses clients, mais aussi et surtout de leur personnel : « Si nos collaborateurs sont heureux dans leur travail, ils serviront bien nos clients. Car bien plus qu’un produit, c’est un service que nous vendons, et c’est grâce à ce personnel que cela fonctionne. Alors nous le soignons ! ». Un management positif qui fait le bonheur des 185 travailleurs que compte désormais l’entreprise, et leur permet d’être ambitieux:  « Nous voulons simplifier la vie de toutes les entreprises belges, faire en sorte que toute leur communication sortante passe par EasyPost ».


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑