Brabant wallon

Publié le 09-04-2020 | Hugo Leblud

PORTRAIT – Rodolphe van der Straten (IPEX) : au-delà de l’impression digitale…

Résultat de la fusion de deux entreprises, le challenge d’IPEX a été de se positionner, au-delà de la simple impression digitale, comme une unité informatique de services intégrés pour l’étiquetage variable et la distribution de documents transactionnels…

Rodolphe van der Straten est ce qu’on appelle un pur autodidacte.

L’entrepreneur n’en tire aucune gloriole particulière mais préfère égrener quelques faits et chiffres pour « cadrer » la société IPEX qu’il dirige et à laquelle il a consacré, depuis 2000, l’essentiel de sa vie professionnelle.

Aujourd’hui, la société IPEX, ce sont septante personnes occupées, sans compter une dizaine de consultants indépendants, actives sur deux sites de production, l’un à Saintes, en Brabant Wallon (implantation historique) et l’autre à Herstal, en région liégeoise, suite à une acquisition à NRB en 2017.

Le chiffre d’affaires a atteint l’an dernier 22,7 millions d’euros contre… 17 millions en 2018 ! L’ambition affichée est de porter celui-ci à quelque 24 millions pour l’exercice en cours. IPEX, à l’origine, est le résultat de la fusion de deux sociétés, l’une à Bruxelles et l’autre à Saintes, qui exerçaient des activités proches dans l’étiquetage variable.

« Avec mon complice de toujours en affaires qu’est Gaëtan Waucquez, le patron de La Floridienne, nous avons rapproché ces deux entités et leurs activités en les orientant progressivement vers l’impression digitale, mais aussi le document transactionnel -document adressé – pour offrir à nos clients un service le plus outsourcé possible pour leurs documents sortants » précise Rodolphe van der Straten.

Selon son CEO, IPEX est d’abord et avant tout aujourd’hui une société informatique de services pour la gestion/fabrication d’étiquettes variables et de documents transactionnels.

COUP DE GENIE

Affichant naturellement une certaine modestie, le CEO d’Ipex se refuse à personnaliser un « coup de génie » préférant mettre en évidence trois ou quatre « concepts » sur lesquels s’est construit son petit groupe déployé en Brabant Wallon et en province de Liège.

Avant tout, Rodolphe van der Straten tient à rappeler un concept de base : « Le client est roi, il doit avant tout et toujours être au centre de nos préoccupations parce que le succès de notre client est automatiquement le nôtre aussi ».

La flexibilité, l’agilité du personnel, que le CEO couple avec un « état d’esprit » et même la notion de « bonheur au travail » avec un « indispensable respect de chacun » (sic) sont, pour lui, des éléments incontournables, voire indispensables pour que le projet entrepreneurial, dont les axes sont préalablement bien définis et bien compris par tout le monde, soit une réussite.

Rodolphe van der Straten souligne aussi l’importance de la persévérance pour conduire une entreprise.

« Quand nous avons connu un passage très difficile, fin de l’année 2008, avec la vente de notre unité française de production qui occupait une quarantaine de salariés, mais aussi un solide allégement de notre effectif en Belgique, la stratégie, le positionnement de l’entreprise ont été fortement discutés » se souvient le CEO.

« J’ai tenu bon pour conserver, dans nos deux secteurs – l’étiquetage variable et les documents transactionnels – un positionnement résolument IT, soucieux de développer des services pour nos clients qui vont bien au-delà de la simple impression digitale ».

Une ténacité payante qui positionne aujourd’hui IPEX au mieux dans son marché de niche, tant en Belgique qu’à l’étranger.

COUP DE FORCE

Pour évoquer son « coup de force », Rodolphe van der Straten revient sur la profonde crise qui a secoué IPEX en 2008, moment ou deux de ses principaux clients, dans deux secteurs d’activités stratégiques pour l’entreprise, ont stoppé net toutes leurs commandes !

« Nous étions au bord du précipice, des décisions douloureuses ont dû être prises, comme la vente de notre filiale de production en France et le licenciement, à Saintes, d’une quinzaine de collaborateurs » se souvient le CEO. « Et puis, il a fallu convaincre ceux qui restaient avec nous de repartir à la conquête des marchés perdus et à la recherche de nouveaux clients en développant des services de plus en plus intégrés et de plus en plus sécurisés pour l’émission et l’expédition, pour compte de tiers, de leurs produits » poursuit Rodolphe van der Straten.

Et ce dernier de rappeler « parce qu’on l’oublie un peu trop vite », que « la vie des entreprises est un challenge permanent et que rien n’est jamais définitivement acquis ».

COUP DE GUEULE

Rodolphe van der Straten se dit las d’entendre tout le temps que « c’est compliqué de créer son entreprise ».

Pour lui, si l’on est un « vrai » indépendant dans l’âme, « on doit pouvoir se débrouiller pour atteindre l’objectif qu’on s’est fixé ».

Cela suppose aussi, pour l’entrepreneur brabançon, que ne peut être défendu, dans le cadre des partenariats publics ou privés sollicités, qu’un projet solide.

« Mes expériences professionnelles montrent que les divers intervenants publics comme la SRIW, la Sogepa ou encore la Sofinex, sont vraiment là pour nous supporter, pourvu que nous nous engagions aussi directement et que le projet entrepreneurial soutenu soit sans faille ».

DU TAC AU TAC

CCI mag’ : « La qualité que vous préférez chez un homme » ?

R.V : « L’humour et la persévérance » !

CCI mag’ : « La qualité que vous préférez chez une femme » ?

R.V : « L’humour et l’autonomie »

CCI mag’ : « Votre principal défaut » ?

R.V : « L’impatience » !

CCI mag’ : « Votre rêve de bonheur » ?

R.V : « Un monde sans jalousie car elle est à l’origine de beaucoup de malheurs ».

CCI mag’ : « Ce que vous voudriez être » ?

R.V : « Rester heureux » !

CCI mag’ : « Le pays où vous désireriez vivre » ?

R.V : « La Belgique » !

CCI mag’ : « Vos héros dans la vie réelle » ?

R.V : « Les enseignants motivés ».

CCI mag’ : « Votre domaine culturel préféré » ?

R.V : « Le cinéma et les trésors du 18ème siècle ».

CCI mag’ : « Le don de la nature que vous aimeriez avoir » ?

R.V : « Avoir une mémoire illimitée »…

CCI mag’ : « La faute qui vous inspire le plus d’indulgence » ?

R.V : « La gourmandise » !

CCI mag’ : « Votre devise » ?

R.V : « Ne jamais se plaindre » !

 

copyright photos : DG-Reporters

Membre

 

 

 

IPEX – Av Landaslaan, 5 à 1480 Saintes – Tél : 02/ 641.12.00 – www.ipexgroup.com

 


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑