Lg-Verviers

Publié le 26-06-2020 | CP.

L’Air de Rien …. à destination(s) !

Grand Jour que ce 25 juin 2020 où L’Air de Rien est arrivé à destination et a accueilli ses premiers clients dans son nouveau restaurant sur la Place du Vieux Tilleul de Fontin. A l’inattendu du lieu, le Chef et son équipe ajoutent des destinations dont ils ont le secret … Stéphane Diffels n’a pas son pareil pour piquer la curiosité des convives !

Il est des destinations plurielles telles des miracles et des rêves aboutis. Qui sont des arrivées tant attendues, et pour ceux qui connaissent déjà, des retours enfin et toujours. Des destinations promesses d’évasion entre lieu et table, cuisine et assiette … vous avez dit l’Air de Rien ?

En lumières
Du Chemin de la Xhavée à la Place du Tilleul pourtant proche, le chemin ne manqua pas de détours, ni d’embûches ! Qui connaît Stéphane Diffels sait que les risques ne l’effraient pas, que sa détermination le mène là où il veut aller, quitte à ne ménager aucun effort. Ainsi en était-il déjà en 2009 à l’ouverture de L’Air de Rien après deux années de travaux en famille.

Sur la Place du Tilleul, le chantier fut énorme – n’ayons pas peur des mots ! – et bien plus long que prévu. Alors forcément l’Air de Rien, c’est une joie d’y être enfin. L’ancienne ferme de village a désormais belle  allure avec ses pierres de pays qui ont retrouvé une blondeur … surprenante : c’est que les paysans de jadis n’allaient pas plus loin que des carrières toute proches afin de trouver les pierres pour bâtir. Ainsi, sur les hauteurs de Fontin, les pierres dorées n’ont-elles rien à voir avec la vallée de l’Ourthe juste en bas. L’ajout d’un bâti contemporain et d’un sas d’entrée bardés de bois, ainsi que d’éléments en acier corten, renouvelle avec justesse l’architecture, en en conservant le charme et le caractère d’époque. Autour : un parking, un jardin et des terrasses en devenir. L’espace est prometteur. L’intérieur multiplie les éblouissements. Il y a tout d’abord cette hauteur imprévisible, comme un puit qui magnifie la lumière entre murs de chaux et cage d’escalier en bois de sapin. Inattendu sapin  cependant en symbiose avec le chêne du sol, des tables ! Brin de verveine sur acier corten : l’empreinte de L’Air de Rien entre délicatesse végétale et minéral brut. Regard ébloui, impatient d’aller plus loin, de découvrir : deux salles au rez-de-chaussée et un salon à l’étage pour débuter ou prolonger la soirée en musique. Scruter les détails : ils viendront nombreux, discrets parfois, en lien avec L’Air de Rien que l’on connaissait. Et il y a les vues. Partout ! Annonciatrice de spectacle intense et à la fois intime, une baie vitrée offre une vue inouïe sur la cuisine. Ailleurs, des ouvertures vers le feuillage ou vers le ciel. Plus grand, plus élégant, plus confortable, plus spacieux, doté d’une vaste et belle cuisine … L’Air de Rien s’épanouit !

Lâcher-prise
A L’Air de Rien, l’assiette est un paysage, un voyage de la ferme à la forêt, de la rivière à l’océan. Elle est une région, un langage. Souvenirs olfactifs, émotions d’enfance qui se distillent par les goûts sans en avoir l’air, envies soudaines, la cuisine de Stéphane Diffels raconte, intrigue parfois, invite à la racine des ingrédients, des sensations. Le Chef n’aime pas les bavardages inutiles, ni les confidences qui en disent finalement moins long qu’un travail bien fait. Un travail intense, nourri de remises en question, de réflexions, d’essais encore et encore pour arriver à concrétiser une imagination toute entière dévolue à mettre en avant la force des textures – un goût à elles seules –  et la délicatesse des saveurs.

Chercher encore, oser, inventer, assumer, s’engager dans une démarche responsable et bienveillante du local  … Stéphane et son équipe sont sur la même longueur d’ondes : Sophie Pierret en cuisine à ses côtés depuis 6 ans, rejointe deux ans plus tard par Bertrand Stiennon, désormais associé du Chef. En salle, Cedric Meers et Jeremy Pondant sont en première ligne du lâcher-prise à laquelle la table de L’Air de Rien invite le convive. « Tout au départ de L’Air de Rien, il y avait une version classique de carte. Rapidement, la décision du Menu unique s’est justifiée : non pour imposer mais pour permettre aux convives de découvrir tout en me laissant la liberté de cuisiner au plus près de mon ressenti des produits et du potentiel de la saison » commente Stpéhane.  Que le convive ose sortir de sa zone de confort, c’est ce à quoi va s’atteler davantage encore L’Air de Rien. C’est là que la confiance doit intervenir : « Bien sûr, nous serons particulièrement attentifs aux clients, privilégiant le dialogue et l’écoute. Le Menu se dévoilera au fil des assiettes dans un nombre de services plus concentrés, avec un accent davantage marqué sur un plat dit ‘principal’. Le convive recevra le Menu à la fin de son repas » précise Bertand. Cette volonté de ne pas figer un Menu ouvrira vers une découverte totale, entretenant le mystère tout en laissant plus de place à la sincérité d’une cuisine intuitive, au plus près des producteurs essentiellement locaux, du produit et aussi du potager.  Au Menu Découverte, s’ajoutera un Menu Végétarien selon le même principe de flexibilité et d’exploration culinaire. Nouveauté encore : la cuisson au grill sur bois de hêtre – pas seulement des viandes et des poissons mais aussi les légumes !

A L’Air de Rien, l’été ne manquera pas de surprendre sur le fil d’une cuisine émotion : « Le plaisir est préalable, indispensable mais il n’est pas suffisant. Nous souhaitons aller plus loin et provoquer chez chacun une série de surprises aussi intenses qu’éphémères » confie Stéphane Diffels en se réjouissant que la vue entre cuisine et salle permettra de lire sur les visages la joie, la surprise, l’enthousiasme, l’étonnement – voire la perplexité ! – l’amusement.

 

Restaurant L’Air de Rien  14 Place du Vieux Tilleul  4130 Esneux (Fontin) – Tél. 04 225 26 24
Menus : 90 euros / accord vins 47 euros. Ouvert mardi et samedi le soir – du mercredi au vendredi le midi et le soir. www.lairderien.be


A propos de l'auteur

Publication par communiqué de presse.



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑