Sponsorisé

Publié le 02-09-2020 | CP.

Quel est l’avenir de la voiture électrique de société ?

Fin 2019, une note rédigée par l’ex-informateur royal Paul Magnette prévoyait l’électrification de toutes les voitures de société d’ici 2023. Si le délai affiché par l’actuel président du PS semble difficile à tenir, la progression des véhicules « zéro émission » en entreprise paraît à terme inéluctable, entraînant dans son sillage l’ensemble du parc automobile belge.

En Belgique, 57 % des véhicules en circulation sont des voitures de société. Plus qu’ailleurs, ces « voitures-salaires » jouent donc un rôle majeur dans l’adoption de la voiture électrique, même si un long chemin reste à parcourir… En 2019, les modèles électriques ne représentaient en effet que 2 % des voitures de société. De quoi douter de l’échéance avancée par Paul Magnette. En cause : des préjugés tenaces sur l’autonomie, la recharge et l’offre de véhicules électriques. Or ces obstacles, encore incontestables il y a quelques années, sont pour la plupart surmontés. Et ce, en grande partie, grâce au poids croissant des voitures électriques dans les flottes de société.

Avec leur « voiture-salaire », les automobilistes belges profitent en effet de la multiplication des installations de recharge en entreprise pour effectuer leurs déplacements personnels grâce à la puissance du courant. Si un effort gouvernemental demeure nécessaire pour augmenter le nombre de points de charge, en particulier en Wallonie, l’autonomie moyenne des modèles récents (entre 300 et 450 km) permet néanmoins de répondre aux besoins de l’immense majorité des habitants. Également pointée du doigt, l’offre de véhicules 100 % électriques s’est, quant à elle, considérablement élargie avec la hausse massive de la demande. Le processus de fabrication reste, certes, plus complexe que dans l’industrie thermique, mais les investissements sont désormais récompensés par une croissance des ventes à deux, voire trois chiffres en Belgique, d’après les dernières statistiques de la Febiac.

Entreprises : les avantages financiers de l’électrique face au thermique

Économie de marché oblige : tous les constructeurs ou presque commercialisent un ou plusieurs modèles 100 % électriques en 2020. Et urgence climatique oblige : le marché des véhicules thermiques connaît une crise inversement proportionnelle. La baisse de popularité des moteurs à combustion est renforcée par l’instauration de zones de basses émissions dans les principales villes belges et par la fin programmée de leur commercialisation dans plusieurs pays européens. Avant que la Belgique ne fixe une date, le virage de l’électrique est d’autant plus évident pour les entreprises qu’il s’accompagne de réels avantages fiscaux, bientôt réduits à peau de chagrin pour les modèles à essence ou diesel. En 2020, les voitures de société à zéro émission sont fiscalement déductibles à hauteur de 100 %, un taux qui ne devrait pas bouger alors qu’il est passé à 75 % pour les moteurs thermiques et tombera à 57 % en 2021. La conduite d’un véhicule électrique est également la plus avantageuse pour les taxes de mise en circulation et de « roulage », la cotisation CO2 ainsi que l’ATN, tous réduits au minimum.

Pour les entreprises qui investissent dans une flotte électrique, c’est l’assurance d’un TCO (« Total cost of ownership ») stable, voire en baisse. En plus de réduire la pollution atmosphérique, le verdissement des voitures de société constitue donc un gage de sérénité financière. Ce constat, Luminus le partage depuis plusieurs années à travers son offre d’électrification des flottes d’entreprise. Le leader de la production d’énergies renouvelables en Belgique propose en effet des solutions globales sur-mesure pour passer progressivement à un parc automobile 100 % électrique. L’offre e-Mobility comprend ainsi l’installation de bornes de recharge adaptées aux besoins de l’activité et des conseils en optimisation fiscale. De quoi faire des entreprises belges de véritables ambassadrices de la mobilité verte pour tous !


A propos de l'auteur

Publication par communiqué de presse.



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑