Lg-Verviers

Publié le 08-10-2020 | CP.

Neutralité carbone : une première européenne pour Spadel

Tout comme les autres marques du groupe, SPA et BRU ont maintenant atteint la neutralité carbone sur l’ensemble du cycle de vie de leurs produits, faisant de Spadel le premier groupe minéralier en Europe à être certifié neutre en carbone sur l’ensemble de ses entités et produits. Après avoir entrepris de nombreux efforts depuis 2010 pour réduire au maximum son impact climatique, Spadel a également souhaité prendre ses responsabilités pour les émissions de CO2restantes, qu’elle n’est pas en mesure de réduire davantage, en procédant à la compensation de ce carbone momentanément incompressible.

2020 marque un nouveau cap pour SPA et BRU. Après avoir atteint la neutralité carbone au niveau de l’entreprise en 2015, le groupe Spadel l’a maintenant atteint au niveau “produit” pour ses marques SPA et BRU, atteignant ainsi l’objectif « neutralité carbone 2020 » qu’elle s’était fixé en 2010.

En 2015, Spadel avait atteint la neutralité au niveau de l’entreprise en portant ses efforts sur la réduction des émissions directes et indirectes générées par ses installations (usines et bureaux), et leur consommation d’énergie. Afin de réduire leurs émissions CO2, près de 10.000 panneaux photovoltaïques ont été installés en 2016 sur les toits de ses usines belges, ce qui en faisait, à l’époque, la plus grande installation photovoltaïque sur un site industriel de Wallonie.

A présent, le groupe a atteint l’objectif « neutralité carbone » pour toutes ses marques et références en Belgique (Spa et Bru) et à l’étranger (Wattwiller, Carola et Devin) et a été certifié neutre en carbone de la source au consommateur par CO2Logic. Concrètement, entre 2015 et 2020 :

  • Spadel a optimisé ses processus de stockage, de chargements (robots, élévateurs électriques, éclairages LED) et de transports (Eco-combi, Camions LNG) et augmenté substantiellement la part d’énergies renouvelables (35% en 2019). Par litre embouteillé, les émissions liées aux usines (énergie) ont baissé de 50% sur la période 2010-2019.
  • La politique d’achat a été revue afin de privilégier des fournisseurs locaux (en 2019, près de 90% des fournisseurs étaient situés dans un rayon de 500 km autour des usines du groupe et 100% dans un rayon de 1.300 km)
  • Les films plastiques qui entourent les bouteilles BRU et les casiers destinés aux bouteilles en verre sont faits de matériaux 100% recyclés
  • Les bouteilles SPA ont été redessinées pour réduire la quantité de plastique utilisée
  • Les bouteilles ont été allégées. La production de canettes, trop émettrice en CO2, a été abandonnée, ainsi que les bouteilles en verre non retournables à SPA.

Globalement, SPA et BRU ont vu leurs émissions totales de CO2 baisser de 17% par rapport à 2010.

Outre les efforts de réduction, le groupe s’est également engagé dans d’importants programmes de compensation, notamment en collaboration avec CO2logic et Water Access Rwanda. Le projet au Rwanda lie purification de l’eau et réduction des émissions de carbone. Bouillir l’eau pour la rendre potable est en effet une nécessité pour beaucoup de Rwandais, ce qui n’est pas sans conséquence sur l’environnement puisque les feux de bois et la déforestation émettent des quantités importantes de gaz à effet de serre. Le projet Water Access Rwanda permet la réhabilitation de 35 puits détériorés ou contaminés sur une période de 10 ans, de quoi fournir plus de 570 millions de litres d’eau pure et saine à environ 250.000 personnes par le biais de pompes manuelles et de réseaux de conduite, tout en sauvegardant trois millions d’arbres et évitant l’émission de 400.000 tonnes de CO2 et la préservation de la biodiversité locale. Ce projet a par ailleurs un impact positif à bien d’autres niveaux : santé (limitation de la propagation de maladies), social (gain de temps et suppression de certaines dépenses pouvant être mis au profit de l’éducation, de la nutrition…), économique (création d’emplois dans la réhabilitation, l’entretien et la surveillance des puits).

Des objectifs sur le long-terme

Les efforts du groupe Spadel se sont concentrés ces 5 dernières années sur le transport et le packaging, qui sont responsable de 80% des émissions carbones du groupe. La diminution d’émissions dans ces domaines est de 12% depuis 2015. Ces efforts se sont ajoutés à ceux entrepris depuis 2010 dans tous les autres domaines : usines, bureaux, énergie utilisée, et utilisation ou production d’énergie verte. Là, la diminution des émissions par litre s’élève à 50% depuis 2010.

Et les efforts ne s’arrêtent pas là. De nouveaux objectifs sont fixés, guidés par les Science-Based Targets (SBT), une initiative prônant la fixation d’objectifs de réduction des émissions carbones basés sur la science et les objectifs de l’Accord de Paris. Dans ce cadre, Spadel s’engage à réduire ses émissions totales de CO2 à hauteur de 42 % d’ici 2030 (par rapport à 2015) et à atteindre le zéro émission net pour 2050.

Pour ce faire, Spadel prévoit notamment des bouteilles en plastique 100% recyclé en 2025, une diminution de 15% de son empreinte plastique, une augmentation de la part des emballages réutilisables à 20% et de nouveaux efforts sur les performances écologiques de sa chaîne logistique et de collecte.

 


A propos de l'auteur

Publication par communiqué de presse.



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑