Infos entreprises

Le petit lexique du Brexit…

3 Minute(s) de lecture

Pour la première fois dans l’histoire de la construction de l’Europe, le BREXIT a entraîné l’apparition de nouveaux mots complètement créés pour cette occasion, ce qui ne fait que compliquer la compréhension de cette situation déjà bien nébuleuse.

Afin donc d’éclaircir le sujet, nous vous proposons ci-après un petit dictionnaire des mots les plus utilisés dans le débat.

BREXIT :

  • Contraction des mots «  British » et « Exit » qui signifie la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne

Marché Unique :

  • Mis en place depuis 1986, il comprend l’ensemble des états membres en ce compris le Royaume-Uni et est construit autour de 4 libertés : libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes.
  • Il est accusé par les pro-Brexit de favoriser l’immigration. C’est donc une des causes principales du divorce

Union Douanière :

  • Compte les 28 états de l’UE -dont le Royaume-Uni jusqu’au 1er janvier 2021 – plus la Turquie, Andorre, Monaco et Saint-Marin.
  • A permis d’abolir les droits de douane et les restrictions de commerce entre eux et d’adopter des droits de douane communs et une politique commerciale commune vis-à-vis des pays tiers.
  • La sortie du Royaume-Uni va leur permettre d’appliquer leurs propres droits et de signer indépendamment leurs propres accords commerciaux

Article 50 :

  • Introduit dans le traité de Lisbonne de décembre 2007, il permet à chacun des membres de quitter l’Union Européenne
  • Par cet article, les dirigeants voulaient donner une bonne image de l’UE, ne cherchant pas à garder à tout prix les états membres
  • Peu précis, Il ne définit ni les conditions ni les termes de la sortie

Traité de retrait / Accord de sortie :

  • Négocié avec acharnement pendant 17 mois, cet accord de divorce dénoue en 585 pages l’ensemble des liens qui unissent le RU et l’UE
  • 3 priorités, Londres doit payer sa part du budget Européen déjà engagé, définir le statut des 5 millions d’expatriés européens et britanniques après le BREXIT, et enfin trancher la question de la frontière Irlandaise

Période de transition :

  • Période débutant le 31 janvier 2020 jusqu’au 31 décembre 2020
  • Le RU conserve les avantages et les devoirs de l’UE, mais ne participe plus aux prises de décisions
  • Elle pourra être prolongée une seule fois, d’un commun accord et pour deux ans maximum

Remainers et Brexiters :

  • Les « Remainers » sont les Britanniques partisans du maintien du Royaume-Uni dans l’Union Européenne. Ils sont surnommés les « Remoaners » par les Brexiters, contraction de Remainers et Moaner ( Grogneur)
  • Les « Brexiters » partisans de la sortie de l’Union Européenne. Ils sont appelés péjorativement les « Brextremists » par les remainers

BOB’s et Brino :

  • Surnoms moqueurs très à la mode au Royaume-Uni
  • « BOB’s » : acronyme désignant les Britanniques lassés de 3 ans de débats sur les mêmes sujets – « Bored Of Brexit », ras-le-bol du Brexit
  • « Brino » utilisé par les partisans d’un « Brexit dur » qui soupconnent les Brexiters d’être favorables à un Brexit qui n’en serait pas un vrai – « BRexit In Name Only »

Backstop ou Filet de sécurité :

  • Point très sensible de négociations de Bruxelles : La frontière entre l’Irlande du Sud ( Membre de l’UE) et l’Irlande du Nord, territoire Britannique
  • En théorie, le Brexit devrait entrainer la remise en place des postes frontière entre les deux Irlande, le retour des contrôles douaniers des marchandises et des personnes
  • Le statut actuel de cette frontière de 500 Km a été défini en 1998 ( Accord du vendredi saint ) ce qui a clos une période de troubles de plus de 30 ans entre nationalistes catholiques et Unionistes protestants en Irlande du Nord.
  • Plus de 30.000 personnes traversent journellement cette frontière, tout retour d’une frontière physique ne ferait que rallumer les tensions
  • Le « Backstop » ou « Filet de sécurité » est un accord encore en négociation visant à donner à l’Irlande du Nord un statut particulier ne requérant pas le retour d’une frontière.

Divorce Bill :

  • Avant de penser au divorce, le Royaume-Uni avait approuvé le budget européen 2014-2020
  • Après l’annonce du Brexit, le Royaume-Uni s’est engagé à respecter ses engagements et à payer une facture de près de 50 milliards d’euros à l’UE, la « Divorce Bill »

Hard ou Soft Brexit :

  • « Hard »: rupture des liens avec un accord commercial minimal ou pas d’accord du tout, ce qui entrainerait le retour de toutes les formalités douanières et des droits d’importation. Boris Johnson ainsi que les « Brexiters » semblent souhaiter cette piste. Le pays n’aurait plus accès librement au marché européen et vice-versa. Le RU pourrait négocier les accords bilatéraux comme ils le souhaitent.  »
  • « Soft » : sortie en douceur et de manière ordonnée de l’UE avec le maintien d’une partie des liens de l’union douanière. Accord de libre échange ?
Vous pourriez aussi aimer
Infos entreprises

Constitutions et faillites

15 Minute(s) de lecture
Constitutions Liège – Constitutions Namur Faillites Namur Constitutions Liège Coordonnées BCE et Activité(s) Contact MAKERS & CREATORS SRL RUE DE BRIVIOULLE, 27…
Infos entreprises

Constitutions et faillites

15 Minute(s) de lecture
Constitutions Liège – Constitutions Namur Faillites Liège – Faillites Namur Constitutions Liège Coordonnées BCE et Activité(s) Contact DM ASSETS SRL RUE DE…
Infos entreprises

Constitutions et faillites

16 Minute(s) de lecture
Constitutions Liège – Constitutions Namur Faillites Liège – Faillites Namur Constitutions Liège Coordonnées BCE et Activité(s) Contact FC RENO IMMO SRL RUE…