Namur

Publié le 21-01-2021 | CP.

Au bord de la faillite suite au Covid-19, Good Move se réinvente et lève 230.000 €

Good Move est une jeune entreprise fondée par Lucas Vandierendonck et Brieuc Debois en 2016 durant leurs études à l’Université de Namur. Ils produisent des jus de fruits et légumes bio, en utilisant une technologie « à froid » qui permet de conserver toutes les vitamines naturelles, contrairement à la pasteurisation classique. Ils sont parmi les premiers projets à intégrer l’incubateur namurois LinKube.

Une perte de 70% du volume d’affaires
Lorsque le premier confinement est établi à la mi-mars 2020, les principaux clients de Good Move, des restaurants d’entreprises et d’institutions, sont contraints de fermer et de cesser leurs commandes. Du jour au lendemain, les jeunes producteurs perdent 70% de leur volume d’affaires et se retrouvent dans l’impossibilité de couvrir leurs frais fixes. Le risque de faillite est imminent. A contre-cœur, Lucas et Brieuc prennent la décision d’arrêter leur production.

Mais décidés à ne pas abandonner Good Move, les deux fondateurs injectent l’intégralité de leurs revenus du « droit passerelle » dans l’entreprise pour la maintenir à flot et entament une profonde remise en question de leur projet. Une source d’inspiration extérieure va tout changer : l’agriculture verticale. Cette nouvelle forme d’agriculture permet de supprimer l’utilisation de pesticides et de réduire considérablement l’utilisation d’eau et de surfaces nécessaires pour la production agricole.

La découverte des micropousses
Ils découvrent alors le produit qui leur permettra de se lancer dans cette nouvelle aventure : les « micropousses ». Ces très jeunes pousses de légumes, récoltées après une dizaine de jours seulement et utilisées dans la cuisine gastronomique, présentent une densité en nutriments jusqu’à 40 fois supérieure aux légumes adultes. Le but de Good Move est d’ouvrir leur usage au public en les proposant en raviers biodégradables dans les rayons frais des magasins.

Forts de leur expérience passée, les jeunes producteurs parviennent à convaincre un premier magasin et vendent leurs premières micropousses au mois d’août. Le succès se confirme. Fin décembre, après cinq mois passés à tester leur nouveau modèle, une vingtaine de points de vente convaincus et plusieurs rencontres avec des investisseurs belges (dont le réseau BeAngels), Lucas et Brieuc lèvent 232.000 euros afin de financer le développement de leur entreprise.

Désormais, tout est possible pour Good Move.


A propos de l'auteur

Publication par communiqué de presse.



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑