Wallonie

Publié le 11-02-2021 | CP.

Alliance wallonne pour la création d’une nouvelle génération de stations d’épuration en plastique recyclé

Le Groupe COMET (Chatelêt) et ELOY Water (Sprimont) se sont alliés aux chercheurs de Certech et de l’Université de Liège pour donner le coup d’envoi du projet industriel « Pur4UP ». Celui-ci vise à créer une nouvelle filière de valorisation des plastiques recyclés, via leur intégration lors de la fabrication de stations d’épuration de dernière génération. 

La consommation de plastiques est croissante alors que leur recyclage est toujours balbutiant. A l’heure actuelle, seuls 10% des plastiques sont produits à partir de matières recyclées. Or la production primaire génère 400 millions de tonnes  d’émissions de gaz à effet de serre par an. On prévoit que, d’ici 2050, la production de plastiques à partir de combustibles fossiles augmentera la consommation mondiale de pétrole de 20% et les émissions de carbone de 15%.

Une piste pour contrer ce phénomène consiste à augmenter la part de plastique recyclé dans l’industrie par rapport au plastique vierge. Le défi est double : il faut d’abord atteindre des standards de qualité suffisants (uniformité, résistance, etc.) à partir d’une grande variété de plastiques usagés et, ensuite, convaincre les fabricants d’intégrer ces plastiques dans leurs lignes de production.

C’est ce qui réunit aujourd’hui Comet Traitements, Eloy Water, l’Université de Liège(GeMMe) et  Certech (centre de recherche agréé), avec l’appui conjoint des Pôles de compétitivité wallons Mecatech (Génie mécanique) et Greenwin(chimie et matériaux). Pierre-François Bareel, Administrateur-délégué de COMET Traitements : « Le Groupe COMET, de par ses activités de recyclage, se situe à la source des plastiques à revaloriser, qu’il s’agisse de véhicules hors d’usage ou de déchets d’équipements électriques et électroniques. Une unité pilote industrielle spécifique va être utilisée dans le cadre de Pur4UP et nous allons y amplifier les différentes techniques de séparation, de purification et de monitoring de la qualité des plastiques pour atteindre des standards encore inédits ».

Cette unité produira en effet des plastiques recyclés (ABS, PS, PP, PE et plastiques techniques tels que PA, ABS/PC, etc.) de haute pureté (au-delà de 98%) pour répondre aux exigences de qualité fixées par les transformateurs plastiques européens.

Enrayer le « downcycling »
De cette manière, les acteurs de Pur4UP souhaitent enrayer le phénomène de downcycling, qui entraîne inexorablement les matériaux recyclés vers la fabrication de produits à plus faible valeur. Le marché des stations d’épuration, en particulier les unités individuelles, s’est considérablement développé ces dernières années, multipliant les technologies de traitement s’appuyant sur les composants plastiques. La nouvelle ligne de production d’un des leaders du marché, Eloy Water (Sprimont), était dès lors le lieu idéal pour accueillir le projet Pur4UP. Olivier Eloy, administrateur délégué d’Eloy Water : « Nous souhaitons repousser les limites technologiques du rotomoulage des cuves (ou moulage par rotation), une technique encore très fermée à ce jour à l’usage du recyclé, contrairement à l’injection, technique utilisée pour les plus petites pièces. L’installation d’un nouveau hall de production dédié au rotomoulage était une opportunité évidente d’innover aussi du point de vue des matières premières et de multiplier nos produits ‘design including recycled material’, conformément à notre stratégie de réduction de l’empreinte écologique de nos activités ».

L’Université de Liège fournira quant à elle un outil de caractérisation quantitative de mélanges de plastiques broyés. Cet outil est le cœur du système de contrôle-qualité. Elle participera aussi à l’adaptation d’un système de tri intelligent des plastiques.

Certech mènera de son côté une mission d’optimisation de formulation et de caractérisation des matières (propriétés physiques, mécaniques, thermiques, etc.). Il participera ainsi à l’élaboration de fiches techniques, passeports indispensables pour s’adresser aux filières alimentant les industries, les compounders.

57 emplois créés
Pur4UP sera suivi de près par des industriels tels que Bosch/Siemens ou le Centre de Recherche du Groupe Fiat. Ces groupes présentent à la fois des opportunités tant liées aux matières premières (le plastique à recycler) qu’en termes de diversification pour le produit de la recherche qui pourrait alimenter les secteurs automobiles et des électroménagers.

Le budget de Pur4UP est de 6,4 millions d’euros, répartis entre la Wallonie (3,7 Mio) et le secteur privé (2,7 Mio). Plus de 57 emplois seront créés par les deux partenaires industriels. Les impacts environnementaux seront significatifs puisque plusieurs milliers de tonnes thermoplastiques reprendront ainsi le chemin de l’économie circulaire.


A propos de l'auteur

Publication par communiqué de presse.



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑