L'Invité du moisLiège-Verviers

Frédéric Jacquet (Liege Airport) : stop & go or more ?

5 Minute(s) de lecture

Propulsé directeur ad interim de Liege Airport, Frédéric Jacquet s’est passionné pour ce secteur. Ancien journaliste, il a accumulé une riche expérience dans les cabinets politiques. Aujourd’hui, il a une nouvelle vision pour l’aéroport, sans savoir s’il pourra la mettre en œuvre…

copyright Patrick Moriamé

C’était le 9 février. Le conseil d’administration de Liege Airport licenciait pour faute grave le CEO Luc Partoune et nommait dans la foulée Frédéric Jacquet ad interim. Jusqu’alors directeur général adjoint, ce Condruzien prenait les commandes de l’entreprise dans un contexte particulièrement délicat. Il occupe encore pour quelques semaines le bureau vitré surplombant les pistes, jusqu’à la désignation d’un DG. « J’ai la chance d’être dans la fonction et de voir si je me sens à l’aise et si je peux me montrer utile » nous explique-t-il, sans encore savoir s’il sera candidat au-delà de ce poste ad interim. La boucle semble en tout cas déjà en quelque sorte bouclée pour Frédéric Jacquet, lui qui aspirait à être pilote de ligne, notamment à l’époque où il fréquentait l’internat Saint Roch à Ferrière. « J’en garde encore des amitiés » souligne celui qui a passé sa jeunesse à Bois-Borsu avec son frère et sa soeur.

« L’adrénaline du monde politique me manquait ».

C’est le virus du journalisme – d’abord sportif – qui le guide dans ses études et au début de sa carrière professionnelle dans les médias (RTBF, Belga, DH). Mais comme beaucoup de journalistes, le monde politique lui fait un appel du pied. Ce passionné d’écriture devient alors attaché de presse du Ministre Hazette (Enseignement, Art et Lettres). Après ce mandat, il grimpe les échelons (porte-parole, responsable de la politique générale et directeur de cabinet) pendant plus d’une décennie auprès de la Ministre Sabine Laruelle, puis enchaine chez le Ministre Borsus. Les matières traitées relèvent principalement du champ économique. 
Le patron ad interim de Liege Airport est un homme impatient. Ainsi, quand les négociations traînent entre deux législatures, il lance sa société de conseil en communication qu’il mettra définitivement en veilleuse en 2018.
« L’adrénaline du monde politique me manquait ». Qu’entend-il par là ? « Le fait d’avoir en permanence un agenda rempli, le fait qu’il va toujours se passer quelque chose et évidemment le fait de faire de la stratégie. ». Aussi, quand Jean-Luc Crucke devient Ministre wallon, il n’hésite pas à le rejoindre malgré des matières qu’il connaissait mal : budget, énergie et …aéroports. « Il recherchait avant tout une personne expérimentée capable de faire tourner un cabinet et de gérer des équipes. »

Frédéric Jacquet appréhende rapidement le secteur aéroportuaire, notamment en devenant commissaire du gouvernement et membre des conseils d’administration de Liege Airport, Charleroi Brussels South et Sowaer. « Je savais que j’allais aimer ce secteur qui m’impressionne. C’est grisant de participer à un domaine d’activités en pleine mutation, auquel les travailleurs sont attachés. C’est passionnant de travailler avec des gens passionnés ! » Il n’a pas réfléchi beaucoup quand Luc Partoune l’a sollicité pour l’épauler dans le développement de l’aéroport liégeois. Huit mois plus tard, il est donc propulsé à la tête de l’entreprise. Pour combien de temps ? La décision devrait tomber au début de l’été. Une procédure de recrutement a été ouverte à l’international avec le concours d’un bureau de chasseur de têtes. Frédéric Jacquet sera-t-il candidat ? « J’espère que oui » répond-il en soulignant qu’il convient de remplir une série de conditions parmi lesquelles deux sont incontournables. « Elaborer un projet alternatif par rapport au développement de l’aéroport et veiller à ce que ce projet soit validé et porté par l’équipe. » 

Pour lui, l’aéroport est à un moment-clé. « Jusqu’à présent, il fallait engranger des tonnes de fret pour atteindre une masse critique suffisante. La plan stratégique validé en 2020 est un plan essentiellement foncier qui ne dit pas ce que sera l’aéroport. Aujourd’hui, compte tenu des 200 ha disponibles et de la logique environnementale que je respecte, nous avons le choix de décider l’avenir».
Frédéric Jacquet considère que les chiffres de croissance de ces dernières années ne doivent pas laisser croire que le succès est garanti et pérenne. La concurrence est ainsi plus féroce dans le triangle Amsterdam – Francfort – Paris, lesquels pourraient être tentés de compenser les pertes de passagers par du fret. Mais le Modavien est confiant. « Nous pouvons encore capter des compagnies en mariant 4 atouts : l’ouverture 7J/24H, la disponibilité de slots, la verdurisation des activités et la qualité des services. » Sans compter le potentiel de la multimodalité avec notamment le TGV fret (cfr. Carex). 

Et quid de l’environnement et les riverains ? « Il faut un équilibre, sachant que 9.000 familles vivent de l’aéroport et que l’emploi est également un critère de bien-être » explique-t-il, en soulignant que Liege Airport entre dans une logique de plus grande transparence. « Il faut dire ce qu’on fait, objectiver le plus possible les nuisances, être à l’écoute. » S’il considère que le soutien des pouvoirs publics a été colossal pour les riverains, il aime rappeler la révolution en marche technologiquement parlant : moins de bruit et moins de consommation avec la nouvelle génération d’avions, les perspectives de l’hydrogène,… « On ne va pas tout régler, mais on progresse bien et on est inscrit dans la logique zéro carbone. Il ne sert à rien d’être contre les avions, qui jouent encore un rôle vital dans la pandémie. Le problème, ce sont les nuisances et nous les diminuons progressivement. Mais on ne pourra pas répondre à toutes les attentes. L’avion polluera toujours, mais sait-on que le secteur aéronautique génère 3% d’émissions CO² ? C’est bien moins que les logements mal isolés ou les camions sur les autoroutes. Il faut éviter d’être manichéen. »

copyright Patrick Moriamé
  • Marié et père de 3 filles
  • Hobbies
    • la musique (guitare et écriture de chansons)
    • l’écriture
    • le ski
    • le vin quand il est partagé

« Je crois, mais l’avenir le dira, que j’ai la capacité de créer une adhésion autour d’un projet.»

Mes qualités
Je suis une personne bienveillante, davantage orientée solutions que problèmes. Je sais utiliser les mots et écrire. Je crois, mais l’avenir le dira, que j’ai la capacité de créer une adhésion autour d’un projet.

Mes défauts
Je suis un vrai impatient qui essaie de se soigner. Je peux être un colérique qui se cache. Je suis un faux calme car je souhaite que ça bouge. Je suis timide mais j’aime beaucoup discuter avec les autres.

Mon coup de cœur

La technologie : il existe une émulation qui pourrait amener une partie des solutions pour les questions d’avenir. Sur un plan personnel, tout ce qui est chanteur à textes. J’écoute énormément de chansons françaises.

Mon coup de génie
Si je m’en reconnais un, c’est d’être persuadé que je ne suis pas un génie et donc que je m’entoure de gens compétents. J’ai toujours pensé et apprécié de travailler avec des collègues solides.

Mon coup de gueule
Les réseaux sociaux ! Je deviens fou quand je constate le manque de nuances et cette impossibilité d’avoir des discussions. Je suis agacé par la place que les réseaux ont pris dans la façon de penser des gens. C’est un danger qu’on ne mesure pas et on n’éduque pas dans ce domaine. Personnellement, je ne suis pas présent sur Facebook.  

Ma devise
Demandes-toi si ce que tu fais aujourd’hui te rapproche de l’homme que tu veux être demain.


Liege Airport : rue de l’Aéroport à 4460 Grâce-Hollogne – www.liegeairport.com

29 posts

À propos de l’auteur
Journaliste
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Liège-Verviers

Le Conseil d’administration confirme Leon Van Rompay au poste de CEO de Mithra

2 Minute(s) de lecture
Le Conseil d’administration de Mithra a confirmé la nomination de Leon Van Rompay au poste de Chief Executive Officer. En février dernier,…
Liège-Verviers

Le Fonds Simenon est désormais en Outremeuse à Liège

3 Minute(s) de lecture
L’Université de Liège, depuis 1976, est bénéficiaire de la donation que Georges Simenon lui a faite de ses archives littéraires, patrimoine exceptionnel…
Liège-Verviers

Première en Wallonie : le Port de Liège accueille un transfert transfrontalier de terres contaminées en vue de leur traitement et leur recyclage au Port de Monsin

3 Minute(s) de lecture
La société Envisan, division environnementale du groupe Jan De Nul spécialisée dans le traitement et la valorisation des déchets et concessionnaire du…