Namur

SÉRIE “ILS ONT CRÉÉ LEUR ENTREPRISE PENDANT LA CRISE” : le portrait de La Grigne de Gauthier

2 Minute(s) de lecture

Lancer son activité en période de crise ? Même pas peur ! En dépit d’un contexte économique morose, ces entrepreneurs ont eu le cran de se jeter à l’eau. Votre CCI est partie à la rencontre de ces audacieux.

La Grigne de Gauthier : des pains personnalisés

Copyright Ayaaahproduction

LE CONCEPT :  artisan boulanger, Gauthier Nyssen, comme il l’explique, « transforme de la farine saine et locale, issue de l’agriculture biologique, en respectant les procédés naturels et humains de l’artisanat, pour créer des pains personnalisés et des produits saisonniers. Principalement du pain au levain avec une recherche auprès d’agriculteurs pour choisir les variétés de céréales à transformer. Je travaille notamment un épeautre non-hybridé, une vieille variété qui n’a pas subi les diverses modernisations de l’agriculture. »

A QUAND REMONTE L’ENVIE DE CRÉER CETTE ACTIVITÉ ? « Cela fait une dizaine d’années que je suis boulanger. J’ai démarré à mon compte en septembre 2019, via la couveuse d’entreprise Job’In à Ciney. Grâce à cette structure, j’ai pu lancer sereinement mon activité. »

LA CRISE A-T-ELLE ÉTÉ UN FREIN OU UN ACCÉLÉRATEUR ? « La crise a plutôt été un accélérateur. En mars 2020, quand le premier confinement a commencé, j’étais en plein lancement, en recherche de clientèle… J’ai dû me réorganiser, surtout la logistique, la prise de commandes, la communication… J’ai su rebondir avec l’aide de la couveuse, de ma compagne aussi, pour, améliorer mes outils de communication, de gestion de commandes. J’ai également créé un système de paiement en ligne. Tous ces éléments m’ont permis de répondre à cette situation. La crise a parallèlement encouragé les gens à se tourner davantage vers les produits locaux. Cette évolution m’a évidemment été bénéfique. Pendant le confinement, mes commandes ont ainsi augmenté et la clientèle s’est fidélisée. »

DÉJÀ EU ENVIE DE RENONCER ? « Jamais. J’avais une expérience professionnelle et cela faisait un moment que me lancer à mon compte me trottait dans la tête. La couveuse m’a beaucoup aidé. Une fois lancé, tout s’est bien passé. »

PREMIER BILAN : « Le bilan est positif. Je suis indépendant à titre principal depuis janvier. Je ne regrette rien. Au contraire, j’ai été conforté dans mon choix de devenir entrepreneur. Je souhaite
à présent établir des partenariats avec des agriculteurs et des meuniers.»

POURQUOI ENTREPRENDRE EN PÉRIODE DE CRISE PEUT-ÊTRE UNE BONNE IDÉE :  « Cela dépend du secteur. Heureusement pour moi, je travaille dans un domaine qui en a bénéficié, à l’instar des magasins locaux qui vendent du vrac et qui ont pas mal la cote en ce moment.»

LA GRIGNE DE GAUTHIER : rue Albert Billy, 48 à 5370 Porcheresse GAUTHIER NYSSEN / 0483 02 78 21 – hello@lagrignedegauthier.be / www.lagrignedegauthier.be

Cet article est extrait de L’HOBBIZ, le nouveau magazine de la CCI LVN

147 posts

À propos de l’auteur
Journaliste
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Namur

Entranam inaugure un nouvel atelier de mécano-soudure à Fernelmont

1 Minute(s) de lecture
Entranam, Entreprise de Travail Adapté namuroise, s’est doté d’un atelier de mécano-soudure sur son site de Fernelmont. Affichant une superficie de Avec…
Namur

22 octobre : Super Jobday Construction à Namur Expo

2 Minute(s) de lecture
Le Forem et ses partenaires du secteur de la construction organisent deux actions pour l’emploi dans le cadre du salon professionnel Batireno…
Namur

OptiBiomasse : quand recherche anti-COVID et Intelligence Artificielle se rencontrent

3 Minute(s) de lecture
Depuis 2017, le projet OptiBiomasse envisage les molécules d’intérêt à l’attention du secteur pharmaceutique et parapharmaceutique. Y ont été successivement étudiés :…