Namur

SERIE – ILS ONT CREE LEUR ENTREPRISE PENDANT LA CRISE – Le portrait de Petit Pays

2 Minute(s) de lecture

Lancer son activité en période de crise ? Même pas peur ! En dépit d’un contexte économique morose, ces entrepreneurs ont eu le cran de se jeter à l’eau. Votre CCI est partie à la rencontre de ces audacieux.

LE CONCEPT :  Joseph Cassart a lancé mi-avril de cette année un restaurant de saison. Une ouverture courageuse en période de confinement et de souffrance du secteur horeca pour ce jeune homme de 23 ans. « Ce restaurant à cuisine ouverte est axé sur les producteurs et la saisonnalité. La salle permettra de servir 10 à 15 couverts. Pour l’instant, je propose un menu trois services unique à emporter, chaque week-end, du jeudi au dimanche matin, en fonction des produits, de la saison et des producteurs. »

A QUAND REMONTE L’ENVIE DE CRÉER CETTE ACTIVITÉ ? «Depuis tout petit, l’envie d’ouvrir un restaurant est présente. Pendant plusieurs années, j’ai travaillé sous contrat d’apprentissage chez des chefs. Voici un an, je me suis senti prêt à franchir le cap.. J’ai ouvert le restaurant ce 12 février, pour la Saint-Valentin. »

LA CRISE A-T-ELLE ÉTÉ UN FREIN OU UN ACCÉLÉRATEUR ? « Contre toute attente, la crise a été un accélérateur, un boost pour la créativité. Des freins se sont débloqués, un restaurant s’est libéré, les choses se sont mises en place. Ce contexte particulier m’a donné davantage de temps pour réfléchir à la manière dont je concevais ce restaurant, bosser vraiment sur le concept,, contacter les producteurs,… Dans une telle période, on est face à soi-même, on a le temps de réfléchir à ce qu’on a envie de faire plus tard, à ce qu’on a envie pour nous. Avoir du temps, cela aide à voir clair. »

DÉJÀ EU ENVIE DE RENONCER ? « Non. »

PREMIER BILAN : « Le premier bilan est assez positif. J’ai la tête dans le guidon, du coup, je ne regarde pas en arrière. Je pense que le bilan, je le ferai plus au fil des années. Pour l’instant, tout se passe bien. »

POURQUOI ENTREPRENDRE EN PÉRIODE DE CRISE PEUT ÊTRE UNE BONNE IDÉE :  « Cela peut être une bonne idée, mais tout dépend du projet, de son business plan, de la façon dont on a étudié la chose par rapport à la situation. Ainsi, ouvrir un restaurant classique ou gastronomique n’est pas opportun à mon sens. Mais un restaurant de saison en formule take away tel que je le propose est un concept porteur. »

PETIT PAYS / rue des Brasseurs, 35 à 5000 Namur – JOSEPH CASSART / 0491 36 10 28 – info.petitpays@gmail.com – facebook.com/petitpays.restaurant/

Cet article est extrait de L’HOBBIZ, le nouveau magazine de la CCI LVN

146 posts

À propos de l’auteur
Journaliste
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Namur

Le projet SERR’URE : une porte s’ouvre sur la production locale

3 Minute(s) de lecture
Un vaste projet européen de recherche est en train de se concrétiser sur un toit de la faculté d’Agro-Bio Tech. Il s’agit…
Namur

Namur : les Éditions Érasme proposent aux 4.000 écoles wallonnes une alternative numérique aux cahiers d’activités

2 Minute(s) de lecture
Les Éditions Érasme (Namur) ont lancé la plateforme numérique « Disco » qui s’adresse aux établissements de l’enseignement primaire et secondaire. Tous les manuels…
Namur

Analis obtient l'approbation du gouvernement fédéral pour la technologie de désinfection de l'air Novaerus NanoStrike

1 Minute(s) de lecture
Analis, une entreprise de 90 ans située à Namur et distributeur exclusif des appareils de désinfection de l’air Novaerus, a reçu l’autorisation…