Brabant wallonHainaut

Certification SDGs des CCI de Wallonie : accélérons le mouvement !

10 Minute(s) de lecture

Le contexte 

« Transformer notre monde » : tel était le titre de la déclaration signée en septembre 2015, à New-York, par quelque 200 chefs d’Etat et de Gouvernement à l’issue du Sommet des Nations-Unies. Au centre de cet accord ambitieux, 17 objectifs de développement durable (Sustainable Development Goals en anglais, ou SDGs), à  atteindre 15 années plus tard… Dans un tel contexte, les entreprises étaient poussées à intégrer toujours davantage ces priorités dans leurs réflexions, stratégies, business plan et actions.

Alors que pour certaines, le développement durable s’inscrivait déjà dans leur ADN, pour d’autres, le défi était d’une taille presque insurmontable. 

Mais pour toutes, ces SDGs en ligne de mire représentaient une formidable opportunité de nourrir la créativité, de structurer leurs approches et d’apporter des solutions parfois inédites, en entrainant dans leur sillage collaborateurs, chaine d’approvisionnement, toutes les parties prenantes…

Et aujourd’hui, si elles veulent élargir leurs horizons et se pérenniser, les entreprises ne peuvent plus faire fi de ces objectifs…

Consciente de l’ampleur du challenge à relever par nos entreprises, de surcroit dans un délai serré, – 2030, c’est demain ! – la CCI Wallonie a lancé un programme de certification en entrepreneuriat durable pour les épauler. Pierre-Julien KIRSCH, ingénieur civil détenteur d’un Mastère Spécialisé Éco-Conseiller (accompagnement en transitions écologique et sociale) à Strasbourg est venu provisoirement gonfler les rangs de la CCIH pour se pencher, en particulier, sur l’accompagnement des entreprises sur le contenu et l’approche de ce programme. 

Source : Elisa Riva-Pixabay

Une demande de plus en plus forte par rapport à toutes les parties prenantes

CCI mag’ : Cette certification en développement durable des CCI Wallonie, est-ce quelque chose d’inédit ?

PJ Kirsch : « Excepté B Corp qui a tendance à apparaître un peu plus fortement chez nous depuis 1 ou 2 ans, et qui présente quand même des différences, on retrouve peu de certifications de ce type en Belgique. D’une certaine manière, j’estime que la certification en développement durable de la CCI Wallonie vient combler un vide de B Corp. 

Cette dernière est plus accessible pour les entreprises pour qui les principes de durabilité sont déjà bien imprégnés dans leur ADN, soit par le fruit d’une démarche engagée et poursuivie sur le temps long, soit parce qu’elles ont intégré ces principes dès leur démarrage à travers des priorités traduites en plans d’actions. Pour qu’une entreprise déjà établie remplisse les exigences B Corp, il lui faut plusieurs années jusqu’à atteindre un certain niveau. Et entretemps, il n’y a pas de reconnaissance intermédiaire. Or TOUTES les entreprises sont invitées à s’aligner avec les SDGs et il important de valoriser celles déjà installées qui, bien que moins avancées, s’engagent et progressent dans cette transition. Concrètement, avec le programme CCIW en entrepreneuriat durable, l’entreprise qui aura mené à bien un plan annuel d’au moins 10 actions et couvrant au minimum 4 des 5 piliers du développement durable (ndlr : parmi « people », « planet », « prosperity », « peace », « partnership ») obtiendra déjà une certification CCI Wallonie à la fin de sa première année de participation. Cette certification sera renouvelée la 2ème et 3ème année si l’entreprise ré-atteint chaque année 10 nouvelles actions. En supposant qu’après 3 ans, les 17 SDGs aient été couverts par au moins une action, l’entreprise pourra alors décrocher une certification UNITAR***, une reconnaissance internationale, donc…*»

CCI mag’ : « Outre le fait que ce soit assez rapidement gratifiant pour la société qui s’engage dans la démarche, en quoi cette certification est-elle crédible et peut-elle être valorisable ? »

PJ K : « On ne part pas de rien. La méthodologie a été éprouvée par le VOKA/KVK, inscrit depuis 2018 dans un partenariat avec le CIFAL**. Obtenue par le biais de ce dernier, c’est une certification UNITAR***, donc une reconnaissance internationale qui s’offre à l’entreprise. Ce qui est proposé ici est une certification reconnue, méritée par l’entreprise et validée par un comité d’experts. Il ne s’agit pas d’une simple charte d’engagements en la matière, telles que celles publiées fièrement sur les murs et sites internet de quantité d’entreprises et qui, bien qu’étant un gage de bonne volonté, ont bien moins de valeur puisque subjectives et ne comptant souvent aucune vérifications des actes menés ».

Longue liste non exhaustive en faveur d’une accélération du mouvement…

CCI mag’ : « Mais ces démarches vont prendre du temps et pomper une énergie considérable aux entreprises » ?!

PJ K : « Et pourtant… Les critères de durabilité se font de plus en plus nombreux dans les marchés publics, en Région wallonne et, lors de la sélection de fournisseurs pour les entreprises privées, par exemple, ceux-ci apparaissent aussi en nombre… J’aurais tendance à vous répondre par le biais d’une comparaison. Lorsque l’informatique a commencé à s’imposer, l’entreprise qui aurait objecté à ce moment-là qu’elle n’avait pas le temps, les compétences pour la déployer se serait bien vite retrouvée à devoir subir cette nécessité ! Agir avant de subir serait la leçon à retenir. Et la durabilité est un nouveau paradigme économique ! »

Au-delà des injonctions, l’entreprise a ses propres intérêts à mettre en place une stratégie durable pour s’ouvrir à des modèles économiques plus efficaces et continuer à prospérer dans un monde qui change…»

CCI mag’ : Pourriez-vous encore nous énumérer certains arguments qui convaincraient les entreprises d’accélérer le mouvement ?

PJK : « Au risque de me répéter, il faut insister sur le fait que la demande se fait de plus en plus forte de la part de toutes les parties prenantes :

  • les clients : qu’il s’agisse d’entreprises privées elles-mêmes engagées ou soumises à des obligations de durabilité de la part de leurs propres parties prenantes, ou des consommateurs finaux, les fameux « consommacteurs », un « mot-valise » dont la signification est limpide. Le temps est révolu, en effet, où tous acceptaient innocemment un produit sans s’interroger sur sa provenance, son cycle de vie, etc. »
  • les collaborateurs : il ne fait aucun doute que vos collaborateurs, en recherche de sens dans leur travail, seront davantage motivés s’ils se sentent appartenir à une entreprise qui consacre des efforts en faveur du développement durable. Enfin, à l’heure où toutes les générations, notamment les plus jeunes, se sentent très concernées par ces problématiques, il est indiscutable que les efforts en matière de durabilité sont un critère d’attractivité pour l’entreprise qui se cherche de nouveaux talents.
  • les investisseurs : un investissement durable est jugé plus sûr ! Mentionnons aussi la réglementation européenne « SFDR » sur la transparence de la durabilité des investissements bancaires. Et regardez les plans de relance, le « Green New deal » européen, la taxonomie verte : toutes ces mesures et classifications font que des centaines de milliards d’euros d’investissements sont conditionnés par des critères sociaux et environnementaux… 

Enfin, j’insiste encore, au-delà des injonctions, l’entreprise a ses propres intérêts à mettre en place une stratégie durable pour s’ouvrir à des modèles économiques plus efficaces et continuer à prospérer dans un monde qui change…»

CCI mag’ : Concrètement, quel va être le rôle joué par les CCI dans cette certification et quelles étapes l’entreprise va-t-elle suivre ?

PJK : « Tout d’abord, précisons que la CCI Wallonie ne peut pas être juge et partie. Donc l’évaluation des entreprises participantes – dans un esprit constructif ! – sera effectuée par un comité d’évaluation constitué d’experts indépendants, de représentants de diverses administrations publiques, organisations et milieux d’affaires. L’intervention CCI va se faire sur une revue des conformités qui est l’opportunité pour l’entreprise de se mettre en règle par rapport aux réglementations sociales et environnementales, un état des lieux du développement durable tenant compte du secteur d’activité de l’entreprise, et sur l’aperçu de l’éventail d’outils proposés par le réseau de référents des CCI sur les différents sujets. Les étapes du parcours d’évaluation de l’entreprise, sous la houlette de CCIW sont les suivantes : un audit préalable, l’élaboration du plan d’actions, la validation par le comité d’évaluation, la mise en œuvre du plan d’actions, l’évaluation à la mi-parcours, l’évaluation finale et, si celle-ci est concluante, le fameux « graal », la certification CCIW. Celle-ci sera couronnée par un prix remis en juin lors d’une cérémonie officielle où l’entreprise sera mise en lumière avec un ensemble d’outils de communication fournis à l’entreprise pour afficher fièrement cette reconnaissance ».

Les CCI aussi !

CCI mag’ : Venons-en à la question que nous aurions dû poser tout au début : la cible ! Qui peut s’engager dans ce programme ?

PJK : « Mais toute entreprise active en Wallonie ! »

CCI mag’ : Le ccihtag (ndlr : journal réalisé par la CCIH – numéro de sept-oct2021) a publié le témoignage de Quentin Evrard, Environmental Manager BSCA. Qu’est-ce qui a décidé Brussels South Charleroi Airport à se lancer dans la certification SDGs des CCI ? »

PJ K : « Quentin Evrard n’a pas manqué, dans l’interview, de souligner que d’autres initiatives et certifications avaient été ou seraient encore réalisées à l’aéroport. Mais il indiquait que c’était en particulier la composante sociale de la certification CCI qui avait retenu l’attention de BSCA. Selon lui, « une entreprise sociale, qui agit de manière éthique à ce niveau-là, dégage une meilleure image d’elle-même et ne peut que gagner en prospérité ». Je ne peux que l’approuver… »

CCI mag’ : « Et nos CCI wallonnes, dans tout cela ? »

PJ K : « Elles se sont aussi bien engagées dans une démarche de développement durable avant la mise en place de leur propre certification, en répondant à un appel à projet de la Région wallonne sur un accompagnement en développement durable. Elles vont donc mettre en place leur propre démarche DD ; pour le mois de novembre, chacune aura finalisé son plan d’actions à déployer dès l’année prochaine. Les CCI Hainaut et BW ont déjà avancé avec l’atelier « fresque du climat »****par exemple, et la CCIH a commencé à inventorier les émissions de gaz à effet de serre liées à ses activités, l’objectif étant ensuite d’identifier les pistes d’amélioration. Enfin, le programme de certification est typiquement une application du développement durable qui fait sens avec la mission au cœur des Chambres de Commerce et d’Industrie qui est d’accompagner, dans toutes les étapes clés de leur vie, des entreprises situées sur leur territoire. »

Avec le titre de SDG Pioneer, suivi de SDG Champion voire SDG Ambassador si elle poursuit sa progression régulière.

**L’un des 15 centres de formation de l’UNITAR*** (Institut des Nations Unies pour la Formation et la Recherche). Le CIFAL vise à promouvoir les déclarations et principes des Nations Unies, en particuliers les objectifs de développement durable).

**** Un outil de formation et team building innovant et efficace pour sensibiliser aux enjeux du changement climatique

Les Chambres de Commerce & d’Industrie du Hainaut et du Brabant wallon vous invitent à une séance d’informations gratuite sur les objectifs de développement durable, le lundi 22 novembre 2021 à 16h (inscription : onglet “agenda” des sites www.ccih.be ou www.ccibw.be).

——-

Les 17 SDG’s des Nations-Unies

-1. Pas de pauvreté

Mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde d’ici à 2030.

-2. Faim « zéro »

Eliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable. 

3. Bonne santé et bien-être

Donner les moyens de mener une vie saine et promouvoir le bien-être de tous à tous les âges.

-4. Education de qualité

Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité ; promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie…

-5.Egalité entre les sexes

Atteindre l’égalité des sexes et autonomiser les femmes. 

-6.Eau propre et assainissement

Qualité et viabilité de l’accès à l’eau, accessibilité à des sanitaires…

-7.Energie propre et d’un coût abordable

Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables, modernes, à un coût abordable.

-8.Travail décent et croissance économique

Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous.

-9.Industrie, innovation et infrastructure

Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation. 

-10.Inégalités réduites

Réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre, fondées sur les revenus, le sexe, l’âge, le handicap, l’orientation sexuelle, la race, la classe, l’origine ethnique, la religion…

-11.Villes et communes durables

Faire en sorte que les villes soient sûres, résilientes et durables. 

-12.Consommation et production responsables

« Faire plus et mieux avec moins », pour reprendre la formule extraite de l’intitulé de l’ODD par l’ONU.

-13.Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques

Réduire les émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique et prévenir les conséquences naturelles engendrées par le réchauffement climatique.

-14.Vie aquatique

Conserver les précieux écosystèmes des océans et leurs ressources pour assurer leur durabilité et leur biodiversité.

-15.Vie terrestre

Préserver les écosystèmes terrestres, en luttant contre la déforestation, la désertification et la dégradation des terres.

-16.Paix, justice et institutions efficaces

Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous.

-17.Partenariats pour la réalisation des objectifs

Renforcement des rapports entre les États, implication de la société civile,…

INFOS

Brochure explicative : www.ccibw.be/wp-content/uploads/2021/02/Flyer-A4-ODD-CCIBW.pdf

CONTACT CCIBW

 Ben Deleers, Business Developer CCI Brabant wallon 

0496/810.302

ben.deleers@ccibw.be

CONTACTS CCIH

Benoit Moons
Tél. + 32 (0)71 32 11 60
E-mail : benoit.moons@ccih.be

Arnaud Tommasetti (Zone Centre-Mons)
Mobile : +32 (0)466 321 732E-mail : arnaud.tommasetti@ccih.be

Olivier Hendrickx (Zone Charleroi)
Mobile : +32 (0)455 115 113E-mail : olivier.hendrickx@ccih.be


 


198 posts

À propos de l’auteur
Rédactrice en chef (Brabant wallon - Hainaut - Wallonie picarde)
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Brabant wallon

Sweco : premier permis approuvé au Benelux pour une usine de production d’hydrogène vert

2 Minute(s) de lecture
La société de conseil en ingénierie Sweco s’est chargée, à la demande de VoltH2, de la conception et de l’élaboration du permis…
Brabant wallon

LN24 présente, du 11 au 15/10, « La Belgique se relance »(BW) avec la collaboration de la CCIBW...

3 Minute(s) de lecture
Après le Hainaut, place au BW ! C’est en effet sur des pépites économiques de cette province que se concentrent, cette semaine du…
Brabant wallon

Le BW à la recherche d'un gestionnaire pour le tennis et le padel à Hélécine

1 Minute(s) de lecture
Le Brabant wallon cherche un exploitant pour gérer les terrains de tennis, de padel et le club-house sur le site du Château…