Liège-Verviers

Première en Wallonie : le Port de Liège accueille un transfert transfrontalier de terres contaminées en vue de leur traitement et leur recyclage au Port de Monsin

3 Minute(s) de lecture

La société Envisan, division environnementale du groupe Jan De Nul spécialisée dans le traitement et la valorisation des déchets et concessionnaire du Port autonome de Liège, a accueilli ce jeudi 14 octobre une barge chargée de terres contaminées non dangereuses en provenance de la région du Grand-Est France (Metz) en vue d’être dépolluées et transformées en sables et granulats lavés, au sein de sa nouvelle unité de lavage physico-chimique implantée au Port de Monsin. Il s’agit d’un premier transfert transfrontalier de terres polluées à destination de la Wallonie qui se dote d’outils technologiques performants en matière de dépollution de terres. 

Une fois acheminées par péniche, ces terres non dangereuses vont tout d’abord subir un criblage en voie sèche, en vue d’éliminer la fraction supérieure à 50 mm (cailloux, etc,…).  Elles passeront alors dans l’unité de lavage physico-chimique d’Envisan pour être ensuite dépolluées, traitées et recyclées, grâce à la succession d’étapes de séparation granulométriques en voie sèche et humide. Cette unité de lavage va ainsi transformer ces terres en sables et granulats lavés, débarrassés de la pollution. Cette unité de lavage permet de traiter environ 70 tonnes de terres/ heure. Les étapes en voie sèche du procédé se déroulent entièrement à l’intérieur des halls d’Envisan afin d’éviter toute dispersion dans l’air. Une fois lavées, les terres sont transformées en nouveaux sables et granulats aptes à réintégrer  le circuit des matériaux de construction. Ces granulats de nouvelle génération seront donc réutilisés localement dans le secteur de la construction liégeois Ainsi, une tonne de terre produit environ 700 kilos de sables et granulats lavés. Il s’agit d’un bel exemple d’économie circulaire. Compte tenu de la matière transportée, la logistique fluviale est évidemment adéquate.

Ce premier transfert transfrontalier de terres contaminées résulte d’une étroite collaboration entre les industriels du secteur, le Port autonome de Liège et les autres ports autonomes wallons, les diverses divisions du Service public de Wallonie et les cabinets des Ministres Carlo Di Antonio et Céline Tellier ayant permis d’autoriser ces transferts spécifiques. Précédemment, ce type de trafics d’importations de terres échappaient à la Wallonie, faute d’autorisation octroyée par celle-ci. Il faut reconnaître que , d’un point de vue administratif, la matière est complexe.

Selon Monsieur Emile-Louis Bertrand, Directeur général du Port autonome de Liège : « Le Port autonome de Liège a mis tout en œuvre afin de permettre l’organisation de ce premier transfert transfrontalier qui est une excellente nouvelle pour le Port autonome de Liège qui entend jouer un rôle clé dans l’économie circulaire. Un port tel celui de Liège, en raison de ses facilités logistiques, son rôle central dans l’économie et de son interaction avec l’industrie, dispose d’autant d’atouts qui en font un acteur important pour l’économie circulaire. En tant que carrefours du flux de matières premières, produits et déchets qui circulent dans notre économie, nos concessionnaires ont une grande expertise en matière de logistique, de stockage et la gestion et traitement des déchets. »

Selon Dimitri Descamps, Directeur commercial d’Envisan, « Les industriels wallons spécialisés en dépollution des sols ainsi que les acteurs du secteur portuaire liégeois se réjouissent de ce premier transfert transfrontalier et remercient aussi l’ensemble des partenaires publics ayant autorisé ces transferts. Grâce à ces autorisations, la société Envisan peut ainsi proposer un large éventail de méthodes de dépollution au marché transfrontalier (Nord-Est de la France, Luxembourg qui sont deux grands gisements importants de terres contaminées, du fait de leur passé industriel) en offrant une approche intégrée grâce à ses centres de traitement et de valorisation de terres. Nous sommes ainsi reconnus pour l’exécution de projets de dépollution complexes ainsi que pour la réhabilitation de friches industrielles. D’autres transferts similaires à destination d’ENVISAN Monsin sont projetés, principalement en provenance de France. »

Selon Séverine Philippe, Directrice Technique Terrag France (Groupe Geiger), « dans le cadre de nos activités de gestion de déchets minéraux en France, nous sommes continuellement à la recherche de nouvelles solutions de traitement de terres contaminées, nous permettant de réduire au strict minimum le recours à la mise en décharge. La technologie mise en place par Envisan sur Liège ainsi qu’une connexion ferroviaire et fluviale à grand gabarit répondent pleinement à nos besoins et ouvrent des perspectives de collaborations concrètes. »

Enfin, le développement du Port autonome de Liège, disposant de connexions voie d’eau et rail, dédiées à des entreprises utilisatrices de ces modes de transports, permet de répondre aux préoccupations de la Wallonie et de l’Europe en vue de la diminution des émissions de CO² dans les transports.

3186 posts

À propos de l’auteur
Publication par communiqué de presse.
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Liège-Verviers

Le Conseil d’administration confirme Leon Van Rompay au poste de CEO de Mithra

2 Minute(s) de lecture
Le Conseil d’administration de Mithra a confirmé la nomination de Leon Van Rompay au poste de Chief Executive Officer. En février dernier,…
Liège-Verviers

Le Fonds Simenon est désormais en Outremeuse à Liège

3 Minute(s) de lecture
L’Université de Liège, depuis 1976, est bénéficiaire de la donation que Georges Simenon lui a faite de ses archives littéraires, patrimoine exceptionnel…
Liège-Verviers

Didier Mattivi (IP Trade) nommé directeur de l’Administration de la Recherche, de l’Innovation et de la Valorisation de l’ULiège

2 Minute(s) de lecture
Le Conseil d’administration de l’Université de Liège (ULiège), ce 13 octobre, a nommé Didier Mattivi à la direction de l’Administration de la…