Sponsorisé

Les bilans (positifs) de « Boost Your Growth », le programme de croissance d’EY pour les entreprises wallonnes

3 Minute(s) de lecture

En 2018, Ernst & Young lançait « Boost your Growth », un programme créé pour permettre de booster la croissance des PME wallonnes. Trois ans plus tard, ce programme a-t-il vraiment tenu ses promesses ? Pour répondre à cette question, nous avons interrogé deux entreprises qui en ont bénéficié. 

Voici ce qu’annonçait à l’époque Marie-Laure Moreau, responsable d’EY pour le marché francophone : « Boost Your Growth est un programme de croissance réservé aux entreprises qui ont à la fois la volonté de multiplier rapidement leur chiffre d’affaires et le potentiel pour le faire ». Via l’organisation de leur Prix de l’Entreprise de l’Année, EY avait aussi remarqué que « les sociétés lauréates wallonnes ont une taille plus modeste que leurs homologues flamandes. Elles sont moins internationales et affichent une attitude plus timide, plus prudente et conservatrice ». C’est de ce constat qu’est partie Marie-Laure Moreau pour pallier ce petit péché de « modestie » wallon, en accompagnant les entreprises de notre région dans la délicate course à la croissance. Cet accompagnement commence par un diagnostic des sept « leviers de croissances » : orientation clients, finances, partenariats, gestion des risques, ressources humaines, et numérique. Cette analyse approfondie est suivie par la création d’un plan d’action(s) visant à atteindre les niveaux d’ambitions fixés pour chacun de ces piliers.  

Nous voici en 2021, et il est temps de dresser le bilan de cette opération.   

Gaming1 : « Structurer notre croissance et nos défis » 

Filiale d’Ardent Group spécialisée dans les jeux de hasard, Gaming1 compte 15 sites web répartis dans huit pays. Elle était déjà très performante dans les piliers numérique, technologique et analyse de données et sur l’orientation clients. Le diagnostic a par contre permis de dévoiler un excès d’humilité : en 8 ans, Gaming1 a vu son chiffre d’affaires multiplié par cinq, et ses effectifs passer de 300 à 1000 collaborateurs. Nicolas Léonard le reconnaît : « Nous ne sommes plus une PME familiale, et nous ne pouvions plus agir de la même façon qu’avant, en renforçant notre professionnalisme. Au-delà de la définition d’une mission, d’une vision, de valeurs… il faut structurer notre croissance et nos défis. Les experts EY représentent un réel puits de science et une opportunité de partage d’expertise incontestable. Depuis le démarrage du programme, nous avons mis au point une charte de Corporate Governance et des audits internes, ainsi qu’une certification ISO 270001 pour les données sécurisées. » En plus des conseils des experts, le programme a permis à Gaming1 d’instaurer un dialogue interne bénéfique. « Sur le point de stratégie RH, qui est un pilier crucial du programme de croissance imaginé par EY, j’ai pu constater que la direction était plus réservée que le comité exécutif. Quel bonheur lorsqu’on se fait reprendre par ses propres équipiers, preuve de leur conscience des démarches à venir. Un vrai boost pour la constructivité ! », lance le CFO.  

IDDI : « Nous donner du soutien pragmatique » 

IDDI (Institut international pour le développement de médicaments) existe depuis plus de 30 ans et est spécialisée dans le domaine des biostatistiques destinées aux processus d’essais cliniques. En trente ans d’existence, cette entreprise bruxelloise a beaucoup évolué tant sur le plan des technologies mises en place, que sur sa taille. Et depuis 2017, celle-ci a doublé. « Nous avons opté pour ce programme afin de nous donner du soutien pragmatique tout particulièrement sur les piliers collaborateurs, numérique/technologie, client et risques » explique Damien Tremolet, CEO. Cela nous a permis de brainstormer en équipe avec le soutien actif des intervenants et experts d’EY en suivant un canevas compréhensible et éprouvé. Nous avons mis en place un plan d’actions concret avec des priorités et échéances définies par l’équipe de direction. » 

En plus des analyses personnalisées, les participants au programme peuvent profiter de sessions inspirationnelles. Ces rencontres entre entreprises, encadrées par les experts EY, ont été très utiles : « Elles sont un dispositif intéressant de partage d’expérience et de connaissances dans ce programme » indique Damien Tremolet. Même constat du côté de Gaming1 : « Nous sommes tous placés sur la même carte, mais à des endroits différents. C’est ainsi que j’ai compris que la croissance passe également par la faculté de pouvoir trier ses combats », affirme Nicolas Léonard. 

Les deux entreprises, même si très différentes, se rejoignent donc sur cette conclusion : le partage d’expérience(s) et l’expertise amenés par ce programme ont constitué des outils précieux dans leur volonté de croissance.  

https://www.ey.com

Vous pourriez aussi aimer
Sponsorisé

Face à la pénurie de talents IT : abnetwork mise sur la formation de ses ingénieurs pour répondre aux attentes de ses clients

3 Minute(s) de lecture
Combien d’entreprises connaissent des lenteurs informatiques qui ralentissent leurs employés ? Combien d’entre elles s’inquiètent d’être la cible de hackers, avec la mauvaise…
Sponsorisé

L'application Falco séduit les indépendants et chefs d'entreprise

2 Minute(s) de lecture
Avec son application Falco, Horus a convaincu les entrepreneurs de passer au digital, afin d’accéder en temps réel aux informations financières de…
Sponsorisé

Color Profil : un outil de profilage de personnalité unique au monde

3 Minute(s) de lecture
Dans un monde qui ne cesse de se réinventer, où la crise sanitaire que nous vivons nous a tous chamboulés, bien se connaitre constitue un…