Wallonie

Ventes en seconde main: les conseils pour éviter les faux acheteurs

2 Minute(s) de lecture

Les tentatives de fraudes aux achats via des plateformes de seconde main sont monnaie courante. En 2021, l’Inspection économique du SPF Economie a reçu 872 signalements de personnes victimes d’escroquerie pour un préjudice financier total de 434.884,32 euros.

Comment fonctionne cette fraude ?

Vous venez de placer une annonce pour un produit sur une plateforme de seconde main. Vous êtes bientôt contacté par un acheteur potentiel. Celui-ci n’est pas en mesure de récupérer lui-même le produit et vous propose de faire appel à un service de livraison connu (Mondial Relay, DPD, DHL, GLS…), ce qui n’éveille aucun soupçon. Plutôt que de verser le montant de la transaction directement sur votre compte, l’acheteur suggère d’utiliser le service de paiement de cette société de livraison. Il vous demande alors vos données d’identification afin d’effectuer le paiement convenu.
Quelques instants plus tard, vous recevez un e-mail provenant en apparence du service de livraison, confirmant qu’un paiement a été reçu en votre nom et indiquant que vous devez créer un compte pour accéder au paiement. Lors du processus de création de ce compte, la plateforme vous demande d’effectuer un paiement afin de confirmer votre identité et vos coordonnées bancaires. Le montant de ce paiement vous sera remboursé dès confirmation de l’authenticité de vos informations.
Malheureusement, il s’agit d’une escroquerie. Vous ne recevrez jamais le paiement de l’acheteur, ni le remboursement du montant que vous avez effectué vous-même.

Comment ne pas se faire piéger ? 

N’acceptez que les paiements par virement ou en espèces lorsque l’acheteur récupère le produit. Vérifiez attentivement l’adresse e-mail de l’expéditeur : un service de livraison internationalement connu n’utilisera pas une adresse Gmail ou Hotmail pour ses contacts avec la clientèle. Vérifiez l’URL de l’e-mail (expéditeur@url.com) et des liens envoyés (https://entreprise.com/détails) : une entreprise internationale ne commet pas de fautes d’orthographe dans sa propre adresse URL. N’envoyez jamais vos données bancaires ou une copie de votre carte d’identité à une personne rencontrée en ligne.

Que faire si vous avez été piégé ?

  • Vous avez communiqué vos informations bancaires confidentielles ? Appelez immédiatement Card Stop au 078 170 170.
  • Vous avez effectué un paiement ? Prévenez immédiatement votre banque.
  • Vous avez payé par carte de crédit ? Contestez l’opération via macarte.be (Visa ou Mastercard).
  • Introduisez un signalement auprès du Point de contact de l’Inspection économique (scénario « Fraude lors d’achats et de ventes en ligne »).
  • Vous avez perdu de l’argent ? Déposez plainte auprès de votre bureau de police locale.


3507 posts

À propos de l’auteur
Publication par communiqué de presse.
Articles
Vous pourriez aussi aimer
NamurWallonie

Deux start-ups internationales s’implantent en Wallonie grâce au binôme WSL/Awex

1 Minute(s) de lecture
Triseum, une entreprise américaine de jeux éducatifs, et SDR Technologies, une société française de conception d’outils dédiés à l’analyse du spectre à…
NamurWallonie

2/3 des sites internet belges ne sont pas conformes à la législation RGPD

4 Minute(s) de lecture
Il y a exactement quatre ans, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) entrait en vigueur. En conséquence, toutes les…
Wallonie

'Urgence Talents' pour lancer l’EU Biotech Campus : les biotechs se mobilisent

2 Minute(s) de lecture
Pour préparer le terrain en vue de l’ouverture en 2025 de l’EU Biotech Campus à Gosselies, un consortium public/privé lance Urgence Talents,…