Wallonie

Résistance au changement : la transformation digitale prendra encore plus de 2 ans dans le secteur public

3 Minute(s) de lecture

Deux années de crise du coronavirus ont radicalement changé la façon de travailler dans le secteur public. Unit4, fournisseur de logiciels ERP pour les organisations de taille moyenne axées sur les personnes, a interrogé des membres de 75 organisations du secteur public belge pour savoir comment ils évaluaient cette période.

La principale conclusion de cette enquête annuelle, menée à l’échelle mondiale, est que les personnes et les organisations ne sont pas prêtes à faire face au changement, et qu’il faudra encore plus de deux ans et demi avant que le processus de transformation digitale soit achevé dans nos institutions. Point positif, l’engagement du personnel s’est considérablement amélioré au cours de cette période.

Les deux dernières années ont été particulièrement difficiles dans le secteur public. Les équipes ont dû faire face à une demande croissante de leurs services, dans des conditions de travail en constant changement et avec de nouvelles méthodes de travail (digitales). Le tout avec des budgets souvent serrés – et une rentabilité dès lors cruciale.

« Le secteur public au niveau mondial fait face à l’un de ses plus grands défis, mais il a d’une certaine manière montré ce qui est possible en termes de transformation digitale », déclare Lode Maris, Regional President Western Europe chez Unit4. « Toutefois, le secteur public belge sera confronté à une tâche encore plus difficile dans les années à venir pour maintenir les services publics essentiels et continuer à investir dans l’innovation pour réaliser des améliorations significatives. Il faudra un changement d’état d’esprit pour accepter le changement nécessaire à la modernisation des services publics et une volonté d’être plus agile, en acceptant que la perturbation conduise finalement à une valeur ajoutée pour les citoyens », conclut Lode Maris.

Le changement est difficile

La transformation actuelle (qui n’est pas seulement due au coronavirus) fait que les citoyens et les autres parties prenantes exercent une forte pression sur les organisations de services publics pour qu’elles soient plus « intelligentes » et plus transparentes dans leurs services, leurs processus et leurs dépenses.

Mais cette adaptation s’avère difficile. Près de la moitié des organisations du secteur public indiquent que tant les employés (48%) que la direction (40%) résistent au changement. En outre, un tiers d’entre elles affirment que les employés ne disposent pas des compétences professionnelles nécessaires pour s’adapter rapidement au nouveau contexte. Et 53% indiquent que leurs systèmes de back-office ne sont pas suffisamment agiles ou adaptables. Seules 75% des organisations disposent de systèmes connectés entre les différents départements, permettant d’utiliser les données dans toute l’organisation.

Des systèmes de données pas optimaux

Plus de la moitié des personnes interrogées doivent encore intervenir manuellement pour alimenter leur logiciel et la compatibilité avec d’autres systèmes pose problème. Seuls 6% disent avoir des systèmes qui ne nécessitent pas de saisie manuelle. Quasi toutes ont entièrement ou largement déployé une stratégie de transformation digitale. Mais en moyenne, les organisations belges du secteur public auraient encore besoin de 2,5 ans pour mettre pleinement en œuvre cette stratégie.

Concernant la migration vers le cloud, les applications SaaS ou l’intelligence artificielle, plus de 25% des organisations prévoient de commencer à les utiliser au cours de l’année à venir. Environ 10% disent qu’il faudra procéder à un ajustement majeur pour y parvenir. Celles qui ont déjà mis en place ces technologies le font depuis un an en moyenne.

Selon près de 90% des organisations publiques, la transformation digitale signifie également que leurs employés ne disposent pas des bonnes compétences ou ne reçoivent pas la bonne formation pour s’adapter.

La principale conclusion de cette enquête annuelle, menée à l’échelle mondiale, est que les personnes et les organisations ne sont pas prêtes à faire face au changement, et qu’il faudra encore plus de deux ans et demi avant que le processus de transformation digitale soit achevé dans nos institutions. Point positif, l’engagement du personnel s’est considérablement amélioré au cours de cette période.

3507 posts

À propos de l’auteur
Publication par communiqué de presse.
Articles
Vous pourriez aussi aimer
NamurWallonie

Deux start-ups internationales s’implantent en Wallonie grâce au binôme WSL/Awex

1 Minute(s) de lecture
Triseum, une entreprise américaine de jeux éducatifs, et SDR Technologies, une société française de conception d’outils dédiés à l’analyse du spectre à…
NamurWallonie

2/3 des sites internet belges ne sont pas conformes à la législation RGPD

4 Minute(s) de lecture
Il y a exactement quatre ans, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) entrait en vigueur. En conséquence, toutes les…
Wallonie

'Urgence Talents' pour lancer l’EU Biotech Campus : les biotechs se mobilisent

2 Minute(s) de lecture
Pour préparer le terrain en vue de l’ouverture en 2025 de l’EU Biotech Campus à Gosselies, un consortium public/privé lance Urgence Talents,…