Wallonie

Le nombre d’opportunités d’emploi dans le secteur pharma, biotech et chimique explose…

4 Minute(s) de lecture

Avec plus de 2800 postes à pourvoir sur l’entièreté de l’année 2022, le secteur wallon et bruxellois de la chimie, des matières plastiques et des sciences de la vie recrute plus que jamais. Bonne nouvelle pour les candidats mais qui n’est pas sans difficulté pour les entreprises. Plus de la moitié des sociétés ont des offres d’emploi ouvertes depuis plus de six mois. De plus, la transformation digitale complexifie les compétences attendues des talents. Il est temps de trouver des solutions structurelles pour répondre à ce besoin croissant de collaborateurs, plaide essenscia wallonie-bruxelles, la fédération régionale de la chimie et des sciences de la vie, à l’occasion de la parution des résultats de son enquête emploi annuelle. 

Le nombre d’emplois directs du secteur de la chimie et des sciences de la vie en Wallonie et à Bruxelles augmente depuis 5 années consécutives. En 2021, plus de 32 000 personnes travaillaient ainsi dans le secteur. Les chiffres de l’enquête emploi d’essenscia wallonie-bruxelles confirment une fois de plus cette croissance pour l’année 2022 et les perspectives sont positives jusqu’en 2024 au moins.

Plus de 2800 postes à pourvoir sur l’entièreté de l’année 2022

Entre le mois de mai et juin 2022, 9 entreprises sur 10 indiquaient que la guerre en Ukraine n’impactait pas négativement leurs prévisons de recrutement de cette année. Au total, 2838 postes sont à pourvoir en 2022, dont un peu plus de la moitié encore à pourvoir au cours du second semestre. Il s’agit pour 46% de nouveaux postes, les 54% restants étant des remplacements. Le revers de la médaille derrière ses chiffres: plus d’une entreprise interrogée sur deux indiquent qu’elles ont des difficultés de recrutement, avec des offres d’emploi ouvertes depuis plus de six mois.

60% des postes à pourvoir sont liés aux métiers de la production

Les opportunités d’emploi concernent la totalité du cycle de développement et de la production du secteur, depuis les fonctions de la recherche et développement jusqu’aux métiers support. Ce sont toujours les profils spécialisés dans la production et les métiers liés à cette dernière (contrôle qualité & affaires réglementaires, logistique, maintenance) qui sont les plus recherchés, avec 60% des postes à pourvoir.

Les opportunités d’emploi sont ouvertes à un large spectre de qualifications

Environ un poste sur cinq est accessible sans expérience requise. Près de 60% des offres sont destinées à des diplômés de l’enseignement secondaire supérieur (26%) ou des bacheliers (32%). Les détenteurs d’un master, les ingénieurs et les titulaires d’un doctorat sont également recherchés par les entreprises du secteur de la chimie et des sciences de la vie.  

Les offres d’emploi évoluent avec la digitalisation

L’enquête emploi de cette année se concentrait également sur les conséquences de la transformation numérique sur les postes à pourvoir dans l’industrie pharma, biotech et chimique. Plus de la moitié des entreprises indiquent être engagées dans la digitalisation. Cette évolution impacte les compétences nécessaires de certains métiers existants. Les fonctions les plus citées sont celles de la production, du marketing et de la vente ainsi que des ressources humaines. La transformation numérique crée également de nouveaux métiers. Digital transformation lead, Data Analyst, Data Scientist, Artificial Intelligence (AI) Expert, Data architect et IT Expert sont ainsi les nouvelles professions qui seront les plus recherchées dans les cinq prochaines années. 

Frédéric Druck, directeur d’essenscia wallonie-bruxelles : “Ces résultats confirment une nouvelle fois qu’il faut des solutions structurelles pour aider les entreprises du secteur pharma, biotech et chimique. La fédération travaille déjà sur de nombreuses aides dans le cadre de son Masterplan talents. Grâce au soutien de multiples partenaires publics et privés, on peut ainsi déjà compter sur l’extension des capacités d’accueil du centre de compétence sectoriel aptaskil et la création de l’EU Biotech Campus, ce centre de formation multidisciplinaire de pointe pour le secteur biotech et biopharma doté d’un accélérateur d’entreprises. essenscia organise également chaque année depuis 2020 des Jobdays sectoriels. Bref, il y a des pistes mais il est urgent que nos autorités politiques de la Wallonie, de Bruxelles et de la Fédération Wallonie-Bruxelles alignent la stratégie économique de développement et la stratégie talents. L’enseignement doit avoir les moyens de jouer son rôle de passerelle vers les métiers de l’innovation et de la production.”

Pierre Dorignaux, président d’essenscia wallonie : “Afin d’accompagner aux mieux les entreprises dans leur transformation numérique, il convient de développer des formations pour les nouveaux métiers et d’adapter les cursus existants aux nouvelles compétences. Aujourd’hui, dans le cadre de cette digitalisation, les sociétés pharma, biotech et chimiques doivent pallier en interne pour former les talents ou aller les chercher à l’étranger.”

Paul Deschrijver, président d’essenscia bruxelles : “Nous devons inciter les jeunes, les demandeurs d’emploi, les travailleurs en réorientation et en reconversion à suivre des formations et à choisir des métiers en pénurie, critiques ou émergents. Pour cela, mettons en place un parcours STEM (Sciences, Technologies, Ingénierie ou ‘Engineering’ en anglais et Mathématiques) intégré qui combine sensibilisation, orientation et intégration. Travailler dans le secteur de la chimie et des sciences de la vie, c’est contribuer à développer des solutions pour répondre aux défis climatique et de santé !”  

L’enquête emploi annuelle d’essenscia wallonie-bruxelles interroge les entreprises membres du secteur sur les perspectives d’engagement. Cette année, quelque 70 entreprises ont participé à l’enquête, représentant près de 75% de l’emploi de l’industrie de la chimie et des sciences de la vie. 

3600 posts

À propos de l’auteur
Publication par communiqué de presse.
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Wallonie

15,3 % de jeunes en plus inscrits au Forem

3 Minute(s) de lecture
Le nombre de demandeurs d’emploi inoccupés (DEI) a augmenté de 2,9 % entre juillet 2021 et juillet 2022, ce qui porte ce…
Wallonie

Rotation de personnel pratiquement stable au premier semestre

3 Minute(s) de lecture
Le taux de départ involontaire (1,77%) est en passe d’atteindre son niveau le plus bas depuis ces dix dernières années La “Grande…
Wallonie

La fédération de l’industrie alimentaire wallonne rappelle ses priorités

2 Minute(s) de lecture
Fevia Wallonie, la fédération de l’industrie alimentaire wallonne, a profité de la caisse de résonnance de la Foire de Libramont pour appeler…