Sponsorisé

Construire une culture d’apprentissage inclusive avec GOODHABITZ

3 Minute(s) de lecture

Dans le monde professionnel actuel, la notion de diversité et inclusion (D&I), est devenu un enjeu crucial pour attirer et conserver des talents. Il en va de même concernant l’offre de formations que l’on est capable d’offrir à ses collaborateurs.  

Comment intégrer le D&I à sa culture d’entreprise ? Comment construire une culture d’apprentissage qui soit inclusive ? GoodHabitz, la plateforme d’e-learning vous aide à y voir plus clair. 

« Le concept de D&I est de plus en plus démocratisé et connu. On parle d’ailleurs aujourd’hui davantage de ‘DEIB’ pour ‘diversity, equity, inclusion et belonging’ (diversité, équité, inclusion et sentiment d’appartenance) », note Valérie Michiels, coach Learning and Development pour GoodHabitz.  

« La diversité, c’est l’éventail des différences humaines : l’âge, l’origine ethnique, l’orientation sexuelle, la religion… Accepter les différences et voir les potentialités qu’elles amènent. L’équité, c’est faire en sorte que tout le monde soit traité de manière juste et impartiale. L’inclusion, c’est l’acte de créer un environnement dans lequel tout le monde se sent accueilli, soutenu et valorisé. Et le sentiment d’appartenance, ce sont toutes les actions que l’entreprise va mettre en place pour que les individus se sentent en confiance, à l’aise. Ces quatre piliers se complémentent et les entreprises doivent les prendre en compte. »  

La métamorphose du monde professionnel 

L’inclusion n’est guère une idée neuve. C’est dans les années 1940 que le concept apparaît. Depuis, il n’a cessé d’évoluer. Et ce qui, avant, pouvait poser problème, est désormais vu comme tant d’opportunités pour les entreprises de grandir. « Tous les profils peuvent s’aider les uns les autres, c’est une source d’enrichissement ».  

La crise du Covid, le mouvement MeToo aussi, sont deux phénomènes qui ont profondément marqué la société et par là même, le monde professionnel. Les valeurs, le sens accordé à ce qu’on fait ont pris une place importante. Ces besoins nouveaux méritent que les entreprises y prêtent une attention particulière. 

En s’intéressant à ces questions de DEIB et en les intégrant à leur culture, les entreprises obtiennent une plus grande collaboration de leur personnel, un meilleur engagement et ainsi une plus grande rentabilité et une plus grande part de marché. Il ne faudrait pas l’oublier, un employé heureux est un employé qui travaille mieux. 

« Une étude récente de GoodHabitz montre que 67% des salariés belges estiment important de travailler dans une entreprise qui valorise la diversité. Or, 67% d’entre eux pensent également que les organisations pourraient s’améliorer à ce niveau. Il y a donc de la marge pour faire mieux ! » explique Valérie Michiels. C’est là qu’intervient GoodHabitz.  

5 conseils pour une culture d’apprentissage inclusive 

Au niveau du learning & development, plusieurs choses peuvent être mises en place :  

  1. À commencer par les méthodes d’apprentissage. GoodHabitz a développé différents formats pour les formations qu’elle propose. « Il faut satisfaire tout le monde. Notamment en s’intéressant à la façon dont les gens aiment apprendre. Pour ceux qui ont du mal à se concentrer, les vidéos seront recommandées. » 
  1. Cela concerne aussi les modes de communication. « Notamment avec une méthode d’apprentissage mixte, par exemple, en ligne et en présentiel. Certains préfèrent apprendre en équipe, en échangeant avec des collègues. » 
  1. Proposer des formations en plusieurs langues. « On considère la langue maternelle et pas seulement celle employée sur le lieu de travail. » 
  1. La diversité passe aussi par l’éventail de formations qu’on a à offrir, sur des tas de sujets différents.  
  1. Enfin, il est nécessaire de rendre l’apprentissage accessible à tous les salariés, de l’ouvrier au cadre. Une accessibilité qui passe également par la flexibilité : donner la possibilité de se former où et quand on en a envie, ou le temps. Et par la simplicité d’utilisation.  
     
     
    « La mise en place d’une culture d’apprentissage inclusive incluant le développement de soft skills peut constituer une première étape dans le soutien d’un environnement de travail inclusif et diversifié. Ce qui est formidable, c’est que GoodHabitz a pour objectif d’être un partenaire de soutien tout au long de ce parcours », conclut Valérie Michiels.  

Vous êtes impatient d’en apprendre davantage sur GoodHabitz ? Découvrez le catalogue de formations sur la diversité culturelle, l’intelligence sociale, le feedback et plus encore, grâce à un essai gratuit de 14 jours via www.goodhabitz.com

28 posts

À propos de l’auteur
Publication par publireportage.
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Sponsorisé

Bornes de recharge électrique : on met le turbo avec Proxiplug

2 Minute(s) de lecture
Outre leurs atouts sur le plan environnemental, les voitures électriques sont fiscalement avantageuses. Pour profiter d’une installation de bornes de recharge déductible…
Sponsorisé

Horus Software : une vision claire de vos chiffres en temps réel

3 Minute(s) de lecture
La crise sanitaire, la guerre en Ukraine, l’augmentation des coûts de l’énergie et des matières premières… ont plongé les chefs d’entreprise dans…
Sponsorisé

« Dites MICE, nous nous occupons du reste ! »

3 Minute(s) de lecture
La Fédération du Tourisme de la Province de Liège, par le biais de son Convention Bureau Liège-Spa est l’interlocuteur unique en matière…