Liège-Verviers

Myocène s’approche de l’industrialisation de son appareil pour mesurer la fatigue musculaire

2 Minute(s) de lecture

La start-up liégeoise Myocène s’apprête à franchir un grand pas dans son évolution. Elle travaille depuis ses débuts au développement d’un dispositif d’objectivation et de mesure de la fatigue musculaire pour les sportifs de haut niveau. Elle vient de lever 2 millions d’euros avec la participation de Wallonie Entreprendre, de Noshaq et des fondateurs historiques. Ces nouveaux moyens en capital et en prêt convertible serviront à préparer le « Go to Market product » ; en d’autres termes, à concevoir un dispositif prêt à être industrialisé et répondant aux attentes de son marché.

« Nous prévoyons un lancement du Myocène sur le marché pour la mi-2024, une commercialisation pour laquelle nous nourrissons les plus grands espoirs à présent » se réjouit le Dr Pierre Rigaux, président-fondateur.

Cette innovation destinée aux athlètes de haut niveau représente une véritable révolution pour le monde du sport. La fatigue musculaire constitue en effet un paramètre fondamental étroitement lié à la performance sportive.
Malgré l’enjeu majeur de la fatigue musculaire et les nombreuses connaissances scientifiques sur ce sujet, rien ne permettait jusqu’à présent de la mesurer objectivement, avec précision et rapidité.
Le dispositif Myocène représente à cet égard une avancée majeure qui permet aux élites sportives, de mieux concevoir leurs entrainements, d’éviter le surentraînement et de réduire les accidents liés à la perte de force et de vitesse secondaire à la fatigue musculaire de longue durée.

Testé par 450 sportifs

« Depuis sa présentation à l’automne 2021 en compagnie du hockeyeur John-John Dohmen », explique Jean-Yves Mignolet, CEO, « plus de trente clubs d’athlètes de haut niveau ont pu tester notre « Myocène ». Quatre cent-cinquante sportifs l’ont ainsi utilisé lors de leurs entrainements et quelque six mille mesures ont été réalisées, ce qui nous a permis d’affiner notre dispositif et d’améliorer les protocoles d’utilisation tout en confirmant l’excellente fiabilité des données récoltées. »

« Les tests pratiqués depuis un an nous ont permis de faire connaître notre technologie et la fiabilité reconnue de notre premier prototype nous laisse envisager sereinement son industrialisation » ajoute le Dr Pierre Rigaux.

L’utilisation du Myocène est rapide et simple, aussi bien en salle qu’en extérieur. Le dispositif calcule en deux minutes la valeur exacte de l’indice de fatigue musculaire par intelligence artificielle grâce à un algorithme dédié à partir des mesures très précises d’un capteur spécifique et d’une commande de haute précision de la contraction musculaire. En plus d’aider à prévenir les risques de blessures et d’adapter l’entraînement à la condition physique du sportif, Myocène permet sur le long terme de mettre en lumière la progression et la résistance à la fatigue de l’athlète et ainsi contrôler le programme d’entraînement.

 (Photo Myocène)

4416 posts

À propos de l’auteur
Publication par communiqué de presse.
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Liège-Verviers

L’entreprise Schreiber surfe sur les J.O. à …Tahiti

1 Minute(s) de lecture
La société Schreiber a décroché un contrat avec les organisateurs de Paris 2024 pour installer des chapiteaux en Polynésie à… Tahiti ! Cette…
Liège-Verviers

SERIE D’ETE - Une activité sportive pour une planète plus propre

3 Minute(s) de lecture
‘Ces entreprises qui font vivre le sport’. Euro de football, JO, Paralympics… : 2024 est une année sportive. L’opportunité de lever le…
Liège-Verviers

La chocolaterie Galler se «belgicise» davantage

3 Minute(s) de lecture
Galler, la chocolaterie basée à Vaux-sous-Chèvremont, vient d’annoncer une augmentation de capital significative de 12,6 millions d’euros. « Bien que la nationalité d’une…