Liège-Verviers

Carat-Duchatelet : l’ambition retrouvée

2 Minute(s) de lecture

Ce vendredi 8 janvier, le Ministre de l’Economie, Jean-Claude Marcourt, était en visite chez Carat Duchatelet. L’occasion de dresser un premier bilan des activités de l’entreprise liégeoise, 18 mois après sa reprise, et de lever le voile sur ses ambitions.

carat_11Au début de l’année 2014, Carat Duchatelet sentait le souffle de la faillite se rapprocher. Une menace semblant aujourd’hui lointaine. Spécialisé dans la customisation de voitures de luxe, ce fleuron liégeois avait été repris, en mai 2014, par l’homme d’affaires Jean-Paul Rosette, au travers de sa société Capital People. Un rachat réussi comme en témoignent ces quelques chiffres : «Lors de mon arrivée, nous n’avions pu conserver que 29 travailleurs sur les 80 que comptaient la firme, explique Jean-Paul Rosette, CEO et actionnaire majoritaire. Un an et demi plus tard, ce sont 49 personnes qui évoluent quotidiennement au sein de Carat Duchatelet.» Une évolution de l’effectif allant de pair avec une croissance du chiffre d’affaires : « De 1,2 million € en 2014, celui-ci est passé à 7,5 millions € au cours du dernier exercice assorti d’un bénéfice de 500.000€.»

Et l’entreprise ne compte pas s’arrêter en si bon chemin : «Nous doublerons certainement ce résultat en 2016. D’ici 2020, nous ambitionnons de réaliser 50 millions € de chiffre d’affaires et de dégager une marge de 5 millions €.»

Diversifier les activités
Au sommet de la technologie dans son core business, que ce soit dans le blindage, la stabilité des portes, le vitrage à l’épreuve des balles, ou la customisation et la transformation de véhicules  (allongement, rehaussage et aménagements intérieurs), la PME liégeoise bénéficie d’une position unique au monde avec une production entièrement réalisée dans ses ateliers.

Pour mener à bien ses ambitieux objectifs de croissance, elle a entamé une diversification de ses activités en valorisant les compétences internes à l’entreprise. Deux nouvelles lignes de produit ont ainsi été définies :

  • à côté des véhicules VIP sur commande qui constituent le métier historique de Carat-Duchatelet, la société s’est engagée dans la production de véhicules VIP sécurisés sur stock (une douzaine par an), véhicules haut de gamme sécurisés sans aucun aménagement intérieur ou extérieur.
  • un retour à la genèse de l’entreprise qui verra la société  développer également une ligne «Carat Duchatelet Classic » portant sur la restauration et l’aménagement de véhicules anciens de valeur.

«D’autres projets de diversification sont également dans les cartons, précise Jean-Paul Rosette, mais il est encore un peu prématuré d’en parler.»

Un investissement de 15 millions €
Pour assurer sa croissance et réaliser ses objectifs à l’horizon 2020, la société prévoit également d’investir 15 millions € dans une nouvelle infrastructure de 5.000m². « Nous étudierons en priorité la possibilité de réaménager notre actuel site. Si nous ne pouvions trouver une solution optimale, nous envisagerions alors un déménagement. Mais une chose est sûre : nous resterons en région liégeoise », conclut le CEO de Carat-Duchatelet.

363 posts

À propos de l’auteur
Rédactrice en chef (Liège-Namur)
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Liège-Verviers

Voici les premiers projets de ‘Liège, ville apprenante de l’Unesco’

2 Minute(s) de lecture
Après l’annonce en février dernier de la sélection de Liège parmi les nouvelles ‘villes apprenantes de l’UNESCO’, les autorités de la Ville…
Liège-Verviers

Les aéroports de Maestricht, Liège et Aix-la-Chapelle reliés par des vols électriques

1 Minute(s) de lecture
Electrifly, un projet pionnier de l’aviation électrique, proposera du 1er juillet au 31 août 2024 des vols électriques ouverts au public dans…
Brabant wallonLiège-VerviersNamur

D’Ariane à Maia Consulting, le cabinet de conseil en marketing spécialisé est boosté par l’IA

2 Minute(s) de lecture
À l’aube de son 4ème anniversaire, le cabinet de conseil en marketing spécialisé pour les PME B2B innovantes Ariane Consulting est devenu…