Wallonie

Les travailleurs ont modifié leurs habitudes en raison de la crise énergétique

3 Minute(s) de lecture

Les personnes qui ont la possibilité de télétravailler le font en moyenne un ou deux jours par semaine. C’est le bilan trois ans après le premier confinement pour cause de coronavirus en 2020. Bruxelles est la championne du télétravail dans notre pays, avec 97 % des entreprises bruxelloises qui autorisent leurs travailleurs à télétravailler.
Il est frappant de constater que la crise énergétique a une incidence sur les habitudes en matière de télétravail ancrées depuis peu. Dans la moitié des entreprises belges, les travailleurs ont modifié leurs habitudes de déplacement : ils viennent plus souvent au bureau, utilisent moins leur (propre) voiture pour réduire les frais de transport ou prennent plus souvent leur douche au travail. C’est ce qui ressort de l’enquête biennale menée auprès des employeurs par l’entreprise de services RH Acerta et le bureau d’enquête Indiville.

Un nouvel équilibre

Télétravailler un ou deux jours par semaine et se rendre au bureau trois ou quatre jours par semaine: voilà le rythme acquis par la majorité des Belges qui ont la possibilité de télétravailler et qui le font, trois ans après le premier confinement. Seul un quart des Belges (27 %) télétravaille encore trois jours par semaine ou plus.
Les mesures actuelles dans les entreprises belges semblent s’être ancrées peu à peu. 63 % des entreprises affirment que la proportion actuelle de télétravail et de travail au bureau ne changera pas à l’avenir. Un quart d’entre elles (24 %) souhaitent toujours que leurs travailleurs se rendent davantage au bureau et 13 % souhaitent que leurs collaborateurs télétravaillent plus qu’ils le font actuellement. C’est donc ce qui ressort de l’enquête biennale d’Acerta menée auprès de plus de 500 dirigeants d’entreprise.

La Région de Bruxelles-Capitale est championne du télétravail dans notre pays. Les travailleurs peuvent télétravailler dans 97 % des entreprises bruxelloises. Ces chiffres sont nettement inférieurs en Flandre (76 %) et en Wallonie (72 %).

« Il est clair que la plupart des entreprises belges voient d’un bon œil l’organisation hybride actuelle du travail » souligne Amandine Boseret, experte juridique chez Acerta Consult. « Dans l’ensemble, le télétravail a renforcé la confiance en faveur des travailleurs et l’autonomie des équipes. Notre enquête montre que l’équilibre entre les jours au bureau et les jours en télétravail est défini au niveau de l’équipe dans 44 % des cas, tandis que dans 27 % des cas, c’est le collaborateur qui établit son propre équilibre. La meilleure base de décision est le contenu du travail. Nous distinguons le travail synchrone, c’est-à-dire les tâches effectuées en équipe, telles que le brainstorming et les réunions, et le travail asynchrone, c’est-à-dire les tâches effectuées individuellement, telles que la recherche et la réponse aux e-mails. Il faut cependant veiller à ce que les collègues continuent à s’impliquer suffisamment lors du télétravail. D’une part, les travailleurs peuvent se retrouver isolés chez eux, déconnectés de leur employeur, de leur équipe et de leurs collègues. D’autre part, ils peuvent avoir l’impression de devoir toujours être disponibles et donc de ne pas pouvoir (suffisamment) se déconnecter du travail. Le télétravail a donc entraîné une modification du modèle de leadership. »

Changement des habitudes de déplacement

La crise du coronavirus n’est pas la seule à avoir modifié nos habitudes de déplacement : c’est également le cas de la crise énergétique. Les premiers chiffres montrent que la moitié des entreprises remarquent que les travailleurs ont modifié leurs habitudes pour faire des économies. Dans un quart des entreprises (26 %), les travailleurs se rendent davantage au bureau pour économiser de l’énergie à la maison. 22 % des travailleurs choisissent un moyen de transport autre que leur (propre) voiture pour se rendre au travail afin d’économiser du carburant. Et dans près d’une entreprise sur dix (8 %), on constate que les travailleurs viennent même plus souvent prendre leur douche au travail.

La confiance en faveur des travailleurs en télétravail a augmenté de façon spectaculaire

Il est désormais évident que le travail hybride est voué à durer. D’autant plus que, depuis deux ans, les dirigeants ont de plus en plus confiance en leur personnel en télétravail. Aujourd’hui, 65 % des employeurs déclarent avoir une grande confiance en leurs collaborateurs qui télétravaillent et 23 % déclarent même avoir en eux une très grande confiance. Le fait que 88 % des employeurs se déclarent confiants représente une augmentation considérable par rapport à 2021, où seulement 68 % d’entre eux disaient avoir confiance en leur personnel en télétravail.



(Photo Martine Auvray / Pixabay)

4371 posts

À propos de l’auteur
Publication par communiqué de presse.
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Wallonie

La Wallonie renforce les infrastructures et les équipements des centres de compétence et IFAPME

1 Minute(s) de lecture
A l’heure où la formation est devenue un enjeu majeur pour l’économie, le gouvernement wallon vient de dégager une trentaine de millions…
Wallonie

Les employés souvent malades durant leurs vacances...

3 Minute(s) de lecture
Plus de la moitié des employés (52%) ont déjà été malades pendant leurs vacances. Depuis cette année, ils peuvent récupérer ultérieurement ces…
Wallonie

Quelles sont les attentes des entrepreneurs wallons, inquiets pour l’avenir ?

2 Minute(s) de lecture
À la veille des élections, AKT for Wallonia (UWE) a sondé les CEO wallons à l’occasion de son traditionnel point conjoncturel. Si…