Wallonie

Un quart des accidents du travail concernent les nouvelles recrues

3 Minute(s) de lecture

Les nouveaux employés courent un risque élevé d’accident du travail. Une analyse de l’assureur AXA Belgium – leader sur le marché de l’assurance accidents du travail – indique que, sur la base de ses propres chiffres, 25 % des accidents du travail surviennent chez des employés en service depuis moins d’un an. À l’occasion de la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail le 28 avril, l’assureur souligne l’importance d’accueillir et de former correctement les nouvelles recrues.

Une analyse du portefeuille d’AXA Belgium révèle donc qu’entre 2019 et 2023, une victime d’accident du travail sur quatre en moyenne était employée depuis moins d’un an. Ce groupe est immédiatement suivi par celui des employés affichant une ancienneté comprise entre 1 et 3 ans (18 % sur cette période de 5 ans). Près de la moitié des accidents du travail surviennent donc chez des travailleurs ayant moins de 3 ans d’ancienneté. Ces chiffres correspondent à ceux de Fedris, l’Agence fédérale des risques professionnels. Cela ne signifie pas pour autant que les accidents du travail touchent exclusivement les jeunes employés.

« On a tendance à penser que ‘nouveaux employés’ est synonyme de ‘jeunes employés’ » précise Brigitte Bert, conseillère en sécurité chez AXA Belgium. « Dans le cas des jeunes employés, la probabilité est plus grande qu’il s’agisse d’un premier emploi. Pourtant, nous constatons que plus d’un quart des nouveaux employés victimes d’un accident du travail ont plus de 40 ans. Il est donc utile d’accueillir et de former correctement toutes les nouvelles recrues, quel que soit leur âge. »

Pertes de contrôle

Tant chez les nouvelles recrues que chez les travailleurs expérimentés, AXA constate surtout des accidents dus à la perte de contrôle d’une machine, à des chutes et à des accidents liés à l’ergonomie (faux mouvements, par exemple lors du levage).
En ce qui concerne les causes, l’assureur note deux différences frappantes. Chez les travailleurs inexpérimentés, par exemple, il observe un nombre nettement plus élevé d’accidents dus à la perte de contrôle d’une machine. Il s’agit souvent de moyens de transport internes – chariot élévateur ou transpalette, par exemple – ou de machines et d’installations dans l’entreprise. Les accidents impliquant des chutes et des trébuchements sont plus fréquents chez les travailleurs plus expérimentés.

« Lorsque nous effectuons le même travail pendant des années » souligne Ellen Vermeyen, conseillère en sécurité chez AXA Belgium, « notre vigilance peut diminuer, ce qui nous rend beaucoup moins attentifs aux risques au sein de notre entreprise. Mais on ne doit pas oublier qu’en tant que travailleur expérimenté (employé et ouvrier), on a également un rôle important à jouer en tant qu’exemple pour les collègues et les nouveaux travailleurs afin de réduire les accidents du travail. Quant aux dirigeants, eux aussi doivent toujours être conscients de leur rôle de modèle. Le comportement d’un dirigeant est remarqué immédiatement et copié très rapidement. »

Top cinq des secteurs concernés

Les secteurs que l’on retrouve le plus souvent dans l’analyse sont l’intérim, le commerce de détail, la construction, le commerce de gros et les débits de boissons et d’aliments. Il est important de noter que l’ancienneté des travailleurs temporaires repose sur la durée pendant laquelle ils ont été employés par une entreprise déterminée. La plupart des intérimaires ont des contrats courts. Cela souligne l’importance d’un bon accueil dans chaque entreprise utilisatrice.

« D’une part » rappelle Brigitte Bert, conseillère en sécurité chez AXA Belgium, « nous n’insisterons jamais assez sur l’importance d’un bon accueil et d’un parrainage, mais d’autre part, les nouveaux travailleurs regardent l’entreprise et son fonctionnement avec un œil neuf et leurs propres expériences. Ils peuvent donc être une source d’inspiration pour ajuster les politiques existantes. Il arrive que le nouveau travailleur émette des suggestions permettant de rendre le travail plus sûr ou plus efficace. »

1 travailleur sur 10 absent pour 2 mois ou plus

Si l’on considère la gravité des accidents, dans environ un tiers des cas, la victime est en mesure de continuer à travailler comme d’habitude après l’accident. Un quart des victimes reprennent le travail dans la semaine qui suit. Ce constat s’applique aussi bien aux travailleurs employés depuis moins d’un an qu’à ceux employés depuis plus d’un an. Cependant, dans 11 % des cas, l’accident est grave, entraînant une absence de deux mois ou plus. AXA souligne donc également l’importance de la prévention pour la productivité et le bien-être des travailleurs.

(Photo AXA)

211 posts

À propos de l’auteur
Journaliste
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Wallonie

La Wallonie renforce les infrastructures et les équipements des centres de compétence et IFAPME

1 Minute(s) de lecture
A l’heure où la formation est devenue un enjeu majeur pour l’économie, le gouvernement wallon vient de dégager une trentaine de millions…
Wallonie

Les employés souvent malades durant leurs vacances...

3 Minute(s) de lecture
Plus de la moitié des employés (52%) ont déjà été malades pendant leurs vacances. Depuis cette année, ils peuvent récupérer ultérieurement ces…
Wallonie

Quelles sont les attentes des entrepreneurs wallons, inquiets pour l’avenir ?

2 Minute(s) de lecture
À la veille des élections, AKT for Wallonia (UWE) a sondé les CEO wallons à l’occasion de son traditionnel point conjoncturel. Si…