Namur

Publié le 26-09-2017 | Jacqueline Remits

Dy’on, une réussite à bride abattue

Installée à Assesse et à Durnal, dans le Namurois, la société Dy’on fabrique, dans la plus pure tradition artisanale, du matériel d’équitation en cuir vendu aux cavaliers de haut vol dans le monde entier.

bridon-muserolle-combinee-anatomiqueGuillaume Canet, Charlotte Casiraghi, des princes arabes, des « fils et filles de » sont les clients de l’ancien maréchal-ferrant Philippe Dion. « Gamin, j’étais déjà passionné par le cheval », commence-t-il. Ses parents ont la bonne idée de l’inscrire dans un manège. Durant ses études à l’école de maréchalerie de Bruxelles, il travaille dans un haras. Puis, il s’installe comme maréchal-ferrant, tout en participant à des concours équestres de haut niveau. « C’est ainsi que j’ai pu prendre des cours avec les meilleurs cavaliers. » A l’époque, il n’a pas les moyens de s’offrir des chaps, ces grandes pièces de cuir servant à protéger les jambes du cavalier. Sa tante, ancienne professeure de couture, lui apprend comment en confectionner. Il achète ses premières peaux dans une tannerie à Malmédy. « De fil en aiguille, des copains m’en ont demandé. Si, au début, avec ma tante, on en fabriquait une paire par semaine, on est vite arrivé à une par jour. » Il arrête de monter, de ferrer, pour se consacrer exclusivement à la fabrication des articles en cuir.

En 1989, Philippe Dion crée sa société, Dy’on sprl. Il engage sa tante, puis d’autres personnes, pour la fabrication artisanale de chaps sur mesure. Du matériel spécialisé est acheté, l’entreprise grandit et déménage dans un atelier plus grand à Namur. Il commence à travailler avec des grossistes et des magasins en Europe. Fournissant les grands cavaliers, il tient des stands sur les sites de concours hippiques. « Cette présence, alliée à ma passion et à mes connaissances du cheval, a permis de nous retrouver rapidement numéro un du haut de gamme. A l’époque, parmi le top 50 des cavaliers, 45 étaient des clients. » Dans un atelier à Durnal, près de Spontin, dix couturières fabriquent chacune une vingtaine de paires de chaps par jour. Le stock de cuir de vache vient d’Allemagne. «Il est cher, mais d’excellente qualité. Je dessine tous les modèles. Nos produits sont testés sur des chevaux et garantis à vie. »

Usine en Inde
Au milieu des années 1990, Dy’on se diversifie dans la briderie. «Il y avait une demande de la part des cavaliers. Comme je comprends leurs besoins, les produits leur ont plu tout de suite. A l’époque, même si le premier bridon était deux fois plus cher que celui de mon concurrent, le succès était là. » Depuis quelques années, Philippe Dion possède sa propre usine en Inde, à Kampur, une ville dédiée au cuir, dans l’Uttar Pradesh. « Nous avons formé plusieurs centaines d’ouvriers pour faire évoluer le matériel et le service vers le niveau de qualité exigé en Europe. » Aujourd’hui, près de 300 personnes travaillent pour Dy’on. « Je contrôle la production de A à Z. C’est là qu’est fabriquée toute la briderie avec le savoir-faire indien hérité des Anglais. »

Depuis peu, l’ancien maréchal-ferrant se diversifie encore avec une collection de colliers pour chiens inspirée de l’élégance de la briderie. « Une diversification qui coulait de source. Lors des concours hippiques, il y a autant de chiens que de chevaux. Ces colliers sont aussi fabriqués en Inde. Un mal nécessaire pour pouvoir garder l’atelier de confection et de réparation des chaps en Belgique. »

L’an dernier, un bâtiment a été acquis à Assesse, pour l’administratif, le commercial et la logistique. Une dizaine de personnes y travaillent. « Aujourd’hui, nos clients vont des cavaliers lambda aux plus grands cavaliers mondiaux, dont une vingtaine que nous sponsorisons comme Guillaume Canet. »

Depuis 2009, le chiffre d’affaires de Dy’on est en expansion constante. Aux alentours de 5 millions d’euros, il augmente de 15 à 25 % chaque année et la moitié est réalisée à l’exportation. « Nos produits sont vendus dans 48 pays sur les cinq continents. » Une belle réussite pour l’ancien maréchal-ferrant.

Dy’on : rue Fontaine Saint-Pierre, 1H, 5330 Assesse, 083 69 00 30, www.dyon.be


A propos de l'auteur



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑