Lg-Verviers

Publié le 08-11-2017 | CP.

Lancement du 1er réseau d’experts environnement-santé

Cinq experts ont présenté ce 7 novembre, à Liège, au Centre d’Enfouissement Technique d’Hallembaye, le premier réseau d’analyse d’impact sur l’environnement ET sur la santé, à destination des industriels et des organismes publics. Jusqu’ici, il n’existait pas de bureau d’étude spécifiquement dédié au lien entre l’environnement et la santé en Belgique. Objectif final : développer des solutions durables pour améliorer le cadre de vie de tous les citoyens et un suivi dans le temps.

Méthodes innovantes : des abeilles et des végétaux comme indicateurs
Le Réseau Eco-Impact privilégie des méthodes impliquant des abeilles ou des végétaux, appelées aussi « biosurveillance ». Ces méthodes font appel à l’utilisation d’êtres vivants (mousses, abeilles, lichens, végétaux) comme témoins des effets environnementaux subis et sont regroupées. L’intérêt ? Des mesures plus facilement compréhensibles par le grand public et moins coûteuses, contrairement aux traditionnelles mesures de concentration de composés chimiques.

Par exemple, deux ruches ont été installées sur le site du CET d’Hallembaye. « Une abeille butine dans un rayon de 3km. L’état de santé général d’une abeille peut être révélateur de l’état de santé des riverains », explique Marie Cors, de Fluxae, membre du Réseau Eco-Impact.  « Trois fois par an, nous analysons 300 abeilles (sur les 40 000 de la ruche), et vérifions l’oxydation des protéines, qui est un indicateur de stress. Selon une méthodologie établie par Apilab, membre du Réseau Eco-Impact, nous plaçons cela sur un graphique. Les abeilles constituent un premier indicateur. »

Si le résultat diffère des références habituelles, Apilab pousse l’analyse plus loin en recherchant si des éléments toxiques sont présents, sur les abeilles ou dans la cire. D’autres analyses chimiques peuvent être réalisées sur des prélèvements effectués dans l’eau, l’air, le sol. Evadies, qui est un autre membre du Réseau prend alors le relais. Il traduira l’impact de la présence de ces polluants dans l’environnement sur la santé de la population.

Intradel et sa filiale Uvelia, gestionnaire du Centre d’Enfouissement Technique sont convaincus de l’apport de cette méthode. Selon Bernard Lising, directeur général d’Uvelia, « Ce n’est pas toujours facile de faire comprendre aux citoyens que notre centre d’enfouissement est géré de manière optimale, que notre impact sur l’environnement et sur la santé est quasi nul ». Avoir des abeilles et du miel issus d’un CET permet donc de vulgariser l’impact sur l’environnement et sur la santé. « Nous allons d’ailleurs offrir du miel aux écoles qui viendront dans le cadre de visites éducatives ».

Nouveau métier… en Belgique
Afin de démontrer l’impact environnemental d’une activité industrielle, les bureaux d’études réalisent traditionnellement des prélèvements dans le sol, l’air ou l’eau. Le Réseau Eco-impact, va plus loin : au-delà de l’impact environnemental, il souhaite démontrer et vulgariser l’impact d’une activité humaine (économique, industrielle) sur la santé des citoyens. Car jusqu’ici, il n’existait pas de bureau d’étude spécifiquement dédié au lien entre l’environnement et la santé en Belgique.

En France, ce métier de toxicologue ou éco-toxicologue est largement développé, ce qui n’est pas autant le cas en Belgique, notamment en raison de la complexité institutionnelle et de la fragmentation des compétences de l’Environnement et de la Santé.

Les cinq partenaires ont des cœurs de métiers complémentaires et assurent ainsi une démarche globale :

  • Fluxae étudie le lien entre pollution issue du sol et pollution de l’air.
  • Odometric analyse les odeurs et la pollution de l’air.
  • Olfascan est son équivalent flamand.
  • Evadies est utilisateur des techniques de biosurveillance végétale et analyse les risques pour la santé
  • Apilab a conçu une méthodologie de biosurveillance des abeilles

Enfin, Fluxae dispose également d’une expérience d’accompagnement dans les relations avec les riverains. Le Réseau Eco-Impact peut donc soutenir toutes les parties en assurant des services de communication et de médiation si nécessaire.


A propos de l'auteur

Publication par communiqué de presse.



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑