Wallonie

Trois nouveaux projets Wagralim labellisés par le Gouvernement wallon

2 Minute(s) de lecture

Le jury du Gouvernement wallon a labellisé le 20 avril dernier trois projets portés par Wagralim, le pôle de compétitivité de l’agroalimentaire wallon. Deux d’entre eux ont trait à des projets de R&D, le troisième à un programme de formation. Fort d’un budget total de plus de 10 millions d’euros venant des secteurs public et privé, ils devraient donner lieu à la création de 260 emplois directs pour 8 emplois indirects.

Le premier projet de R&D, baptisé Wallep, vise à mettre sur le marché une nouvelle gamme de produits à base d’épeautre wallon (farine, levains…). Ce projet permettra de créer de la valeur ajoutée en Wallonie tout en favorisant la mise en place d’une nouvelle filière. Toutefois, cela ne se fera qu’en sélectionnant au préalable les variétés d’épeautre les plus adéquates et en optimisant les processus industriels en place.

L’entreprise coordinatrice est Pasta della Mamma, tandis que les partenaires sont Wal.Agri, Les Moulins de Statte, Meurens Natural,Puratos, Distillerie Radermacher, l’Institut Meurice (qui est intégré depuis 1995 à la Haute École Lucia De Brouckère), Celabor, et le Centre wallon de Recherches agronomiques.

Porcbiota, le second projet de R&D labellisé, a trait à la mise au point d’une alternative aux antibiotiques (AB) administrés lors du sevrage du porcelet. Dû au changement radical de régime alimentaire qui s’opère, il est exposé à de nombreuses infections bactériennes, ce qui peut pousser l’éleveur à lui administrer des AB. Le problème, c’est que certaines bactéries développent une résistance à ce type de traitement. L’alternative aux AB se présentera sous la forme d’un produit innovant capable de renforcer le système immunitaire des tout jeunes porcs, tout en assurant leur bien-être et la rentabilité de l’élevage.

Vésale Pharma est l’entreprise coordinatrice du projet, les partenaires étant Artechno, Dumoulin, Aveve Biochem, le Centre wallon de Recherches agronomiques, l’Université de Liège et la faculté Gembloux Agro-BioTech de l’ULg.

L’objectif du projet de formation labellisé, qui répond au nom de Transfoviande, est de formaliser et mettre en place une offre modulaire et intégrée couvrant les métiers de la transformation de la viande en saucisses, viande hachée… Mais pas seulement. Le projet donnera aussi le jour à un atelier mobile de formation pour répondre aux besoins des entreprises disséminées sur tout le territoire wallon et pour faire face aux soucis de locomotion pouvant être rencontrés par les travailleurs existants ou en devenir. Enfin, cette offre de formation sera structurelle et pourra ainsi apporter une réponse durable, rapide, souple et flexible aux employeurs confrontés à la pénurie de main-d’œuvre dans les métiers de la viande.

L’entreprise coordinatrice de Transfoviande est le centre de compétence des métiers de bouche Epicuris qui sera entouré de cinq partenaires : Veviba, GHL Groupe, Chimay Tradition, Q-Group, et Alimento.

À noter que Transfoviande est le prolongement de WalMeat2U! ; un projet de formation axé sur un atelier mobile de découpe de la viande, aménagé dans un semi-remorque. Depuis son lancement le 27 mai 2016, 152 demandeurs d’emploi et travailleurs actifs ont déjà été formés.

3744 posts

À propos de l’auteur
Publication par communiqué de presse.
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Wallonie

La réactivation des chèques échus est possible dès aujourd’hui

2 Minute(s) de lecture
Dès ce jeudi 1er décembre, il est possible de réactiver les chèques-repas, les écochèques et/ou les chèques consommation dont la durée de validité…
Wallonie

Les meilleures banques belges perdent du terrain dans le peloton de tête de la banque numérique

3 Minute(s) de lecture
Les banques qui veulent être des leaders doivent offrir plus que des services financiers traditionnels à leurs clients. Les leaders du secteur…
Wallonie

Odyssée 2068 : pour le renouveau de la Wallonie

5 Minute(s) de lecture
L’Union Wallonne des Entreprises a présenté ce 29 novembre les résultats et perspectives d’Odyssée 2068, une démarche qui a démarré en 2018…