Hainaut

Publié le 24-05-2019 | CP.

Le courtier en assurances, le conseil en toute indépendance

La Belgique compte environ 7.000 courtiers en assurances. Véritables spécialistes de l’assurance, ils ont à cœur de conseiller leurs clients en toute indépendance et de leur offrir un service de proximité personnalisé. Leur rôle de conseiller auprès du dirigeant d’entreprise peut être aussi important que celui d’un avocat ou d’un expert-comptable.

L’assurance, ce produit de consommation à effet hypothétique et différé, permet à l’assuré de se couvrir contre les conséquences financières d’un événement futur et incertain. L’assurance couvre les risques les plus divers, suit les évolutions techniques et peut devenir une matière très complexe. La mission du courtier est de rendre le langage des spécialistes intelligible par l’assuré et de le conseiller dans ses choix de garanties.

À l’heure où certaines grosses compagnies ou des banques font miroiter la possibilité de réaliser des économies et de gagner du temps en faisant soi-même des simulations sur internet, revenons sur le rôle du courtier et la valeur ajoutée d’un conseil avisé et d’une prise en charge globale des assurances au sein de l’entreprise.

Se parler d’entrepreneur à entrepreneur
Le courtier est un technicien confirmé de l’assurance, il dispose des outils nécessaires, connait le marché et les procédures et est soumis à une réglementation stricte. Grâce à ses compétences, il est en mesure de rendre un triple service à son client : l’analyse des risques, le conseil de la couverture la plus appropriée et la défense de ses intérêts (notamment en cas de sinistre).

Lorsqu’un entrepreneur démarre son projet ou lorsqu’il décide de faire le point sur ses assurances, le courtier va dans un premier temps prendre le temps de rencontrer le chef d’entreprise pour bien comprendre son métier, l’aider à analyser ses risques et envisager avec lui tous les cas de figure, y compris les plus pessimistes. Cette première approche et cette analyse permettent de construire la sécurité de l’entreprise, d’une part en matière de prévention et d’autre part en matière d’assurance.

La deuxième étape consistera pour le courtier à conseiller le chef d’entreprise sur base de cette analyse et de son expérience sur les compagnies d’assurances les mieux adaptées aux risques à assurer et négociera pour lui les contrats.

Enfin, en toute circonstance, et particulièrement lors de la gestion de sinistres, le courtier défendra les intérêts de son client et sera à ses côtés pour rédiger les déclarations, assurer le suivi et faire en sorte qu’il soit indemnisé au plus vite et que son activité soit la moins impactée possible.

Le multimarque, le meilleur gage d’indépendance
Ce rôle de conseiller et de défenseur des intérêts de son client, n’est possible que grâce à l’indépendance du courtier et au fait qu’il a toujours à sa disposition plusieurs fournisseurs. Le courtier est le canal de distribution d’une série de compagnies partenaires et le poids commercial qu’il peut exercer auprès de ces dernières lui permet d’obtenir les meilleurs tarifs et les meilleurs services pour son client. Cette mission de défense des intérêts du client sera évidemment moins prise en charge par un agent qui est lié à une seule compagnie, un banquier qui vend ses produits d’assurances ou une compagnie qui fait de la vente directe.

Par ailleurs, le fait de pouvoir proposer les produits de plusieurs compagnies permet également au courtier de pouvoir conseiller, selon les cas spécifiques qu’il rencontre et la connaissance qu’il a des atouts de ses différents fournisseurs, le contrat le plus approprié au cas de son client.

Gérer le poste assurances et faire gagner du temps au chef d’entreprise
Cette connaissance affûtée du marché et des caractéristiques des différents produits disponibles sur le marché d’une part et des spécificités de son client d’autre part permet au courtier de conseiller le chef d’entreprise de manière proactive tout au long du parcours de vie de l’entreprise. En fonction de sa croissance ou de l’évolution de son métier, il peut lui proposer des formules adaptées d’assurances, vulgariser, gérer et traiter l’ensemble du poste assurances de l’entreprise pour lui faire gagner un temps précieux.

Bien plus que la couverture des biens matériels
Le rôle du courtier consiste aussi à conseiller le chef d’entreprise à se protéger personnellement en tant que dirigeant en lui proposant par exemple une assurance individuelle pour indépendant, une assurance pension (PLCI ou EIP), une assurance revenu garanti ou des outils d’optimisation fiscale. Il est également en mesure de proposer la protection du personnel par différents types de contrats tels qu’une assurance accident de travail, une assurance groupe ou une assurance hospitalisation ce qui peut être considéré comme un atout managérial non négligeable et permettre de proposer un package salarial plus intéressant lors de l’embauche.

Au-delà des biens et des personnes, les assurances peuvent également protéger les données propres à l’entreprise et couvrir par exemple les risques liés au respect du RGPD, aux cyberattaques, aux atteintes à l’e-réputation et à toute une série de nouveaux risques.

Vers le courtier 4.0
Les nouveaux moyens de communication ont non seulement modifié les risques à assurer, mais ils ont également modifié le modèle de communication qui est passé d’une configuration linéaire où le courtier était systématiquement l’intermédiaire entre la compagnie et l’assuré en un modèle triangulaire multicanal.

Les outils digitaux et les médias sociaux multiplient les sources d’information et cohabitent avec les techniques plus traditionnelles. Le courtier et son métier ont évolué avec ces nouveaux moyens de communication mais le courtier laisse toujours le choix à son client des moyens qu’il souhaite utiliser. Du bon vieux courrier à la signature en ligne grâce à une application sécurisée, la relation de confiance et de proximité reste au cœur des préoccupation du courtier.

Actuellement le courtier reste le principal canal de distribution d’assurances et constitue environ 70 % du marché corporate. C’est le conseiller, la personne de confiance qui informe en toute indépendance et aide le chef d’entreprise à faire le meilleur choix selon ses besoins et sa situation. C’est également lui qui assiste et défend les intérêts de son client en cas de besoin, c’est donc un allié de choix dans la gestion de l’entreprise.

Trouvez votre courtier le plus proche sur www.courtierenassurances.be

Tags:


A propos de l'auteur

Publication par communiqué de presse.



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑