Wallonie

L’Horeca et le catering au bord de la noyade

2 Minute(s) de lecture

40% de chiffre d’affaires en moins par rapport à la même période avant Corona. La 4ème vague Corona et les mesures supplémentaires qui ont été mises en place, le CST et le port du masque, ont provoqué une chute spectaculaire des revenus de l’Horeca et du catering. Ce chiffre a été calculé par Comeos, la fédération du commerce et des services. Un nouveau soutien gouvernemental est nécessaire de toute urgence pour traverser cette nouvelle période difficile. 
L’Horeca est exsangue et le catering connaît également des moments difficiles en raison du télétravail obligatoire. Le chiffre d’affaires des restaurants a chuté de 40 %. Dans la restauration professionnelle (restaurants d’entreprise, livraison de repas aux entreprises, etc.), la baisse est parfois supérieure à 50%. La plupart des établissements sont ouverts, bien que ce ne soit pas toujours économiquement rentable.

Dominique Michel, CEO de Comeos : “Aujourd’hui, un restaurant est vraiment un lieu sûr. Toutes les entreprises disposent aujourd’hui d’un compteur de CO2 pour mesurer la qualité de l’air, seuls les clients vaccinés ou testés sont les bienvenus et ils portent tous un masque, tout comme le personnel. Si nous sommes honnêtes, c’est beaucoup plus sûr que d’accueillir des gens dans votre maison aujourd’hui.”

Intervention dans la prime de fin d’année
En décembre, le coût supplémentaire de la prime de fin d’année, qui s’élève à 250 millions d’euros pour l’ensemble du secteur, s’ajoutera après six mois de fermeture en début d’année. Pour une chaîne horeca de taille moyenne possédant plusieurs établissements dans le pays, cela représente un million d’euros. Il s’agit de coûts supplémentaires qui ne sont pas couverts par les revenus.

Dominique Michel : “Cette situation est intenable. Nous demandons donc de toute urgence au gouvernement d’intervenir en faveur des entreprises touchées, comme l’année dernière. Les périodes de chômage temporaire dans le calcul de la prime de fin d’année seront supportées par le gouvernement, les périodes d’activité par les entreprises elles-mêmes. Le secteur est à bout de souffle depuis près de deux ans. Nous avons désespérément besoin de soutien maintenant. De même, il serait préférable de prolonger le chômage temporaire jusqu’au premier trimestre de 2022, notamment pour le secteur de l’Horeca. Les chiffres du chômage temporaire sont de nouveau en hausse.”
copyright pixabay
4399 posts

À propos de l’auteur
Publication par communiqué de presse.
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Wallonie

Plus de la moitié des entreprises belges roulent en véhicule d’occasion

2 Minute(s) de lecture
Les entreprises belges intègrent de plus en plus des véhicules d’occasion dans leur parc automobile, selon un sondage réalisé auprès de 300…
Wallonie

Impact de l'IA : près d'un tiers des Belges craignent de perdre leur emploi...

2 Minute(s) de lecture
75 % des Belges s’attendent à ce que des emplois disparaissent en raison de l’essor fulgurant de l’intelligence artificielle. 30 % d’entre…
Wallonie

Absence au travail pour exercer une fonction politique : que dit la loi ?

2 Minute(s) de lecture
À l’issue des élections du 9 juin 2024, de nombreux travailleurs se retrouvent peut-être dans la position de devoir jongler entre leur…