Brabant wallon

Travailleurs contraints de travailler le soir ou le week-end ? Risque de burn-out cinq fois plus élevé…

3 Minute(s) de lecture

  • Comme le stipule le deal pour l’emploi du gouvernement fédéral, les entreprises employant au moins 20 personnes doivent, pour le 31 mars, prévoir des modalités concrètes dans le cadre du droit à la déconnexion dans une convention collective ou un contrat de travail. 
  • 25,8 % des travailleurs belges estiment que leur employeur attend souvent d’eux qu’ils travaillent le soir ou le week-end. 33,4 % déclarent également que leur employeur s’attend à ce que le travail prenne le pas sur leur vie privée. 
  • Dans les organisations où l’on attend des travailleurs qu’ils travaillent en dehors des heures de travail ou le week-end, le risque de burn-out est 4,8 fois plus élevé. En revanche, les travailleurs qui travaillent en dehors des heures de travail par choix sont 2,6 fois moins exposés au risque de burn-out. 

 Les entreprises employant au moins 20 travailleurs doivent, d’ici fin mars 2023, avoir conclu des accords concrets sur le “droit à la déconnexion” et les avoir inscrits dans une convention collective ou un contrat de travail. Une étude menée auprès de 1 364 travailleurs par Securex, partenaire en matière d’emploi et d’entrepreneuriat, montre qu’en Belgique, un travailleur sur quatre (25,8 %) a l’impression que son employeur attend souvent de lui qu’il travaille en dehors des heures de travail. Dans ces organisations, les travailleurs sont 4,8 fois plus exposés au risque de burn-out. Cependant, parmi les travalleurs qui choisissent eux-mêmes de travailler en dehors des heures de travail, le risque de burn-out diminue à hauteur de 2,6 fois. « Un cadre concret pour le droit à la déconnexion favorisera certainement le bien-être des travailleurs, à condition qu’il n’y ait pas d’obligation de déconnexion pour tout le monde. Exiger radicalement de chaque employé qu’il se déconnecte pourrait avoir un effet nocif », prévient Jacqueline Jost, conseillère en prévention pour le bien-être psychosocial chez Securex. 

En février 2022, le gouvernement fédéral a conclu un accord avec le deal pour l’emploi sur de nouvelles mesures relatives au travail, notamment le “droit à la déconnexion” : les travailleurs auraient le droit de ne pas être à la disposition de leur employeur en dehors des heures de travail. Désormais, les entreprises employant au moins 20 personnes en Belgique doivent, d’ici fin mars 2023, avoir conclu des accords concrets sur le droit à la déconnexion dans le cadre d’une convention collective ou d’un contrat de travail.  

Dans la dernière ligne droite vers cette échéance, Securex analyse le comportement des travailleurs et les attentes des employeurs en ce qui concerne le travail en dehors des heures de travail. L’étude montre que, selon 25,8 % des travailleurs en Belgique, leur employeur attend souvent d’eux qu’ils travaillent le soir ou le week-end. Et 33,4 % déclarent que leur employeur s’attend à ce que le travail prenne le pas sur leur vie privée. 

En utilisant le Burn-out Assessment Tool de la KU Leuven, Securex a également examiné le lien avec le risque de burn-out. Dans les entreprises où les employeurs attendent implicitement ou demandent explicitement aux travailleurs de continuer à travailler en dehors des heures de travail, on remarque un risque accru de burn-out.

Dans cette situation, le risque de burn-out est 4,8 fois plus élevé, avec 18,2 % des travailleurs exposés à un risque sérieux. Les entreprises dont les employeurs n’ont pas d’attentes concernant le travail en dehors des heures de travail, le risque de burn-out chez les travailleurs s’élève à 3,8 %. Le risque est d’autant le plus élevé chez ceux qui ne veulent pas ou ne peuvent pas travailler en dehors des heures de travail, et où cela est implicitement ou explicitement attendu. Toutefois, le risque de burn-out diminue chez les travailleurs qui choisissent volontairement de travailler régulièrement en dehors des heures de travail. Ils sont 2,6 fois moins exposés au risque de burn-out. 

La moitié des télétravailleurs ne se déconnectent pas 

L’étude de Securex donne également une idée de la mesure dans laquelle le groupe de télétravailleurs, dont le nombre a considérablement augmenté, se déconnecte. Plus de la moitié (55,2 %) des télétravailleurs gardent les notifications sur leur téléphone professionnel en dehors des heures de travail ; seuls 12,8 % le font parfois et 42,4 % souvent ou toujours. La plupart (53%) des télétravailleurs travaillent également en dehors des heures de travail : 17,1% répondent parfois aux e-mails ou aux appels professionnels en dehors des heures de travail et 35,9% le font souvent ou toujours. 

4335 posts

À propos de l’auteur
Publication par communiqué de presse.
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Brabant wallon

AXEDIS : un poste adapté à chacun, avec un peu d’ouverture d’esprit et de la flexibilité...

3 Minute(s) de lecture
Début février 2024, le Forem organisait la Semaine de l’Emploi pour tous en Brabant wallon ; l’objectif était de présenter à des publics…
Brabant wallon

LES INVITES : Nicolas Filali, Nicolas Pardonge et Laurent Van Haeren, un trio d’esprits inventifs pour la Ferme de Willambroux...

7 Minute(s) de lecture
« Notre idée de départ était de trouver un bâtiment pour y proposer des espaces de bureaux à partager, mais elle évolué lorsque…
Brabant wallon

ETRE GOURMET : des bières pour tous les palais et toutes les occasions...

3 Minute(s) de lecture
La Belgique est une terre de brasseries et de micro-brasseries par excellence. On n’y compte plus les passionnés qui se penchent sur…