Liège-Verviers

Un centre de recherche et d’essai sur l’hydrogène se profile à Malmedy

2 Minute(s) de lecture

Le gouvernement wallon a annoncé ce jeudi l’octroi d’une subvention de plus de 9 millions d’euros à la société Breuer Technological Development (BTD) pour financer le projet de recherche dénommé H2ITC (Hydrogen Independant Test Center). Cette PME de Malmedy, déjà active dans le domaine de l’hydrogène et de la mobilité décarbonée, ambitionne ainsi de créer un centre de recherche et d’essai sur l’utilisation de l’hydrogène comme combustible dans les moteurs de différents types de transports.

Ce projet fait partie d’un projet important d’intérêt européen commun centré sur l’hydrogène pour lequel plusieurs pays européens ont soumis des projets (France, Allemagne, Pays-Bas, Espagne, Portugal et Slovaquie).

« En ligne avec les ambitions européennes » explique le ministre wallon de l’Economie Willy Borsus, « nous voulons développer l’hydrogène comme carburant de demain, renforçant sa présence dans les transports routiers, aériens, maritimes et ferroviaires. BTD s’engage pleinement dans cette priorité stratégique en développant des infrastructures et en soutenant la recherche pour les technologies futures. »

Le gouvernement wallon accorde une subvention à 80% d’un budget de 11.710.146 euros, soit 9.368.116 euros.

La solution proposée pour BTD

Précisément, le projet H2 ITC vise la création d’un centre de test afin d’optimiser l’utilisation de l’hydrogène comme combustible direct ou à travers l’utilisation de piles à combustible ou de e-carburants dérivés de l’hydrogène dans la mobilité routière (légère et lourde) mais aussi dans la mobilité fluviale ou aérienne.

Le projet est donc au cœur de la chaîne de valeur de la mobilité hydrogène et tisse des liens internationaux avec les acteurs de la mobilité tels que les motoristes et les producteurs de carburants à base d’hydrogène (y compris les e-carburants).

Aujourd’hui, BTD est un spécialiste des tests sur les moteurs à combustion avec des carburants classiques. Même si son expertise est reconnue par plusieurs acteurs majeurs du marchés (BMW, VW, Toyota, écuries de courses automobile), le secteur dans lequel BTD est positionné est voué à disparaître au vu de la nouvelle règlementation européenne sur les moteurs à combustion. Une telle transition est donc autant un moteur de développement qu’une nécessité pour assurer sa survie à long terme.

À travers ce projet de recherche industrielle, BTD vise à devenir un acteur majeur dans le développement des moteurs à hydrogène en acquérant une expertise, en élargissant son réseau et en générant des données utiles pour le secteur. En incitant les principaux fabricants de moteurs à tester leurs technologies en Wallonie et en collaborant avec les universités et les centres de recherche, BTD souhaite renforcer le savoir-faire économique de la région dans l’utilisation de l’hydrogène pour la mobilité.

Emploi

La transition de BTD vers la technologie hydrogène assurera la pérennité des 10 emplois actuels à long terme. De plus, la croissance prévue dans le secteur de la motorisation hydrogène dans divers domaines (routier, aviation, fluvial, etc.) devrait permettre à l’entreprise d’augmenter son effectif jusqu’à 25 emplois directs à terme.

Il faut aussi considérer un impact indirect sur l’emploi lié à la logistique du projet et aux interactions avec les fournisseurs. De plus, BTD s’engage à collaborer avec les universités et les centres de recherche pour former des travailleurs dans le domaine de l’hydrogène, ce qui pourrait avoir des répercussions positives sur l’employabilité des personnes concernées.

(Photo BTD)

4341 posts

À propos de l’auteur
Publication par communiqué de presse.
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Brabant wallonHainautLiège-VerviersNamurWallonie picarde

L’UWE et les CCI passent à l’AKT

2 Minute(s) de lecture
L’Union Wallonne des Entreprises (UWE) et les 5 Chambres de Commerce et d’industrie (CCI) wallonnes ont décidé d’unir leurs destins pour former…
Liège-Verviers

Reno.energy a le marché des panneaux photovoltaïques pour les écoles du réseau

1 Minute(s) de lecture
Le Secrétariat général de l’enseignement catholique (SeGEC) a fait le point sur le programme d’investissement sans précédent dans le secteur scolaire, destiné…
Liège-Verviers

AMOS et HITEC unis pour innover dans les technologies de communication optique par satellite

1 Minute(s) de lecture
L’entreprise liégeoise AMOS, qui vient d’entrer dans le giron d’Aerospacelab, et la société HITEC Luxembourg ont récemment conclu un protocole d’accord pour…