Liège-Verviers

Les cyclistes donnent une mauvaise note à Liège

3 Minute(s) de lecture

Depuis 2019, les personnes qui se déplacent à vélo à Liège sont interrogées tous les deux ans via une enquête d’opinion permettant de « capter leur ressenti » sur la cyclabilité en cité ardente. Le Gracq a communiqué les résultats de ce troisième baromètre liégeois, en précisant que la cyclabilité de notre territoire dépend tout autant des autorités communales (Collège des bourgmestre et échevins et administration) que de la Wallonie (Gouvernement et Service Public de Wallonie), de la Zone de Police, du TEC, de la SNCB ou encore d’INFRABEL pour ne citer qu’eux.

« L’évaluation des conditions cyclables effectuée dans le cadre de ce baromètre les concerne donc tous et notamment la façon dont ils arrivent à coopérer et avancer de manière coordonnée dans une même direction » souligne le Gracq.

Si le baromètre cyclable en est à sa troisième édition à Liège (2019, 2021 et 2023), ce n’est que 2021 que l’ensemble des communes wallonnes peuvent, si elles atteignent un minimum de 50 répondants, participer à cet outil d’évaluation par les usagers.

« Et autant le dire tout de suite » commente le Gracq, « les résultats à l’échelle wallonne pour cette édition 2023 ne sont pas folichons. Seules 8 communes ont vu leur note s’améliorer, tandis que 69 enregistrent un recul. Liège fait quant à elle partie des territoires dont la note a le plus baissé ».

Liège, Huy, Seraing et Verviers dans le bas du panier

1 061 personnes se sont exprimées (le plus grand nombre de répondants ont octroyé une note globale de 2,25 (2.67 en 2021) faisant chuter Liège en catégorie « G » ( « F » en 2021) qualifiant le climat cyclable de très défavorable (il était “défavorable” en 2021). Huy, Seraing et Verviers figurent également dans la plus mauvaise catégorie de ce classement, à l’inverse d’Hannut, Chaudfontaine et Herve nettement mieux cotés.

Notons que 80 % des répondants liégeois utilisent leur vélo pour aller au travail ou à l’école.

Le Gracq ne s’attendait pas vraiment à un tel résultat. « Des commentaires entendus ou lus de-ci, de-là, nous nous attendions davantage à une stagnation qu’à une telle baisse et les raisons qui pourraient expliquer ce mécontentement sont sans doute multiples. Nous pensons notamment à une période difficile au moment de la collecte des réponses (lassitude vis-à-vis du chantier du tram et découverte de problèmes ou manque d’aménagements à certains endroits de son tracé, fermeture chaotique du parking vélo des Guillemins, dossier du Pont de Fétinne,…). »
Le Gracq relève aussi une évolution du profil des répondants, avec la proportion de cyclistes au quotidien qui augmente encore, soit un public plus exigeant, car plus concerné. Il remarque aussi une lassitude face aux espoirs qu’ont pu susciter les baromètres de 2019 et 2021. « On ne peut nier un phénomène de “vote sanction” et/ou de réponse de “déception” par rapport aux espoirs suscités par la mise en place des baromètres en 2019 et 2021. Quoi qu’il en soit, les résultats sont là et ils ne sont pas bons. » La demande d’aménagements et d’initiatives en faveur de la pratique du vélo n’a sans doute jamais été aussi forte.

« Nous espérons vivement que le fruit de cette consultation puisse, comme cela a toujours été son objectif, guider les autorités aussi bien communales que régionales et les structures parapubliques impliquées dans la gestion de l’infrastructure et de la mobilité, à mieux comprendre les attentes des citoyens et à répondre par une politique cyclable ambitieuse… dans un délai raisonnable. Nous sommes convaincus qu’une série de petites mesures pourrait déjà changer la donne, en parallèle de la concrétisation tant attendue d’un réseau cyclable. »

Parmi les personnes qui ont participé au baromètre cette année, 82 % ne sont pas membres du GRACQ, 89 % possèdent un permis de conduire et 71 % possèdent un véhicule motorisé.

(Photo Pixabay)

4341 posts

À propos de l’auteur
Publication par communiqué de presse.
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Brabant wallonHainautLiège-VerviersNamurWallonie picarde

L’UWE et les CCI passent à l’AKT

2 Minute(s) de lecture
L’Union Wallonne des Entreprises (UWE) et les 5 Chambres de Commerce et d’industrie (CCI) wallonnes ont décidé d’unir leurs destins pour former…
Liège-Verviers

Reno.energy a le marché des panneaux photovoltaïques pour les écoles du réseau

1 Minute(s) de lecture
Le Secrétariat général de l’enseignement catholique (SeGEC) a fait le point sur le programme d’investissement sans précédent dans le secteur scolaire, destiné…
Liège-Verviers

AMOS et HITEC unis pour innover dans les technologies de communication optique par satellite

1 Minute(s) de lecture
L’entreprise liégeoise AMOS, qui vient d’entrer dans le giron d’Aerospacelab, et la société HITEC Luxembourg ont récemment conclu un protocole d’accord pour…