Wallonie

Impact de l’IA : près d’un tiers des Belges craignent de perdre leur emploi…

2 Minute(s) de lecture

75 % des Belges s’attendent à ce que des emplois disparaissent en raison de l’essor fulgurant de l’intelligence artificielle. 30 % d’entre eux pensent que l’IA affectera également leur propre sécurité d’emploi à court terme. C’est ce qui ressort d’une enquête réalisée par Trendwolves auprès de 2 000 Belges actifs pour le compte d’Accent et The Circle of Wellbeing. Elle offre une image nuancée de l’équilibre entre la peur et l’optimisme face aux progrès de l’IA. Si une majorité d’entre eux sont convaincus des avantages qu’ils peuvent en retirer, tels que l’efficacité et la satisfaction au travail, ils sont également très préoccupés par l’impact sur l’emploi, l’interaction humaine et la protection de la vie privée.

Le lancement de ChatGPT en novembre 2022 a mis un coup d’accélérateur à l’essor de l’intelligence artificielle. L’IA n’est plus un concept futuriste, mais une réalité qui prend d’assaut le lieu de travail belge. 96 % des Belges ont déjà entendu parler de l’IA et 74 % savent de quoi il s’agit. Si l’IA est bien connue, son application pratique reste à la traîne : seuls 31 % des répondants ont déjà eu une expérience avec l’IA, tant au travail que dans la sphère privée.

À l’avenir, les Belges restent ouverts à une utilisation plus régulière de l’IA dans le contexte professionnel. Par exemple, plus de la moitié des Belges qui travaillent (55 %) considèrent l’IA comme un outil permettant de gagner en efficacité. Elle permettrait également de se débarrasser des tâches répétitives (40 %) et donc d’augmenter considérablement la satisfaction au travail, selon 47 % des personnes interrogées. Pour suivre l’essor de l’IA, 64 % se montrent prêts à suivre des formations, 23 % souhaitent même travailler spécifiquement dans une entreprise axée sur l’IA. Le même groupe de Belges émet toutefois des réserves quant à l’utilisation régulière de l’intelligence artificielle sur le lieu de travail. 3 personnes sur 4 sont préoccupées par les implications possibles en matière de protection de la vie privée. La grande méfiance à l’égard des entreprises technologiques (57 %) n’y est pas étrangère.

L’essor de l’IA inquiète également les travailleurs belges. Par exemple, 75 % d’entre eux craignent que des emplois disparaissent avec l’essor de l’IA. À cet égard, 30 % d’entre eux pensent explicitement à leur propre emploi. On pense souvent à tort que l’IA affectera principalement les personnes peu qualifiées. Mais alors que l’automatisation a pris en charge des tâches principalement répétitives dans le passé, l’IA aura désormais également un impact significatif sur le travail hautement qualifié et non routinier, y compris les tâches de conseil et de gestion. Par exemple, le Forum économique mondial prévoit que l’essor de l’IA générative supprimera 85 millions d’emplois dans le monde au cours des prochaines années.

Ann De Bisschop, inspiratrice de The Circle of Wellbeing, le réseau d’experts sur le bien-être au travail, préconise une approche de l’IA centrée sur les personnes. « À long terme, l’essor de l’IA nous apporte non seulement des flux de travail plus efficaces, mais aussi un bonus inattendu : du temps libre. Imaginez que l’IA vous fasse gagner 15 minutes par jour. Que faites-vous de ce temps supplémentaire ? Cela vous permettra-t-il d’avoir plus de temps de qualité ou choisirez-vous d’être encore plus performant et d’alourdir votre charge de travail ? Si nous commençons à remplir le temps libéré avec du travail supplémentaire, cela entraînera plus de stress et de burn-out. C’est le débat que nous devons avoir maintenant » Elle poursuit : « Une stratégie favorable à l’IA mise sur une approche centrée sur les personnes. L’accent est mis sur le développement d’applications d’IA qui améliorent les talents des travailleurs et contribuent à un environnement de travail durable et inclusif. »

photo : Géralt – Pixabay

4403 posts

À propos de l’auteur
Publication par communiqué de presse.
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Wallonie

Plus de la moitié des entreprises belges roulent en véhicule d’occasion

2 Minute(s) de lecture
Les entreprises belges intègrent de plus en plus des véhicules d’occasion dans leur parc automobile, selon un sondage réalisé auprès de 300…
Wallonie

Absence au travail pour exercer une fonction politique : que dit la loi ?

2 Minute(s) de lecture
À l’issue des élections du 9 juin 2024, de nombreux travailleurs se retrouvent peut-être dans la position de devoir jongler entre leur…
Wallonie

Les 12 premières communautés carbone sont créées

2 Minute(s) de lecture
Les 12 premières conventions carbone sont officiellement signées. AKT salue l’aboutissement de ces accords qui sont un mécanisme utile pour accompagner et…