Lg-Verviers

Publié le 13-06-2018 | CP.

Takattak Trash, le jeu qui casse les stéréotypes et booste l’esprit de répartie

Nous avons tous été un jour victimes de piques sur notre apparence ou nos idées, ou témoins d’une injustice flagrante. Mais tout le monde ne sait pas forcément comment répondre aux commentaires racistes, sexistes, grossophobes ou homophobes, car le sens de la répartie n’est pas inné.

Pour aider adultes et enfants à ne pas rester bouche bée quand on leur fait une remarque blessante, la spécialiste de la prise de parole en public Geneviève Smal a développé les jeux Takattak. Après Takattak et Takattak Family, elle annonce Takattak Trash, un jeu trash et intelligent qui permet de lutter au quotidien contre les discriminations.

Le but de Takattak Trash est de développer le sens de la répartie. « Il permet de se sortir de situations compliquées, quand on vous fait une remarque déplaisante, quand on vous harcèle ou quand vous entendez Oncle Arthur dire des horreurs sur les migrants, les étrangers, les homosexuels ou les femmes à un repas de famille », explique sa créatrice.

En donnant aux joueurs des outils pour lutter contre les discriminations, Takattak Trash renverse la tendance : il vitamine les victimes, et donne du pouvoir et de la force à celles et ceux qui sont discriminés.

Geneviève Smal a intégré à ce jeu toutes les « cartes-piques » qu’elle n’avait pas « osé » mettre dans les autres jeux. « Certaines attaques sont vraiment dures et trash, mais ce sont des remarques qu’on entend fréquemment, elles correspondent à la réalité. J’ai décidé de ne rien censurer. », dit-elle. Takattak Trash est donc plus nerveux et incisif que ses ainés ; il va droit au but et ne ménage pas les sensibilités, mais toujours avec la touche d’humour qui en fait un jeu décalé et amusant.

La campagne de financement participatif
La sortie de Takattak Trash est prévue dans quelques mois. Pour financer son projet, Geneviève a lancé une campagne de crowdfunding sur le site My Annona, qui se terminera le 30 juin 2018. Elle a besoin de 8.000 euros pour concrétiser son projet ; les fonds seront utilisés pour imprimer le jeu.

Pour en savoir plus
Sites web : www.si-trouille.com et www.genevievesmal.com
Facebook : https://www.facebook.com/jeutakattak/
Crowdfunding : www.myannona.com/fr/takattak 


A propos de l'auteur

Publication par communiqué de presse.



Les commentaires sont fermés

Retour au début ↑