Namur

Salaisons du Pont d’Amour : quatre sœurs et une charcuterie

2 Minute(s) de lecture

Quatre sœurs travaillant de concert dans une charcuterie, voilà qui n’est pas banal. Et quand on sait que cette société familiale, répondant au doux nom de Salaisons du Pont d’Amour, existe depuis 87 ans, on se dit que cela l’est encore moins. L’histoire de la Maison Beghuin repose sur une tradition qui se perpétue depuis quatre générations. Fondée en 1926, la société est reprise en 1959 par Edouard Beghuin. En 1976, celui-ci transmet l’affaire à son fils Pierre et sa belle-fille Chantal.

Complémentaires

Après leur formation, leurs quatre filles rejoignent l’une après l’autre l’entreprise. En 1992, Laurence, Véronique et Valérie deviennent associées actives. Laurence comme responsable fabrication, Véronique à la comptabilité et la livraison et Valérie chargée de la clientèle et de l’emballage. Perrine y entre en 2008 en tant que responsable fabrications et certifications. Un artisan boucher, ami de la famille devenu leur mentor, leur apprend le métier. Leur père leur enseigne son savoir-faire commercial, ses techniques de gestion et leur insuffle l’esprit d’entreprise. «Quant à notre grand-père Edouard Beghuin, il nous a transmis ses valeurs essentielles que sont le travail, la rigueur, le respect et la convivialité, souligne Véronique. Nous, les quatre sœurs, avons chacune notre spécialité. Nous sommes vraiment complémentaires. C’est un atout de plus pour notre entreprise qui bénéficie d’une organisation bien rôdée. Notre métier d’entrepreneur est exigeant à plus d’un titre. Par exemple, le travail du froid n’est pas toujours facile. Mais, par ailleurs, ce métier nous apporte tant de satisfactions! Nous avons la chance de l’exercer dans une structure familiale très motivée. Une bonne entente, ainsi qu’une organisation efficace en fonction des compétences de chacun, sont autant de gages de réussite.»

Savoir-faire traditionnel

La Maison Beghuin reste l’un des derniers fabricants wallons à perpétuer les méthodes de production traditionnelles. «Nous proposons un large éventail de produits naturels, sans conservateur, ni colorant: du saucisson et du jambon d’Ardenne, nos produits phares, le cœur de notre métier, mais aussi des pâtés, des saucissons secs ou cuits, du filet d’York, de la tête presse, du cervelas… Notre famille a toujours défendu une alimentation de terroir et de qualité. Notre maison est une entreprise artisanale qui perpétue depuis plus de 50 ans un savoir-faire spécialisé. Tous nos produits sont élaborés à partir de viandes sélectionnées auprès de producteurs wallons engagés dans la démarche de production du porc via des filières de qualité reconnues par la Région wallonne. Au-delà des vertus intrinsèques des viandes, nous apportons au travers de notre politique d’approvisionnement un soutien aux éleveurs locaux. Tout en valorisant le savoir-faire traditionnel, nous sommes attentives à innover constamment que ce soit au niveau de la gamme de produits, du processus de production: fumoir durable, technologies à la pointe, et de la commercialisation: circuits courts, vente en ligne.» L’entreprise a également développé une entreprise de gros en fromages et charcuteries. Le chiffre d’affaires estimé pour 2013 est d’environ 800.000 €. La société emploie 7 personnes.

 

144 posts

À propos de l’auteur
Journaliste
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Namur

SERIE - ILS ONT CREE LEUR ENTREPRISE PENDANT LA CRISE - Le portrait de Petit Pays

2 Minute(s) de lecture
Lancer son activité en période de crise ? Même pas peur ! En dépit d’un contexte économique morose, ces entrepreneurs ont eu…
Namur

SÉRIE "ILS ONT CRÉÉ LEUR ENTREPRISE PENDANT LA CRISE" : le portrait de La Grigne de Gauthier

2 Minute(s) de lecture
Lancer son activité en période de crise ? Même pas peur ! En dépit d’un contexte économique morose, ces entrepreneurs ont eu…
Liège-VerviersNamur

Pourquoi ces trois brasseurs adorent leur ville ?

4 Minute(s) de lecture
Liège, Namur et Verviers se déclinent ainsi en arômes parsemés de notes sérieuses et de notes légères. Le regard pétillant de ces…