Liège-Verviers

Samuel Di Giovanni : les succès d’un autodidacte

5 Minute(s) de lecture

A 19 ans seulement, Samuel Di Giovanni esquissait ses premiers pas dans l’entrepreneuriat. Un démarrage aussi précoce que réussi dans l’univers de la restauration. Quelques années plus tard, opérant un virage à 180°, il se lançait avec le même succès dans le secteur du gardiennage. Portrait d’un autodidacte affirmé, aux compétences plurielles.

BIO EXPRESS

  • Né le 27 mai 1982, à Liège
  • 1997 : entame une formation aux métiers de l’Horeca à l’IFAPME de Liège
  • 2001 : ouvre les portes de son premier établissement, le Limoncino, à Saint-Georges
  • 2003 : inaugure, à Liège, le Sottopiano, un restaurant de fine cuisine italienne
  • 2008 : crée la société de gardiennage Protection Unit
  • 2015 : poursuit dans le secteur Horeca avec l’ouverture de Pizza à papa, à Liège
  • 2016 : complète la gamme de services de Protection Unit en fondant la filiale Corporate Unit
  • En couple, père de deux enfants
  • Passionné par les arts martiaux (karaté, aïkido)

 Le goût d’entreprendre conjugué à un tempérament fonceur, voilà sans doute ce qui caractérise Samuel Di Giovanni. Autodidacte dans l’âme, le patron de Protection Unit a très tôt préféré quitter les bancs de l’école pour se frotter à la réalité de la vie active. « A 15 ans, j’ai débuté une formation de cuisinier sous contrat d’apprentissage. Durant 3 années, j’ai travaillé comme apprenti, notamment, dans le restaurant que mon père tenait à Fléron.»

L’envie de voler de ses propres ailes ne tarde pas à se faire sentir. C’est ainsi qu’à 19 ans seulement, Samuel Di Giovanni se jette dans le grand bain de l’entrepreneuriat. «Histoire de tester mes compétences, j’ai ouvert un snack – qui s’est rapidement converti en petit resto – sur la commune de Saint-Georges. Le loyer était minime, la prise de risques aussi. J’y proposais une cuisine italienne un peu raffinée. Pas de spaghetti ou de lasagne bolognaise au menu, donc. Cela a fait fuir certains clients, mais en a aussi attiré d’autres.»

Moins de 2 ans après ses débuts dans la restauration, Samuel Di Giovanni visite l’appartement que l’un de ses amis vient d’acheter, au cœur de Liège. «Par hasard, il m’a montré la cave de l’immeuble. Immédiatement, j’ai senti que le lieu pouvait se prêter à l’accueil d’un restaurant. Le propriétaire m’a donné son feu vert. » Et c’est ainsi qu’en 2003, au terme de quelques mois de travaux, le Sottopiano ouvre ses portes. Salle en sous-sol, ambiance tamisée, fine gastronomie, musique lounge : l’établissement trouve instantanément son public. En cuisine, Samuel Di Giovanni s’active. Durant quatre ans, le rythme de travail est intense. « Et puis un jour, j’ai commencé à me sentir à l’étroit entre les murs de ma cuisine. J’ai alors eu l’idée de créer une société de gardiennage aux côtés d’un ami avec lequel je pratiquais les arts martiaux.»

Baptisée Protection Unit, la société voit le jour en 2008. Le secteur évènementiel est le premier à lui faire confiance. Mais très vite, d’autres clients viennent frapper à sa porte, permettant à la jeune PME de se développer dans de nouveaux créneaux : contrôle d’accès, surveillance de biens, patrouilles mobiles, protection rapprochée… Une gamme de services toujours plus étoffée allant de pair avec une croissance constante du chiffre d’affaires.

Huit ans après ses débuts dans le gardiennage, Samuel Di Giovanni emploie une centaine de collaborateurs. Un effectif auquel il faut ajouter une réserve de 200 agents. Désormais seul aux commandes de son entreprise, il ne craint pas de se montrer ambitieux. Voici quelques mois, il a créé la filiale Corporate Unit qui propose, entre autres, les services de stewards, hôtesses d’accueil, parking boys et chauffeurs. Prochain objectif : se faire une place en Flandre. «Pour ce faire, nous ouvrirons un siège, à Anvers, en 2017.»

Quant à sa vocation première, l’horeca, il n’y a pas renoncé. Toujours aux commandes du Sottopiano, il a ouvert un deuxième établissement en cité ardente, l’an dernier. Agé de 34 ans à peine, ce multi-entrepreneur n’a certainement pas fini de nous surprendre.

SAMUEL DI GIOVANNI 2COUP DE GENIE
«Je me réjouis bien évidemment d’avoir créé Protection Unit. Venant de l’Horeca, il fallait  un peu d’audace pour lancer une boite dans le secteur du gardiennage.  Je suis heureux d’avoir eu ce cran. Si cette aventure a pu se transformer en succès entrepreneurial, je le dois avant tout à la présence de quelques collaborateurs de confiance, fidèles et compétents. Comme ce fut le cas dans mes restaurants, c’est grâce à l’apport de ces maillons essentiels que l’entreprise a pu se développer. Tout au long de ma carrière, j’ai également eu la chance de pouvoir compter sur une poignée d’amis entrepreneurs qui, à des moments clé, m’ont apporté le soutien nécessaire.
Je voudrais, par ailleurs, profiter de cette question pour évoquer le Grand Prix de Belgique de F1. Davantage qu’un coup de génie, il s’agit d’un coup de chance. Alors que Protection Unit n’en était qu’à ses débuts, les organisateurs de cette manifestation d’envergure nous ont confié la sécurisation de l’évènement. Cela nous a ouvert de nombreuses portes dans le secteur de l’évènementiel. Cette année encore, pour la 8ème année consécutive, nous avons assuré la sécurité du Grand Prix en déployant 320 agents par jour durant la compétition. Le Standard de Liège est un autre acteur de renom qui, dès 2009, nous a accordé sa confiance. Une collaboration précieuse pour Protection Unit.»

COUP DE GUEULE
«Je suis agacé par le quasi-monopole exercé par les trois grands acteurs du secteur du gardiennage dans notre pays. Lorsque certains appels d’offre sont lancés, les critères sont rédigés de manière à ce que nous ne puissions pas nous positionner. Un lobbying trop puissant qui biaise le marché.»

DU TAC AU TAC

  • Quelle est votre plus grande qualité ?
    Je n’ai pas froid aux yeux.
  • Votre plus gros défaut ?
    Je suis d’un naturel assez impatient.
  • Si c’était à refaire…
    J’aurais démarré, plus tôt encore, mon activité de gardiennage. Quelques années avant que je ne me lance, le secteur était moins légiféré.  Peut-être aurais-je pu saisir davantage d’opportunités.

PROTECTION UNIT, C’EST :

  • Une société de gardiennage active dans le secteur de la sureté et de la sécurité. Un domaine dans lequel elle est devenue un acteur majeur sur le marché belge.
  • 4 grandes catégories de services : Static, Mobile, Event et Bodyguarding
  • Une filiale, Corporate Unit active dans le Facility Management
  • 8 années d’existence
  • 100 collaborateurs
  • Une réserve de 200 agents de gardiennage agréés par le Ministère de l’Intérieur
  • Une quinzaine de CV reçus chaque jour
  • Références : depuis plusieurs années, Protection Unit assure la sécurisation d’évènements majeurs tels que les Francofolies de Spa, Les Ardentes ou le Grand Prix de Belgique de F1. L’entreprise collabore également avec la Province de Liège, Mithra, Nethys, Lampiris et le Standard de Liège, pour ne citer qu’eux.

Protection Unit : Rue Louvrex n°78 à 4000 Liège   –  Tel : 04/367.44.10 –  www.protectionunit.com

 

361 posts

À propos de l’auteur
Rédactrice en chef (Liège-Namur)
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Liège-Verviers

Des vêtements liégeois surcyclés créés à base de matériaux vintages, mais pas que...

2 Minute(s) de lecture
En lançant sa maison de couture Beetle’s Needles en mai 2020, en pleine pandémie, Cynthia Napolillo réalise « d’une pierre trois coups ». Avec…
Liège-Verviers

L’homme d’affaire liégeois Bernard Delhez est le nouveau Champion de France en GT Touring Sprint

1 Minute(s) de lecture
L’Ultimate Cup Series est un championnat de sprint et d’endurance de course automobile créé en 2019 qui se déroule principalement en France. Le…
Liège-Verviers

Liège : lancement du 1er média belge de podcasts

4 Minute(s) de lecture
Ce 30 novembre, « La voix dans ta tête » a inauguré le premier média belge francophone dédié uniquement à la création…