Wallonie

La Wallonie et le FEDER investissent plus de 2 millions d’euros dans une plateforme dédiée à la validation de nouveaux biomarqueurs

1 Minute(s) de lecture

La Wallonie et les fonds européens FEDER investissent plus de deux millions d’euros dans la plateforme MS-QUANTA, structure de recherche collaborative visant à améliorer la chaîne de développement de biomarqueurs en Wallonie. MS-QUANTA s’appuie sur deux plateaux d’équipements scientifiques de pointe parfaitement complémentaires à l’Université de Mons (BioProfiling UMONS/ ULB) et à l’Université de Liège (GIGA , ULiège). La structure satisfait aux exigences internationales imposées dans le cadre de la validation de candidats biomarqueurs (signatures moléculaires, multiplexes), un axe de recherche prioritaire soutenu par la Commission européenne.

Une structure unique en Belgique

MS-QUANTA va renforcer la capacité analytique de l’ensemble des acteurs académiques et industriels de la santé en Wallonie, leur permettant de profiter des récents développements technologiques dans le domaine de la validation des biomarqueurs. La plateforme analytique sera également utile à d’autres secteurs en plein essor scientifique et économique, en particulier les secteurs de l’agro-alimentaire (la sécurité alimentaire), de l’environnement et de la microbiologie industrielle. La mise à disposition de cette structure unique en Belgique permet aux acteurs wallons concernés de se positionner avantageusement dans un domaine fortement soutenu par le programme européen Horizon 2020 de recherche et de grands équipements.

Le concept original de « Labhotel » au sein de MS-QUANTA facilitera la mise à disposition des appareillages et des compétences scientifiques aux acteurs académiques et aux entreprises, moyennant réservation et formation préalable, de part et d’autre de la Wallonie dans deux régions regroupant la majorité des acteurs concernés du monde biomédical et de la biotechnologie.

Au sein de MS-QUANTA, le rôle de l’ULiège se focalisera plus spécifiquement sur la protéomique guidée par l’imagerie par spectrométrie de masse, un instrument d’identification et de quantification des biomarqueurs très performant. De leur côté, les équipes de l’UMONS développeront des approches de chromatographie liquide indispensables au ciblage de protéines faiblement présentes dans les matrices analysées. Un système d’assurance qualité commun aux deux sites de la plateforme garantira la fiabilité des méthodes d’analyse.

© Lothar Drechsel

3600 posts

À propos de l’auteur
Publication par communiqué de presse.
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Wallonie

15,3 % de jeunes en plus inscrits au Forem

3 Minute(s) de lecture
Le nombre de demandeurs d’emploi inoccupés (DEI) a augmenté de 2,9 % entre juillet 2021 et juillet 2022, ce qui porte ce…
Wallonie

Rotation de personnel pratiquement stable au premier semestre

3 Minute(s) de lecture
Le taux de départ involontaire (1,77%) est en passe d’atteindre son niveau le plus bas depuis ces dix dernières années La “Grande…
Wallonie

La fédération de l’industrie alimentaire wallonne rappelle ses priorités

2 Minute(s) de lecture
Fevia Wallonie, la fédération de l’industrie alimentaire wallonne, a profité de la caisse de résonnance de la Foire de Libramont pour appeler…